Vous êtes ici :

DS E-Tense : au volant de la future « Alpine électrique » de DS !

DS E-Tense Concept vue avant roulante
Le concept-car DS E-Tense est aussi bien à son aise sur la moquette des salons automobiles que sur la route. Ses 400 ch électriques s'expriment pleinement.

C'est sur route ouverte que nous avons pris le volant du concept-car DS E-Tense. Un signe avant-coureur que ce coupé sportif à moteur électrique est prêt pour la production ? Probablement. Rival de la BMW i8, ce modèle légitimerait définitivement la présence de DS chez les constructeurs premiums.

Vedette du salon de Genève 2016, en mars dernier, le concept-car DS E-Tense a quitté la moquette de l’événement helvétique pour rouler dans la rue. Comme une auto  normale ? Quasiment, car contrairement aux apparences, cette étude au style spectaculaire est bien plus qu’un prototype uniquement assemblé pour briller sous les projecteurs. La réalisation de la DS E-Tense est très aboutie, l’auto pourrait – à quelques réserves près  – être utilisée comme un véhicule de série.

 

E-Tense  = Exagon Furtive-eGT ?

DS E-Tense Concept vue arrière roulante
La DS E-Tense dispose de deux électromoteurs. Sa vitesse maximale est de 250 km/h et son autonomie théorique de 310 km.

Et pour cause, les ingénieurs de la marque DS n’ont pas conçu l’E-Tense en partant d’une feuille blanche. Au contraire, elle reprend la base technique de la sportive électrique française Exagon Furtive-eGT présentée au Mondial de Paris en 2010.  Fabriquée à Magny-Cours (58), cette dernière a déjà fait ses preuves sur l’exigeant circuit du Nürburgring (Lire notre article Essai Exagon Furtive-eGT sur le Ring).

400 ch aux roues arrière, 250 km/h en pointe et 0 à 100 km/h en 4,5 s, la DS E-Tense arbore légitimement le label DS Performance.
 

Exagon Furtive-eGT vue avant
L'Exagon Furtive-eGT qui sert de base technique à la DS E-Tense

Les deux électromoteurs de la Furtive-eGT (cf. photo ci-contre) sont aussi de la partie et transmettent aux roues arrière de l’E-Tense une puissance totale de 400 ch. Nous l’avons constaté durant notre parcours routier, l’E-Tense  accélère très fort ! Elle est créditée de 4,5 s pour le 0 à 100 km/h, un chrono identique à celui d’une Porsche 911 Carrera S avant le passage au turbo. En revanche, nous ne sommes pas allés jusqu’à vérifier la vitesse maximale de 250 km/h, ni l’autonomie des batteries lithium-ion donnée pour 310 km. Ce n’était pas la mission du jour.

 

Vidéo de la DS E-Tense sur la route


 

Une DS plus imposante

DS E-Tense Concept designer extérieur Bob Romkes
Bob Romkes, le designer extérieur de la DS E-Tense

Le designer extérieur de la DS E-Tense, Bob Romkes (voir son interview dans notre vidéo) nous a accompagné en passager lors de cette prise en main. Ravi de voir en action sa dernière réalisation, il nous a indiqué avoir retravaillé les proportions de l’Exagon d’origine. L’E-Tense est allongée de 26 cm (4,72 m), élargie de 17 cm (2,08 m) mais a conservé la même hauteur de 1,29 m. Elle est évidemment plus imposante et gagne en prestance. Des dimensions imposées, nous dit-il, par l’implantation de certains éléments techniques spécifiques au refroidissement notamment, mais aussi pour optimiser l’aérodynamique. La DS E-Tense a passé de longues heures en soufflerie. Au final, si l’Exagon qui sert de base a un gabarit comparable à celui de l’Audi R8, l’E-Tense est longue comme une BMW i8 ou une Ferrari LaFerrari !

 

Un style annonciateur

DS E-Tense Concept vue avant
Apparue sur le concept-car DS Divine, cette calandre DS Wings est biensûr présente sur DS E-Tense. On reverra ce motif en 2017 sur le futur SUV DS6.

Au-delà de l’aspect sportif et de la technologie électrique, deux éléments incontournables pour légitimer une marque premium, le concept-car DS E-Tense annonce l’orientation stylistique des futurs modèles de la marque. Il arbore fièrement la calandre DS Wings de seconde génération, c’est-à-dire avec deux lames horizontales, la première, en haut, soulignant les phares et la seconde, en bas, délimitant le bouclier et le diffuseur. Un motif que l’on retrouve en écho entre les feux.

DS E-Tense Concept clignotant
Les clignotants en haut du pavillon, comme la "Citroën" DS de 1955...
DS E-Tense Concept vue phare led diamant
... les phares tournants comme la "Citroën" DS de 1967.

Au-dessus, clin d’œil à la DS de 1955, les clignotants sont positionnés à la limite du pavillon. Et pour la pureté formelle, la DS E-Tense n’a pas de lunette arrière. Elle étire son toit galbé avec souplesse jusqu’à l’extrémité de la poupe. Pas d’inquiétude, pour la rétrovision, une caméra veille au grain et affiche une vue arrière à l’emplacement traditionnel du rétroviseur central, il faut juste s’habituer à la profondeur de champ, les véhicules qui nous ont suivi semblaient plus loin qu’ils ne l’étaient en réalité.

DS E-Tense Concept vue du coffre
Aux oubliettes la lunette arrière ! Une caméra la remplace, mais nous ne diront pas avantageusement... il faut un temps d'adaptation.

