Vous êtes ici :

A bord de la nouvelle Ford Fiesta ST (2018)

Ford Fiesta ST (2018)
La nouvelle Ford Fiesta ST joue la discrétion. Malgré sa grille de calandre, ses jupes et boucliers spécifiques, elle est loin des excès esthétiques de la Ford Focus. Certains vont le regretter !

Les premiers essais n'auront lieu qu'en juin 2018, mais L'argus a pu goûter en passager à la nouvelle Fiesta ST sur le circuit de développement de Ford à Lommel. Une expérience qui permet déjà d'appréhender le caractère bien trempé de la nouvelle sportive Ford avec son 3-cylindres turbo de 200 ch...

Voiture à l'essai : Ford Fiesta

Page 1A bord de la nouvelle Ford Fiesta ST (2018) 

L’actuelle Ford Fiesta ST apparaît aux yeux de beaucoup comme la citadine sportive la plus amusante du marché. Agile, bien équilibrée, tout en restant très joueuse, elle est sans doute la plus fidèle à l’esprit GTI d’antan. Avec ses 200 ch, elle ne cherche pas la course à la puissance mais son 4-cylindres 1.6 est l’un des plus expressifs. Autant dire que l’annonce d’une nouvelle Fiesta ST dotée d’un tout nouveau 3-cylindres 1.5 avait de quoi inquiéter les puristes. Mis à part quelques japonaises obscures, on n’avait jamais vu une GTI dotée d’un tel moteur. Et comme si cela ne suffisait pas, celui-ci reçoit un système de désactivation d’un cylindre. La plus bouillante des Fiesta serait-elle en train de sacrifier sa joie de vivre sur l’autel du CO2 ?

Ford Fiesta ST (2018)

 

Prix et équipement Ford Fiesta ST 2018

Il est encore un peu tôt pour parler des tarifs de la nouvelle Fiesta ST, qui ne sont pas encore définis. Pour rappel, le modèle actuel est proposé à 24 850 € pour la 3 portes 182 ch, 25 550 € pour la 5 portes et 27 450 € pour la version 200 ch trois portes. En revanche on en sait déjà un peu plus sur son équipement qui sera décliné à travers trois niveaux de dotation ST-1, ST-2 et ST-3 si toutefois Ford France retient toutes ces versions définies au niveau européen.

Ford Fiesta ST (2018)

Elle aura bien sûr droit à toutes les nouveautés introduites sur la gamme Fiesta, à commencer par les aides à la conduite de rigueur : assistant de maintien en ligne, régulateur adaptatif, passage code/phare automatique et reconnaissance des panneaux. Elle pourra également être dotée de l’audio Bang & Olufsen et s’offrira quelques spécificités, à commencer par d’excellents sièges Recaro qui confèrent un excellent maintien et un confort très supérieur à celui de la version actuelle.

Ford Fiesta ST (2018)
Ford Fiesta ST (2018)

Notons aussi l’arrivée d’un « Launch control » et de trois modes de conduite. Le mode « Normal » règle l’ESP sur le mode le plus interventionniste, le mode « Sport » autorise des dérives plus prononcées, raffermit la direction et ouvre les valves de l’échappement Sport tandis que le mode « Circuit » déconnecte complétement l’ESP. Contrairement à certaines de ses concurrentes, la Fiesta ST ne dispose pas, même en option, d’amortissement piloté, les ingénieurs ayant préféré recourir à des amortisseurs Tenneco, bitubes à l’avant et monotube à l’arrière, capables d’offrir deux lois d’amortissement différentes selon les fréquences d’irrégularité. Enfin, la Fiesta ST sera dotée de pneumatiques Michelin Super Sport bigomme développés spécialement pour elle.

 

Sur le siège passager de la Ford Fiesta ST

Ford Fiesta ST (2018)

Ne tournons pas autour du pot. S’il faudra encore attendre le mois de juin pour se faire une opinion définitive sur l’auto, les premières impressions en tant que passager sont très positives. Le circuit de développement de Ford à Lommel en Belgique permet grâce à la diversité de ses surfaces de jauger de l’éventail de ses possibilités. Très sinueux, doté de zones pavées, de compressions, d’épingles, de grandes courbes et de routes imitant les mauvais revêtements, il a déjà permis de mettre en évidence un premier point : la Fiesta ST est beaucoup plus confortable. Oubliée la sécheresse des suspensions qui la rendait difficile à vivre au quotidien. Elle amortit réellement les irrégularités et passe désormais pour l’une plus prévenantes de son genre. Rassurez-vous, la rigueur du comportement n’en souffre pas. L’auto reste incisive dans ses changements d’appui et génère juste ce qu’il faut de roulis pour « sentir » la voiture.

