Vous êtes ici :

Essai Audi A8 (2017) : le luxe ne suffit plus

Page 4Essai Audi A8 (2017) : le luxe ne suffit plus 

Audi A8 2017 vue avant

Audi A8, BMW Série 7 et Mercedes Classe S : voilà le trio de limousines que l’on trouve devant les hôtels de luxe. Avec un net avantage à la Mercedes en dépit de prestations toujours en hausse sur la récente Série 7 ou pour cette nouvelle Audi A8. Cette dernière devance les deux autres en matière de conduite autonome. Pas sûr que cela séduise les chauffeurs (ils ne vont pas scier leur branche…), qui sont aussi prescripteurs.

 

Bilan essai Audi A8

Audi A8 2017 vue arrière

Porte-drapeau de la marque, la nouvelle A8 se devait de franchir un cap de plus vers la voiture autonome, marotte des constructeurs mais pas forcément des consommateurs (surtout quand on a un chauffeur…). Plus concrètement, après son lancement en V6, l’A8 va soigner les clients sensibles à l’hybridation (l’Europe et la Chine) avec une version Plug-In de 449 ch, et les clients qui cherchent du muscle (le reste du monde) avec son W12 de 585 ch. Un grand écart nécessaire pour cette A8 qui poursuit toujours le même objectif : bousculer la Mercedes Classe S, reine des limousines à travers la planète.

 

On aime

  • Confort et dynamisme bluffant
  • Niveau de sécurité et de qualité
  • Design épuré de l’habitacle

 

On regrette

  • Double écran de commande un peu déconcertant
  • Quelques soubresauts de la BVA

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
BPHQ

Vous allez finir par penser que "BPHQ" en veut à Audi.Ce n'est vraiment pas le cas, ce constructeur a beaucoup oeuvré pour le confort, la sécurité et le sport automobile. Nous lui devons beaucoup. Mais avouez que la ligne de cette nouvelle A8 est un copié-collé de ce que l'on retrouve partout. Quant à la face avant, j'espère bien qu'ils vont tout changer avant sa sortie effective: On dirait un de ces vieux camions WILLEME des années '50, ceux qu'on appelait à juste titre les "Nez-de requin", dont la calandre béante n'arrivait même pas à juguler les surchauffes répétitives de son diésel... Voir ça grandir dans le rétroviseur, ça fait peur! Allez, pour ne pas me faire rattraper, j'accélère un coup le six cylindres compressé de ma Jaguar XJ de '98. Ca, pardon, c'est une ligne un peu mieux réussie et qui restera intemporelle. Eh, figurez-vous que lorsque je l'ai achetée, "Ils" m'ont donné une "Vignette verte" tant le taux de rejet polluant était faible!

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Audi A8