Vous êtes ici :

Essai Audi A8 (2017) : le luxe ne suffit plus

Page 3Essai Audi A8 (2017) : le luxe ne suffit plus 

nouvelle Audi A8 2017
La qualité des matériaux et la finition soignée de la nouvelle Audi A8 sont présentées via un mobilier à la présentation épurée. Boutons et commandes sont remplacés par les deux grands écrans superposés à fonction tactile.

nouvelle Audi A8 2017

L'A8 bascule dans l'ère digitale avec ces deux grands écrans. Celui du haut est réservé à la navigation et au système multimédia. Celui du bas est une interface de commandes. Pas de touches, mais chaque action se traduit par une sensation de clic de souris. Bien vu.
nouvelle Audi A8 2017
Dans l'Audi A8, on parle plus de fauteuils que de sièges. Ventilés, chauffants, massants : tout y est.
nouvelle Audi A8 2017
Nouvelle forme pour le volant, très agréable à prendre en mains et pas envahi par des boutons.
nouvelle Audi A8 2017
La meilleure place dans l'A8 : à l'arrière dans la version L. Il y a même un système chauffant pour la plante des pieds. La prochaine fois, on enlèvera les chaussures !
nouvelle Audi A8 2017
Cette petite tablette de la taille d'un smartphone permet aux passagers arrière de prendre la main sur les fonctions de la voiture. Elle se clipse sur la console centrale.
nouvelle Audi A8 2017
Le soin du détail avec ces volets motorisés...
nouvelle Audi A8 2017
... qui s'ouvrent quand la climatisation est activée.

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
BPHQ

Vous allez finir par penser que "BPHQ" en veut à Audi.Ce n'est vraiment pas le cas, ce constructeur a beaucoup oeuvré pour le confort, la sécurité et le sport automobile. Nous lui devons beaucoup. Mais avouez que la ligne de cette nouvelle A8 est un copié-collé de ce que l'on retrouve partout. Quant à la face avant, j'espère bien qu'ils vont tout changer avant sa sortie effective: On dirait un de ces vieux camions WILLEME des années '50, ceux qu'on appelait à juste titre les "Nez-de requin", dont la calandre béante n'arrivait même pas à juguler les surchauffes répétitives de son diésel... Voir ça grandir dans le rétroviseur, ça fait peur! Allez, pour ne pas me faire rattraper, j'accélère un coup le six cylindres compressé de ma Jaguar XJ de '98. Ca, pardon, c'est une ligne un peu mieux réussie et qui restera intemporelle. Eh, figurez-vous que lorsque je l'ai achetée, "Ils" m'ont donné une "Vignette verte" tant le taux de rejet polluant était faible!

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Audi A8