Vous êtes ici :

Exclusif : le DS7 Crossback affronte le Volvo XC60 2017

DS7 Crossback vs Volvo XC60
Le DS7 Crossback entrera dans le petit club très fermé des SUV premiums en janvier 2018. Le nouveau Volvo XC60, qui vient tout juste d'être commercialisé, l'attends de pied ferme.

Première rencontre en statique entre la seconde génération du SUV familial de Volvo et le nouveau SUV de la marque DS. Deux modèles premiums qui tenteront, chacun à leur manière, de changer la donne établie par le triumvirat Audi, BMW, Mercedes.

Ils se sont confrontés par stands interposés au salon de Genève 2017, en mars dernier. Les voici aujourd’hui, en milieu naturel, dans le cadre agréable de l’Abbaye des Vaux de Cernay. D’un côté, le Volvo XC60, dont la commercialisation a débuté en juin 2017. De l’autre, le DS7 Crossback qui arrivera en concession en janvier 2018.

 

Transformer l’essai ou faire ses preuves ?

Volvo XC60 1 vue avant marron

Lancé en 2008 et restylé en 2013, le premier Volvo XC60 a connu un grand succès commercial.

Pour le Volvo XC60, il s’agit de la deuxième génération. Lancée en 2008, la première mouture a été un véritable succès commercial : plus d’un million d’unités écoulées dans le monde, dont 40 000 exemplaires en France. Le XC60 2017 a donc un gros portefeuille de clients potentiels !
 

DS 6WR Chine vue avant marron
Le DS 6WR est le premier SUV de la marque DS, il est commercialisé en Chine depuis l'automne 2014. Cet aïeul du DS7 Crossback est inconnu en Europe.

Le cas du DS7 Crossback est radicalement différent. C’est le premier SUV européen de la marque, (depuis l’automne 2014, un SUV baptisé DS6 WR, puis DS6 tout court, est commercialisé en Chine).

C’est également le premier modèle né DS, les autres (DS3, DS4 et DS5 ont été lancés sous la marque Citroën puis sont devenus des
DS à part entière au moment de leur restylage). Le DS7 Crossback est donc la pierre angulaire sur laquelle la marque doit bâtir son image premium et convaincre de nouveaux clients. Sa tâche ne s’annonce pas facile…


Style sobre ou volumes volubiles ?

Volvo XC60 2017 vue avant marron
Le nouveau Volvo XC60 ne manque pas de classe, son style est sobre et dynamique.

Le nouveau Volvo XC60 arbore des lignes fluides dans la veine des Volvo XC90 et Volvo S90. Mais, le XC60 n’est en aucun cas un XC90 qui aurait rétréci au lavage. Sa robe sobre, très inspirée de l’école allemande, reprend l’ADN de la marque au niveau des phares en T « marteau de Thor » et de la calandre traditionnelle.

Le XC60 n’est pas un XC90 qui aurait rétréci au lavage

Son style s’affirme, il est plus tendu que celui de son prédécesseur qui était plus en rondeur. D’une génération à l’autre, la montée en gamme est bien réelle. Volvo joue désormais dans la cour des grands et fait jeu égal avec les marques premiums allemandes, AudiBMW et Mercedes.

DS7 Crossback vue av gris
L'avant du DS7 Crossback présente un dessin un peu compliqué.

Comparativement, le style du DS7 Crossback est plus baroque, moins discret. L’avant est un véritable feu d’artifice : sur l’imposante calandre, les chromes sont éclatants et soulignés d’une barre horizontale qui soutient la plaque minéralogique. S’ajoutent à cela des formes complexes dans les accostages des différents panneaux de carrosserie (capot, ailes et bouclier).

Le museau du DS7 Crossback est un peu chargé

Le bouquet final étant les feux diurnes verticaux, typiques de l’ADN DS dont l’éclairage discontinu est dit en « point perle ». Certains trouveront ce museau un peu « bling-bling ». Objectivement, face à une concurrence moins exubérante, cela peut-être clivant. Mais pour exister, le DS7 Crossback n’a pas d’autre choix que celui de se faire remarquer. C'est une manière de procéder qui a parfaitement réussi à Lexus.