Ford Fiesta ST (2018)

Plus important encore, la Fiesta ST ne semble pas avoir perdu son caractère joyeux. Notre pilote, metteur au point de son châssis, réalisait de généreuses dérives et, à notre demande, nous a démontré qu’elle réagissait toujours aussi bien au levé de pied en appui. Elle resserre la trajectoire et, si l’on insiste un petit peu, laisse l’arrière pivoter à la demande : c’est devenu rare, même chez les sportives ! Notre modèle était équipé du nouveau différentiel autobloquant Quaife qui sera proposé en option. Difficile sans être au volant d’évaluer sa progressivité, mais son efficacité en sortie de courbe ne fait aucun doute. Une bonne nouvelle car la motricité de l’actuelle fait partie de ses points faibles. Bien sûr, il faudra attendre d’être au volant pour parler du freinage et de la direction, mais celle-ci est 14 % plus directe que l’actuelle.

Ford Fiesta ST (2018)
Le train arrière de la Ford Fiesta ST fait toujours preuve de vivacité, et le réglage sport de l'ESP permet d'en profiter sans se faire peur. Bien vu !

Concernant le moteur, il y a lieu là aussi d’être rassuré. Par sa sonorité d’abord : très travaillée grâce à des valves d’échappement, elle est aux antipodes du bruit un peu souffreteux des 3-cylindres plus modestes. Ici la note est riche, le ronflement généreux, si bien que l’on se croirait à bord d’une Subaru de la grande époque. Les crépitements d’échappement sont aussi au rendez-vous mais heureusement pas aussi caricaturaux que sur une Abarth. La poussée ne déçoit pas : le moteur conserve un petit effet turbo gage de sensations. Il semble plutôt à l’aise dans les hauts régimes ce qui n’est pas une mince prouesse pour un moteur suralimenté. Enfin, la désactivation de cylindre n’intervient qu’au lever de pied jusqu’à mi-régime. Elle ne se fait remarquer que par un très léger bourdonnement sonore mais aucune vibration ne se fait ressentir.

 

Dans l’habitacle de la Ford Fiesta ST

Ford Fiesta ST (2018)
La planche de bord de la Ford Fiesta ST 2018 se distingue par ses placages de plastique façon carbone et son levier de vitesse dont les chiffres sont gravés en rouge.
Ford Fiesta ST (2018)
Les nouveaux sièges Recaro de la Ford Fiesta ST sont plus confortables que ceux de l'actuelle tout en assurant un excellent maintien.
Le sélecteur de mode de conduite de la Fiesta ST agit sur la réponse à l'accélérateur, l'échappement, et la direction mais pas sur l'amortissement qui reste passif.
Ford Fiesta ST (2018)
Comme la Fiesta ST actuelle, la nouvelle sera disponible en version trois et cinq portes. L'habitabilité à l'arrière n'est pas trop limitée par les sièges Recaro mais reste moyenne pour la catégorie.

 

Concurrence Ford Fiesta ST 2018

Ford Fiesta ST (2018)

La catégorie des petites citadines sportives est bien fournie : la Fiesta ST trouvera à qui parler dès son arrivée. Mettons de côté la nouvelle Volkswagen Polo GTI, à des années lumières en matière de sportivité, pour se concentrer sur les françaises. La Peugeot 208 GTi arrive bien sûr en premier : dotée comme la Fiesta d’une boîte manuelle, elle est sans doute un peu moins joueuse que la ST dans sa version classique mais propose le même niveau de confort et une puissance proche avec 208 ch. En revanche la version Peugeot Sport, plus coûteuse, apparaît aussi beaucoup plus radicale.

Peugeot 208 GTi
Volkswagen Polo GTI
Peugeot 208 GTi
DS3 Performance
Renault Clio R.S.
DS3 Performance

La Renault Clio R.S., avec elle aussi 200 ch, n’est proposée qu’avec la transmission EDC et en cinq portes. Citons enfin la DS3 Performance, qui est devenue une sportive nettement plus accomplie depuis son restylage de 2016, et qui bénéficie comme la Fiesta d’un autobloquant. Enfin la nouvelle sous-marque Cupra de Seat présentait en janvier une Ibiza sportive dont on peine à croire qu’il ne s’agit que d’une étude tant elle est proche d’un modèle de série. Espérons qu’elle soit un peu plus affûtée que sa cousine Polo sont elle reprend le moteur de 200 ch.

 

Bilan essai Ford Fiesta ST 2018

Ford Fiesta ST (2018)

Bien sûr, il faudra attendre les essais sur route ouverte pour se faire une opinion définitive sur la Ford Fiesta ST. Mais nous sommes désormais rassurés : Ford n’a pas tué le caractère de sa petite sportive. Tout en gagnant en confort et en équipements, elle reste affûtée et amusante et devrait demeurer la référence de sa catégorie grâce à son châssis joueur et incisif. Reste à savoir si l’adoption du 3-cylindres à désactivation de cylindre lui permettra d’échapper à un malus de plus en plus handicapant pour les moteurs à essence puissants. En tout cas, sur le plan sportif, il tient plus que ses promesses !

On aime

  • Châssis toujours joueur
  • Enfin du confort !
  • Motricité avec le différentiel autobloquant

On regrette

  • Habitabilité limitée
  • Style très assagi
  • Pas de poignée passager
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Ford Fiesta