Vous êtes ici :

Essai Audi Q5 2.0 TFSI (2017) : l'essence lui va bien au teint

Audi Q5 2.0 TFSI (2017)
Le nouvel Audi Q5 est disponible depuis février 2017. Son prix débute à 40 750 € en diesel TDI 150 ch et à 49 750 € en essence TFSI 252, ici à l'essai.

D'un côté, consommation en hausse, et coquet malus. Mais de l'autre, un plaisir de conduite que n'offrent pas les TDI : du punch à tous les régimes, une sonorité rauque et discrète. Le TFSI essence 252 ch permet d'exploiter pleinement toutes les qualités du châssis de l'Audi A5.

Voiture à l'essai : Audi Q5 2.0 TFSI 252 qtro Stro

À partir de
49 750 €
1 740 € de malus

Page 1Essai Audi Q5 2.0 TFSI (2017) : l'essence lui va bien au teint 

De Q2 à Q7, les SUV Audi se suivent et se ressemblent, comme des poupées russes sorties d’un même moule et dont seul le gabarit diffère. Le nouveau Q5 n’enfreint pas la règle. Il reçoit la calandre hexagonale à bords supérieurs épais qui singularise la famille SUV chez Audi, amincit ses feux, creuse davantage ses flancs, mais garde le même costume que son aîné. A forme et format (4,66 m, + 3 cm) quasi identiques, il a toutefois évolué sur le fond : 90 kilos perdus grâce à un nouveau châssis acier/aluminium, suspension arrière à cinq bras, système quattro qui
sait maintenant désaccoupler le train arrière. Le Q5 a aussi enrichi son offre d’une option bienvenue sur un SUV : la suspension pneumatique
(1 950 €).

Pour l’heure, la gamme est courte : un petit TDI 150 en 4x2 et boîte mécanique, trois autres moteurs en transmission quattro et boîte robotisée (TDI 163, TDI 190, TFSI 252 ch). Compte tenu des menaces qui voilent l’avenir du diesel, Audi s’attend à une petite percée du TFSI, de l’ordre de 10 % des ventes. SUV et essence sont-ils deux mots qui vont bien ensemble ? Après des années de monoculture diesel, il est temps d’aller le vérifier.

Audi Q5 2.0 TFSI (2017)
Le nouveau Q5 a creusé ses flancs, mais gardé le large hayon de son aîné, qui se prolonge sur les flancs en englobant entièrement les feux. D'où le rappel lumineux sur le bouclier, pour signaler l'Audi Q5 la nuit quand le hayon est ouvert.

 

Prix Audi Q5 2.0 TFSI 252

Le nouveau Q5 ne fait pas de cadeaux : à moteur équivalent et même finition, les tarifs ont nettement augmenté d’une génération à l’autre.
La version TFSI 252 démarre ainsi à 49 750 €, 2 990 € de plus que l’ancien Q5 en TFSI 230 ch. A l’étage S line (59 100 €), finition la plus vendue, l’écart monte à 5 460 €. Autre exemple, le TDI 190, moteur favori de la clientèle Q5, demandait 53 630 € en S line sur l’ancien modèle.
La facture est désormais de 57 400 €, soit un bond de 3 770 €.

Le Q5 ne manque pas d’arguments pour justifier cette inflation : l’aluminium de son châssis coûte cher, son système quattro est plus perfectionné. Sans oublier un équipement plus fourni : feux xénon, hayon motorisé, sélecteur de modes de conduite et banquette 40/20/40 de série, feux full LED, instrumentation digitale « virtual cockpit », peinture intégrale et jantes de 19 pouces à l’étage S line.

Audi Q5 2.0 TFSI (2017)

Mais à enrichir sa dotation, le Q5 fait grimper la note sans demander
l’avis du client. Et la facture finit par peser lourd : avec peinture métallisée (1 070 €), malus écologique (2 610 €), suspension pneumatique par-ci, toit vitré panoramique (1 800 €), banquette coulissante (420 €) et autres babioles par là, un Q5 TFSI 252 S line franchit fréquemment la ligne des 65 000 €. Pas sûr que cette altitude donne le vertige au public Audi. Sur le précédent Q5, la version SQ5 (TDI 340 ch) représentait 20 % des ventes. Elle coûtait pourtant 81 500 € malus compris…

 

Au volant de l’Audi Q5 TFSI 252

Audi Q5 2.0 TFSI (2017)

A force de penser diesel dès que le gabarit d’une voiture dépasse les
4,30 m, on avait fini par l’oublier : qu’il est doux de sentir un gros moteur essence sous son pied droit ! Déjà, avec le TDI 190, le Q5 ne lambine 
pas : 7,9 s de 0 à 100 km/h. Mais le TFSI 252 le transfigure : sonorité rauque et discrète, réponse immédiate à l’accélérateur, montée linéaire dans les tours, vitesses enclenchées allégrement d’un coup de doigt sur les palettes de la boîte robotisée, reprises vigoureuses à tous les régimes, 0-100 km/h couru en 6,3 s. Un autre monde…

Audi Q5 2.0 TFSI (2017)

252 ch à 5 000 tr/min et 370 Nm à 1 600 tr/min : ce 2.0 TFSI sied à merveille
à l'Audi Q5. Ses reprises vigoureuses s'accompagnent d'une sonorité rauque
et discrète. En échange, il faut tabler sur une consommation réelle de l'ordre
de 9,5 l/100 km en usage normal.