Volvo XC60 2017 vue de profil marron
Le gabarit du Volvo XC60 2017 est de 4,69 m.

De profil, le XC60 étire ses lignes sur une longueur de 4,69 m, repose sur un empattement de 2,87 m et sa hauteur est de 1,66 m.
 

DS7 Crossback vue de profil gris

Le DS7 Crossback est long de 4,57 m.

Le DS7 Crossback est plus ramassé avec un gabarit de 4,57 m, pour une distance de 2,84 m entres les essieux et une hauteur de 1,62 m.
 

Volvo XC60 vue arrière marron

Le Volvo XC60 a des allures de break rehaussé.

Vu de dos, le Volvo reprend le dessin caractéristique du nouveau break de la marque : Volvo V90 avec des optiques en forme de crochets.

DS7 Crossback vue arrière gris
La poupe évoque les SUV Audi.

La poupe du DS7 Crossback trouve son inspiration chez … Audi, dont on reconnait d’emblée le hayon autoclave qui mord sur les bords de caisse.

 

Cuisine scandinave ou boudoir parisien ?

Volvo XC60 places avant
L'ambiance est scandinave à bord du Volvo XC60, le mobilier en bois clair est valorisant.

On l’a vu : école allemande pour l’extérieur du XC60, mais école scandinave à l’intérieur. Les matériaux clairs (cuir, bois et chrome) et les lignes horizontales du mobilier mettent bien en valeur le grand écran tactile vertical de 12,3 pouces. Une taille commune à celle de l’instrumentation digitale placée devant le conducteur. 
 

Volvo XC60 dalle numérique instrumentation
La planche de bord du Volvo XC60 ressemble beaucoup à celle de son grand frère le XC90.
Le bloc d'instrumentation emploie une dalle numérique.

L’ergonomie est bonne, avec un petit sélecteur de commandes de boîte de vitesses automatique à huit rapports et l’original bouton rotatif pour la mise en route du moteur. Une molette pour le sélecteur de modes de conduite complète la dotation ainsi que de nombreux rangements.

L'écran tactile de 12,3 pouces est implanté verticalement.
Le petit bouton carré sert à la mise en route du moteur.
L'écran tactile de 12,3 pouces est implanté verticalement.

On pourra regretter, toutefois, l’importante hauteur de la console séparant les sièges avant, une architecture indispensable pour loger les batteries de la version hybride rechargeable. Mais cela passera totalement inaperçu pour ceux qui adoptent une position de conduite en hauteur.
 

DS 7 Crossback vue des laces avant
Photographié ici dans la luxueuse déclinaison La Première, l'habitacle du DS7 Crossback ne manque pas de cachet.

A bord du DS7 Crossback, l’ambiance est raffinée. Il s’agit de la finition
La Première, l’édition de lancement, la plus haut de gamme (facturée
53 400 € en diesel et 54 900 € en essence). Le cuir bordeaux est omniprésent et il est rehaussé par d’originales surpiqûres en point perle.
 

DS7 Crossback instrumentation numérique
La planche de bord du DS7 Crossback est originale et futuriste.
L'instrumentation utilise une dalle numérique de 12,3 pouces.

La technologie passe par le biais, d’une part, d’une dalle numérique placée devant le conducteur, laquelle propose de nombreux modes d’affichage. Et, d’autre part, via l’écran tactile très grand (12,3 pouces comme celui du Volvo), mais d’un format panoramique.

La montre analogique BRM pivote à chaque mise en route du DS7 Crossback
DS7 Crossback planche de bord
L'écran tactile panoramique est valorisant, mais il est positionné un peu bas.

On peut toutefois lui reprocher d’être positionné un peu bas, car les aérateurs centraux imposent cette disposition. Vient ensuite une console centrale qui accueille de nombreux boutons chromés, façon Porsche.


Le royaume des aides à la conduite

Le credo de Volvo, c’est la sécurité ! Le XC60 fait le plein d’aides à la conduite : régulateur de vitesse adaptatif et Pilot Assist offrent une conduite autonome de 0 à 130 km/h. Le conducteur doit néanmoins garder les mains sur le volant afin de respecter la législation française. La gestion de l’angle mort (Blind Assist) contrôle désormais la direction et le freinage automatique est actif lors des manœuvres en marche arrière.

