Vous êtes ici :

Affaire Volkswagen : 10 questions pour comprendre le "dieselgate"

logo volkswagen
L'affaire Volkswagen soulève de nombreuses questions.

L'affaire Volkswagen est devenue un scandale planétaire. Comment est née cette affaire ? Que reproche-t-on au constructeur allemand ? Quelles sont les conséquences du "dieselgate" ? Réponses.

1. Quelle est la tricherie à l'origine de l'affaire Volkswagen ?

Le constructeur allemand est accusé d'avoir truqué les tests anti-pollution américains effectués sur ses voitures diesel. Volkswagen avait équipé ses véhicules d'un logiciel sophistiqué capable de détecter automatiquement les tests, et de réduire en conséquence les émissions réelles d'oxyde d'azote (NOx) dégagées.

 

2. Qui a mis en lumière l'affaire Volkswagen ?

C'est une ONG dénommée International Council on Clean Transportation qui a découvert le pot aux roses. Pourtant, son projet initial était bien différent. En 2013, l'organisation a en effet pris contact avec des chercheurs de l'université de Virginie Occidentale pour mener une analyse sur les véhicules vendus aux États-Unis.

Le but de cette étude ? Démontrer que ces derniers sont moins polluants que les autres. "Notre hypothèse était que toutes ces voitures sortiraient propres", a déclaré Drew Kodjak, directeur exécutif de l'ICCT. C'est raté... (lire Comment une université et une ONG ont démasqué Volkswagen).

 

3. Qu'ont démontré les tests réalisés ?

Le rapport du Centre pour les carburants alternatifs, les moteurs et les émissions (CAFEE) de l'université de Virginie Occidentale, publié en mai 2014, met en lumière des écarts importants entre les taux d'émissions réels d'oxyde d'azote (NOx) et ceux déclarés aux autorités américaines.

Trois voitures ont été testées dans différentes conditions de circulation. Parmi elles, une BMW et deux modèles Volkswagen (une Jetta et une Passat). Les valeurs mesurées pour les deux VW dépassaient largement les normes américaines : de 15 à 35 fois plus de NOx pour le premier modèle testé, et de 5 à 20 fois plus pour le second.

 

4. Comment Volkswagen a-t-il pu tricher pendant six ans ?

Entre 2009 et 2015, Volkswagen aurait vendu 11 millions de véhicules dont le système antipollution était faussé. Comment les autorités américaines ont-elles pu ignorer cette pratique pendant si longtemps ? En partie, grâce à la réglementation américaine ! Le Digital Milennium Copyright Act permet en effet de protéger les logiciels en interdisant l'accès au code source (lire Pourquoi n'a-t-on rien vu en décortiquant le logiciel ?).

 

5. Martin Winterkorn pouvait-il ignorer l'existence du logiciel espion ?

Difficile de répondre à cette question. Dans un communiqué du 23 septembre 2015, le patron du groupe Volkswagen a annoncé sa démission. Il s'est dit "choqué par les événements de ces derniers jours".

Avant d'ajouter "Comme président, j'accepte la responsabilité pour les irrégularités qui ont été trouvées dans les moteurs diesel et en conséquence, j'ai demandé au Conseil de Surveillance d'accepter de mettre un terme à mes fonctions de président du Groupe Volkswagen. Je fais cela dans les intérêts de l'entreprise bien que je ne sois conscient d'aucune mauvaise action de ma part".

 

6. Pourquoi l'affaire éclate maintenant ?

Cette affaire éclate en même temps que d'autres événements importants pour le numéro 1 mondial de l'automobile : la 66 e édition du Salon automobile de Francfort bat son plein en Allemagne, l'ouverture prochaine de la conférence COP21, et le lancement de la nouvelle Passat aux États-Unis. Simples hasards du calendrier ou coïncidences troublantes ? L'avenir le dira peut-être...

 

7. Quelles sont les conséquences directes pour Volkswagen ?

Les conséquences économiques sont difficiles à prévoir. Sur le plan financier, c'est la catastrophe. Le cours de l'action s'est effondré en Bourse : moins 35% en deux jours, soit quelques 25 milliards de capitalisation boursière envolés.

L'image de marque de Volkswagen en a également pris un bon coup. Les détournements des publicités Volkswagen sont nombreux sur les réseaux sociaux. Cela remet aussi en cause toute la communication orientée sur... le "clean diesel", explique Christophe Ginisty, expert en gestion de réputation et communication de crise.

 

8. Quelles conséquences de cette affaire en Europe ?

L'affaire Volkswagen a suscité de nombreuses réactions à travers le monde et en France. Le ministre des Finances français, Michel Sapin, a estimé qu'une enquête était nécessaire "au niveau européen". Et d'ajouter que des contrôles sur les autres constructeurs sont "nécessaires" pour "rassurer" les citoyens.

Il est vrai que la perte de confiance des clients peut avoir des répercussions importantes sur le groupe VW (Léger repli des ventes du groupe Volkswagen), et donc sur l'emploi en Europe. Pour rappel, le groupe emploie plus de 590 000 personnes dans le monde, dont plus de 15 000 personnes en France.

 

9. Comment mieux encadrer les tests ?

Afin de lutter contre la tricherie à la pollution, la législation et les protocoles de tests doivent évoluer. Un avis partagé par l'association des constructeurs européens (ACEA), qui explique soutenir pleinement la mise en place de tests en conditions réels (Real Driving Emissions ou RDE). Problème : la RDE et ses modalités ne sont à ce jour pas totalement figés !

La solution pourrait venir de la mise en œuvre de la WLTP (Worldwide harmonized light vehicles test procedures), qui est aussi redoutée des constructeurs, car elle prévoit des cycles d'homologation bien moins artificiels que ceux de la NEDC. Mais son entrée en application n'aura lieu qu'à partir de 2017.

 

10. Votre voiture est-elle concernée ?

Le groupe Volkswagen a annoncé que 482 000 véhicules aux États-Unis et 11 millions au total seraient susceptibles de cacher le fameux programme dans le calculateur moteur. De quels moteurs s'agit-il réellement ? L'argus fait le point.

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (55)
neopascon

les médias et Jacques Calvet http://multinationales.org/Diesel-et-sante-publique-retour-sur-un-scandale-d-Etat

neopascon

le véritable scandale du diesel, c'est de l'avoir vendu pour moins polluant au départ alors qu'avec les particules c'est le plus délétère pour la santé humaine (cf BPCO ou BP ne veut pas dire British Petroleum mais Broncho-Pneumopathie). Lorsque il y a longtemps j'étudiais la physique et voyait les fumées noires d'un diesel en reprise (même neuf c'est toujours le cas à l'heure actuelle) j'étais en colère d'entendre les médias nous vanter les bienfaits du diesel.

markkendechausey380

Propriétaires de véhicules truqués du groupe Volkswagen, indignez vous ! http://www.class-action-volkswagen.eu/ Nous sommes déjà plus de 2900.

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Volkswagen