Sur les flancs, deux ailerons de requin – le gimmick stylistique maison –  habillent la custode et, à l’opposé, le bas de caisse au niveau du passage de roue avant. L’ensemble est élégant combinant un subtil mariage de courbes sensuelles qui évoquent certains bolides transalpins des années 60, à des traits plus virils, gages de technologie et de sportivité. Mais que lèguera concrètement l’E-Tense à la série ? On peut logiquement attendre des phares tournants (référence cette fois à la DS de 1967) du même type, une signature lumineuse semblable et une calandre réalisée en impression 3D sur le futur SUV DS6, attendu en 2017. Pour le reste, il faut chercher des pistes plus concrètes à l’intérieur de l’auto.

 

Luxe, calme et connectivité

DS E-Tense Concept vue places avant
Reptilien pour certains, baroque pour d'autres, le mobilier de la DS E-Tense est tout simplement original et luxueux.

A bord de l’E-Tense, l’ambiance est typiquement DS. Impossible de confondre le mobilier avec celui d’un modèle d’une autre marque. Constituée d’une pièce de métal sculpté, la planche de bord maintient en lévitation l’écran central tactile. Cuir gris et cuir vert surpiqués servent d’écrin à une technologie 100 % numérique.

DS E-Tense instrumentation numérique
Une dalle numérique de 12 pouces devant le conducteur ...
DS E-Tense 2016 tablette tactile
... un écran tactile de 10 pouces à partager avec le passager.

L’instrumentation sur une dalle de 12 pouces n’a rien à envier au virtual cockpit d’Audi, une technologie dernier cri qui vient tout juste d’être étrennée par le nouveau Peugeot 3008. Clair et précis, sans les artifices dont abusent parfois les prototypes de salon, l’agencement des informations et des menus sont très réalistes. Cela nous donne de précieuses indications sur l’univers multimédia des prochaines DS de série. Serait-ce l’interprétation premium du i-Cockpit de Peugeot ? Réponse en 2017.

DS E-Tense Concept vue places arrière
A moins de pouvoir voyager en position fœtale, les places arrière de la DS E-Tense n'ont pas d'utilité.

 

Quid d’une E-Tense de  série ?

DS E-Tense Concept vue arrière
Sur une version de série, le dessin des boucliers devraient gagner en sagesse. L'agressivité de ceux du concept-car n'étant par forcément compatible avec les normes des chocs piétons ni pour garantir un coût de réparation décent en cas d'accrochage léger.

Vient évidemment la question de la production en série … limitée de cette DS E-Tense. Audi a son R8, BMW, son i8, Alfa Romeo, sa 4C, sans oublier… Renault qui aura, l’an prochain, son Alpine. Par ailleurs, l’arrêt de la production du Peugeot RCZ donne le champ libre à DS pour reprendre le flambeau sur le marché du coupé sportif.

L'arrêt de la production du Peugeot RCZ, laisse le champ libre à un futur coupé sportif badgé DS.

Enfin, le groupe PSA n’est pas effrayé par les marchés de niche, surtout si la conception et la réalisation des véhicules ont été sous-traitées. Dans la famille « électrique », la Citroën E-Méhari, qui n’est autre qu’une Bolloré BlueSummer recarrossée, en témoigne. Toutes les conditions semblent être réunies pour voir un jour dans la rue une DS E-Tense de série. S’il vous plaît monsieur Carlos Tavares, faites-nous (et faites-vous) plaisir, concrétisez votre « rêve d'Alpine » chez DS !

BMW i8 : en vente libre depuis juillet 2014
BMW i8 : en vente libre depuis juillet 2014
Alpine Vision : presque la future Alpine de 2017
Alpine Vision : presque la future Alpine de 2017

 

Bilan de notre essai DS E-Tense concept

DS E-Tense Concept vue avant roulante
La DS E-Tense nous a laissé un très bon souvenir.

Nous avons déjà eu l’occasion de tester un certain nombre de concept-cars, ce sont toujours des moments magiques et précieux que nous savons apprécier pleinement. Pourtant, la DS E-Tense sort immédiatement du lot par sa conception très aboutie et sa conduite "confortable" qui n’est pas incompatible avec la circulation, au bémol près d’éviter les dos-d’âne trop prononcés, son sculptural bouclier avant n’y résisterait pas. Sachant que la base technique et l’assemblage sont possibles chez Exagon, nous espérons vivement que cette GT électrique à la française figure un jour au catalogue DS.

Quoi qu’il advienne de l’E-Tense, c’est officiel, la propulsion 100 % électrique sera une réalité chez PSA à l’horizon 2019.
Baptisée e-CMP, cette technologie sera proposée sur quatre modèles repartis dans les trois marques du groupe (Citroën, DS et Peugeot) avec une autonomie d’environ 450 km. Dans le cas de DS, le futur SUV DS6 ouvrira le bal en 2017.

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
tendance.chalet286

je partage a peu près les remarques de nouh et j'ajoute qu'il ne me parait pas "utile" de se contenter des seules roues arrières motrices

vaubourg.fabien096

De 3/4 arrière ça envoie, quand a dire qu'elle n'est pas premium, encore un germanophile tendance idiot utile. Je préférerais rouler avec une E-Tense qu'un étron audi

gilleshuon453

Le style extérieur et intérieur est loin d'être fluide, bien trop compliqué et ne donne pas un aspect haut de gamme. Pourquoi mettre la charrue avant les bœufs, que PSA nous sorte une gammes d'électriques cohérente et ensuite ils pourront faire un coupé grand tourisme. Là, il n(y a aucune fondation et l'on veut mettre le toit et le tout basé sur une voiture mort née d'une petite entreprise rachetée par PSA. J'espère que PSA ne décidera pas de produire cette auto qui n'a rien de Premium, d'ailleurs je crois que CT a déclaré qu'il fallait plus de 10 ans pour gagner la confiance des clients premium......

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
A Lire aussi
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de DS