Dans sa quête légitime du zéro accident grave, Volvo poursuit sa politique sécuritaire en dotant le XC60 d’un système de « prévention de changement de voie sur la voie opposée ». Concrètement cela permet d’éviter une collision avec un véhicule circulant en sens inverse.

Le DS7 Crossback offre de nombreuses aides à la conduite

De son côté, le DS7 Crossback endosse le rôle d’ambassadeur des technologies du groupe PSA, il étrenne donc le nec plus ultra. Le DS Connected Pilot se dirige vers la conduite autonome en gérant (jusqu’à 180 km/h) la vitesse et la trajectoire du véhicule. Le DS Park Pilot offre un stationnement automatique, le conducteur n’a pas besoin de recourir au volant ni aux pédales. Le DS Night Vision repère piétons et animaux lors de la conduite de nuit grâce à une caméra infrarouge. Le DS Drive Attention Monitoring détecte les signes avant-coureurs d’une baisse de vigilance du conducteur via une caméra positionnée au sommet de la colonne de direction.

L’éclairage full LED offre six modes d’utilisation avec, notamment, une fonction directionnelle comme sur la Citroën DS en 1967. Enfin, une caméra analyse les aspérités de la route au-devant de l’auto et prépare la suspension à encaisser les chocs avec le plus de sérénité possible. DS évoque cette technologie comme l’équivalent moderne de la suspension oléopneumatique.

 

Des places arrière accueillantes

Volvo XC60 places arrière
L'habitabilité est très généreuse à bord du Volvo XC60.

Avec ses places latérales creusées et celle du centre plus en hauteur et encombrée par le tunnel central, le Volvo XC60 est familial mais pour quatre et non cinq passagers. La garde au toit et l’espace aux jambes sont plus que corrects.

DS7 Crossback places arrière

A l'arrière, les sièges s'inclinent électriquement et l'on retrouve la traditionnelle sellerie "bracelet de montre".

La DS7 Crossback dispose d’une banquette à dossiers inclinables électriquement, les commandes sont situées sur les contre-portes à proximité immédiate de celles des lève-vitres, la confusion est d’ailleurs facile. La sellerie "bracelet de montre" est typique DS et les liseuses ont une commande tactile.

Il y a un peu moins de garde au toit et d’espace aux jambes qu’à bord de la Volvo, mais c’est tout à fait logique au regard du gabarit plus court de 12 cm et de la moindre hauteur (- 4 cm).

 

Coffre : grand ou pratique ?

Volvo XC60 coffre ouvert
Le volume de coffre du Volvo XC60...
... est compris entre 505 et 1 432 l.

Contrairement à ce que pourrait laisser penser son gabarit, le Volvo XC60 ne dispose pas du plus grand coffre de ce comparatif. Sa contenance varie de 505 litres en configuration à 5 places et atteint 1 432 litres lorsque la banquette, dont les commandes de rabattement électrique des dossiers situées près de l’entrée du coffre, est repliée. Le Volvo tire toutefois son épingle du jeu en offrant un seuil de chargement plus bas de 10 cm (soit 68 cm) et une ouverture plus haute d’autant (91 cm). 

DS7 Crossback coffre ouvert
Le volume de chargement du DS7...
... Crossback varie de 555 à 1 750 l.

Surprise, malgré sa compacité, le DS7 Crossback offre plus de coffre : de 555 litres en 5 places, mais cela inclus le logement sous le plancher dont la hauteur est de 10 cm, et jusqu’à 1 750 litres banquette rabattue. Le mécanisme n’est pas le même que celui du Volvo.

Le DS7 reprend le système à parallélogramme du Peugeot 3008 qui abaisse les assises lorsque les dossiers basculent, cela permet de gagner de la hauteur sous plafond.