Avec son nouveau châssis affûté par l’aluminium et sa suspension arrière à cinq branches, le Q5 suit sans broncher le rythme imposé par ce TFSI : malgré son poids (1 795 kg), il se place avec précision en entrée de courbe, reste bien campé sur ses appuis en sortie, tout en préservant un louable confort. De surcroît, le Q5 propose désormais trois types d’amortissement. La suspension pilotée (option à 1 190 €) raidit ou assouplit ses suspensions, par variation automatique du flux d’huile. Même effet avec de l’air pour la suspension pneumatique (2 350 €), qui module aussi la hauteur de caisse. Le Q5 s’adapte alors à tous les usages : 19 cm de garde au sol en mode Dynamique pour être plus vif
et consommer moins, 21 cm et amortissement moelleux en Confort. Puis 23 cm en Allroad, voire 25 cm en Lift Offroad pour s’aventurer sans crainte sur les chemins.

Audi Q5 2.0 TFSI (2017)

Le Q5 n’a pas seulement perdu du poids d’une génération à l’autre. Il a aussi soigné son Cx, grâce à des soubassements entièrement carénés : 0,30, valeur record du segment, contre 0,34 précédemment. Avec sa transmission quattro qui désaccouple le train arrière sur route sèche et droite, il gagne ainsi sur les deux tableaux : vivacité (0,9 s de mieux de 0 à 100 km/h que la version TFSI 230 ch), sobriété (6,8 l/100 km en cycle normalisé au lieu de 7,2 l).

 

Dans l’habitacle de l’Audi Q5 TFSI 252

Audi Q5 2.0 TFSI (2017)
Le Q5 a totalement revu sa planche de bord. L'écran multimédia migre ainsi au-dessus de la console centrale et prend la forme mince d'une tablette. Il n'a pas besoin d'être géant : le Q5 adopte le virtual cockpit Audi, un combiné d'instrumentation numérique sur écran de 12,3 pouces.
Audi Q5 2.0 TFSI (2017)
Le rang arrière est spacieux : 2 cm de garde au toit et 1 cm de longueur aux genoux de mieux que l'ancien Q5. La banquette 40/20/40 peut coulisser (option à 420 €).
D'une capacité de 550 l, le coffre garde une aire plane quand les dossiers arrière sont rabattus. Et la banquette coulissante porte sa capacité d'emport à 610 l.
Audi Q5 2.0 TFSI (2017)
Optionnelle, la suspension pneumatique ajoute une fonction au sélecteur de modes de conduite : Lift Offroad (garde au sol de 25 cm).
Le long toit panoramique ouvrant en deux parties (option à 1 800 €) ajoute au bien-être ressenti au rang arrière de l'Audi Q5.

 

Concurrence Audi Q5 2.0 TFSI 252

Dans sa première vie, le Q5 n’avait que deux rivaux, BMW X3 et Volvo XC60, puisque que le Mercedes GLK avait manqué sa cible. Le champ des concurrents du nouveau Q5 est bien plus fourni. Mercedes a corrigé le tir avec le GLC (4,67 m, 55 150 € en premier tarif 245 ch essence 4x4 BVA9), doublé d’une version GLC Coupé (4,73 m, à partir de 59 000 €). Le X3 (4,65, m à partir de 50 200 € en version 245 ch essence BVA8) sera remplacé en fin d’année, et dispose lui aussi d’une version coupé,
le X4 (4,67 m, à partir de 57 700 € dans la même configuration).

Volvo vient de présenter le nouveau XC60 (4,69 m), qui a davantage évolué sur la forme que le Q5 : à partir de 50 600 € en version essence 254 ch 4x4 BVR8, mais 4 050 € de malus. Alfa Romeo vient d’entrer dans la course, avec le beau et puissant Stelvio : 4,69 m, à partir de
51 300 € en essence 280 ch 4x4 BVA8, 5,7 s de 0 à 100 km/h, 2 940 €
de malus. Le Discovery Sport apporte à Land Rover un SUV de gabarit médian à possibilité 7 places : 4,60 m, à partir de 51 000 € malus compris en 240 ch essence BVA9. Et un cran plus haut sur l’échelle des tarifs (à partir de 58 835 € en essence 252 ch BVR7, plus 4 050 € de malus), trône le Porsche Macan (4,70 m).


Bilan essai Audi Q5 2.0 TFSI 252

Audi Q5 2.0 TFSI (2017)

Le TDI 190 restera le moteur vedette du Q5 : 57 400 € en S line,
4,9 l/100 km en cycle normalisé, 60 € de malus (129 g de CO2/km). Mais pour le plaisir de conduite, le TFSI 252 est sans égal. Audi table d’ailleurs sur un regain des moteurs à essence, jusque là marginaux dans les ventes Q5. La preuve, la première version SQ5 TFSI (354 ch) arrivera dès l’automne, bien avant la SQ5 diesel prévue pour 2018.

Toutefois, malgré ses progrès (châssis, suspensions, transmission quattro, équipement), le Q5 ne remportera sans doute pas le même succès que son aîné, leader de la catégorie des SUV de luxe de 2008 à mi-2016. Car depuis, la concurrence s’est renforcée. Il n’a pas suffisamment évolué sur la forme pour séduire un nouveau public, et ne proposera pas dans un avenir proche de version coupé 4 portes qui fait le bonheur de BMW (X4) et Mercedes (GLC Coupé). Dès lors, son ambition n’est plus la conquête. Mais il est parfaitement armé pour garder la clientèle de l’ancien Q5, ce qui suffira à son bonheur.

On aime

  • Le punch et la sonorité du 2.0 TFSI essence 252 ch
  • La suspension active (2 350 €) : gain en confort,
       dynamisme et capacités sur chemins
  • La banquette coulissante : petite dépense (420 €),
       gros bénéfice

On regrette

  • L’augmentation de prix d’une génération à l’autre 
  • Le nouveau Q5 ressemble trop à l’ancien,
       et au Q2, et au Q3, et au Q7…
  • La dureté des sièges, même à l’avant

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
A Lire aussi
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Audi Q5