 

Des différences de puissances

La gamme du Volvo XC60 s’articule uniquement autour de moteurs à quatre cylindres : deux blocs diesels de 190 et 235 ch et trois versions essence de 250, 320 et 407 ch. Cette dernière étant hybride rechargeable. Le « petit » moteur essence laisse le choix entre deux et quatre roues motrices, et son homologue diesel entre une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports ou une automatique à 8 rapports. Mi-2018, une version diesel de 150 ch à deux roues motrices avec une boîte de vitesses mécanique abaissera le ticket d’entrée autour de 35 000 euros, il est actuellement perché à 46 900 euros. 

Le Volvo XC60 est nettement plus puissant que le DS 7 Crossback

Question puissance, le DS7 Crossback ne joue pas dans la même cour que le Volvo XC60. Les motorisations les plus puissantes du français ne sont même pas au niveau de l’entrée de gamme du Suédois… Le SUV tricolore mise sur deux moteurs diesel de 130 et 180 ch et sur trois versions à essence de 130 ch (bloc à trois cylindres) 180 et 225 ch. Le DS7 Crossback est dépourvu de transmission intégrale, il bénéficie juste d’un dispositif de motricité renforcé Grip Control. Il inaugure une boîte de vitesses automatique à 8 rapports (EAT8) à commande électrique. En 2019, le DS7 Crossback sera décliné en une version hybride rechargeable de 300 ch.

 

Bilan DS7 Crossback vs Volvo XC60

DS7 Crossback vs Volvo XC60
Les essais routiers du DS7 Crossback auront lieu en fin d'année.

Le nouveau Volvo XC60 prend la relève de la première mouture et haussant son standing et son niveau de technologie. Il transforme l’essai de la première génération et affronte désormais sans complexes les Audi Q5, nouveau BMW X3 et Mercedes GLC. Mais son credo, c’est davantage le confort que le dynamisme.

Pour le DS7 Crossback la tâche sera plus rude. Il a tout à prouver pour faire partie du sérail des SUV premiums. Ses atouts sont nombreux : il est à la pointe de la technologie. Malgré son gabarit plus compact, il est presque aussi habitable et propose plus de coffre que le Volvo. Sur le marché français, ses mécaniques moins puissantes et son architecture uniquement traction ne seront pas un frein. En revanche, outre-Rhin comme en Suisse, les « gros » moteurs et la transmission intégrale restent appréciées.  

Deux griefs que le DS7 Crossback compense par son style « très » original, son raffinement parisien, l’argument du made in France et, plus encore, par des tarifs plus doux. Ils n’ont pas encore été officialisés, mais la marque laisse entendre que les prix du DS7 Crossback débuteront à
30 000 euros en essence, et à 32 000 euros en diesel. 

La grande inconnue demeure pour l’instant le comportement dynamique du DS7 que la marque promet sportif et confortable. Le verdict est attendu en fin d’année, à l'occasion des premiers essais du DS7 Crossback. Son châssis EMP2, repris du SUV Peugeot 3008 avec un empattement allongé et associé au train arrière multibras de la berline Peugeot 508, devrait être convaincant.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (6)
stefaf078

En design, il y a des autos qui au départ ne nous plaisent pas du tout et que l'on fini par adorer et à l'inverse, certaines que l'on aime bien au début mais que très vite on aime plus du tout. Pour ma part cette DS7 Crossback est dans cette seconde catégorie ....

stefaf078

En design, il y a des autos qui au départ ne nous plaisent pas du tout et que l'on fini par adorer et à l'inverse, certaines que l'on aime bien au début mais que très vite on aime plus du tout. Pour ma part cette DS7 Crossback est dans cette seconde catégorie ....

Vincent5944

DS est un véritable symbole du dynamisme industriel retrouvé. Enfin, l'industrie française cherche à conquérir le segment de marché du haut de gamme, devenu très important et resté la chasse gardée des Allemands - et Suédois. Ce DS7 est absolument magnifique et très bien conçu. C'est la première fois depuis des dizaines d'années qu'un modèle français peut tenir la dragée haute face à un véhicule haut de gamme, la Volvo XC60 en l'occurrence. Soyons en fiers ! Permettez moi de dire aux cracheurs dans la soupe que leur action de sape et d'autoflagellation ne peut conduire à rien d'autre qu'à la désindustrialisation de la France !

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la DS DS 7
Recevez par e-mail toutes les infos de la Volvo XC60