Accès pro Mon Argus®
Vous êtes ici :

Essai BMW 225xe hybride essence : le monospace à tout faire

vue avant BMW 225xe en charge
Facturée à partir de 38 950 €, la BMW 225xe sera disponible dès le mois de mars 2016.

La gamme BMW Série 2 Active Tourer s'enrichit en 2016 d'un nouveau haut de gamme hybride rechargeable à quatre roues motrices. A l'essai, la 225xe révèle sa grande polyvalence.



Voiture à l'essai : BMW Serie 2 ActiveTourer 225xeA 224ch Lounge

À partir de
38 950 €
1 000€ de bonus

Page 1Essai BMW 225xe hybride essence : le monospace à tout faire 

Parmi toutes les hybrides rechargeables que BMW introduit sur le marché en 2016, la 225xe est probablement la plus originale. Elle est en effet la seule à utiliser le 3-cylindres essence 1.5 en lieu et place du 4-cylindres des 330e, 740e et X5 xDrive40e. Autre signe particulier, il s’agit d’un modèle à quatre roues motrices. De fait, les ingénieurs BMW n’hésitent pas à expliquer que le groupe motopropulseur de ce monospace est à peu de choses près celui d’une i8.

Le trois-cylindres migre certes de l’arrière à l’avant mais il s’agit bien du même bloc, dégonflé à 136 ch. A l’instar de la sportive BMW, sa transmission intégrale n’est pas réalisée par la grâce d’un arbre de transmission mais par celle du moteur électrique qui entraîne les roues arrière. Un mode de fonctionnement qui n’est pas totalement inédit sur le marché, puisque les Peugeot 3008 et Citroën DS5 hybrides (non rechargeables) et la Volvo V60 Twin Engine utilisent un schéma similaire.

Selon les conditions, la 225xe peut rouler en traction, en propulsion ou en 4x4 !

Doté d’une batterie de forte capacité, le 225xe peut donc rouler en mode tout électrique sur une distance de 40 km. Dans ces conditions, il devient naturellement une propulsion. La transmission intégrale peut quant à elle fonctionner même quand les batteries sont vides. Pilotée par une électronique de puissance évoluée, elle s’enclenche automatiquement en cas de perte d’adhérence jusqu’à 125 km/h. Enfin, il est possible de rouler sans utiliser le moteur électrique pour sauvegarder l’autonomie de la batterie. Selon les cas, la 225xe est donc une traction, une propulsion ou une 4x4.

vue arrière BMW 225xe
Le BMW 225xe ne présente aucune différence esthétique par rapport à ses frères de gamme, hormis la trappe de recharge placé sur l'aile avant gauche et les badges eDrive apposés sur les custodes.

 

Prix de la BMW 225xe

détail prise de recharge BMW 225xe
Forte de 7,7 kWh, la batterie du BMW 225xe se recharge en 3h15 sur une prise domestique.

Contre toute attente, la 225xe ne s’installe pas systématiquement au sommet de la gamme Série 2 Active Tourer. A 37 950 € bonus déduit en finition d’accès Lounge, l’hybride s’offre même le luxe de coûter 250 € de moins que la 225i traction. Ce positionnement s’inverse sur les finitions hautes : la 225xe MSport coûte en effet 1 050 € de plus que la 225i dotée de la même finition alors qu’aucune différence notable d’équipement ne distingue les deux modèles. Vous avez dit bizarre ?

Quoi qu’il en soit, la 225xe affiche des tarifs proches de ceux de deux autres modèles de la gamme : la 220d xDrive 190 ch diesel et la 225i xDrive, plus puissante de 7 ch (tous deux à partir de 40 200 €). Ces deux derniers font valoir leur transmission intégrale « mécanique » et leur boîte automatique à huit rapports au lieu de six sur l’hybride. Côté équipement, la 225xe se distingue de ses sœurs de gamme par son câble de recharge, son écran d’informations de 5,7 pouces, sa climatisation programmable à distance et ses seuils de portes badgés « eDrive ».

 

Au volant de la BMW 225xe

vue avant BMW 225xe

En matière de conduite, BMW a voulu que ses nouveaux modèles hybrides se distinguent le moins possible des autres variantes de la gamme. Point de commandes spécifiques à bord du 225xe et encore moins de frein moteur « modulable » comme beaucoup de voitures électriques. Il se conduit donc très exactement comme un modèle automatique classique. Les sensations sont pratiquement identiques, sauf bien sûr en mode tout électrique, que l’on peut forcer par un petit bouton « eDrive » situé en bas du pied de console.

Nous avons atteint facilement 30 km en mode électrique

Dans cette configuration BMW annonce une autonomie de 40 km en cycle NEDC. Dans des conditions de circulation urbaine, nous avons facilement atteint 30 km sans vider totalement la batterie. La promesse est donc tenue même s’il ne faut évidemment pas attendre le même chiffre en roulant à 125 km/h, la vitesse maximale dans ce mode. A l’accélération, lorsque les deux moteurs jouent de concert, la  225xe fait preuve d’une belle vivacité et son trois cylindres émet une sonorité très sympathique. De fait, cet hybride apparaît plutôt amusant à conduire pour un monospace compact, même s’il faut garder en tête que sa masse est celle d’une routière.

compteurs BMW 225xe
écran tactile BMW 225xe

Au chapitre consommation, notre galop d’essai était trop court pour tirer des conclusions définitives. Nous avons relevé 3,3 l/100 km sur un parcours de 75 km mais celui-ci intégrait 30 km de roulage en mode électrique. Il va de soi que le chiffre de 1,9 l annoncé est impossible à atteindre, sauf sur des trajets très court. Et c’est bien dommage car le réservoir de la 225xe affiche une contenance réduite : 31 litres. Autant dire qu’il ne faut pas espérer une autonomie de diesel sur les longs trajets.

 

Dans l’habitacle de la BMW 225xe

 

tableau de bord BMW 225xe
Comme tous les autres Active Tourer, le 225xe profite d'une excellente qualité de finition et d'une ambiance plutôt chaleureuse.

La présence des batteries sous la banquette et du moteur électrique à l’arrière a quelques conséquences sur la modularité. En effet, le logement sous le plancher de coffre disparaît et la banquette, qui ne coulisse plus, est relevée de 30 mm. L’espace à la tête en souffre un peu même si le dossier est toujours ajustable. Il reste possible de réaliser une surface de chargement plane et le volume de coffre atteint 400 l (68 l de moins par rapport aux autres modèles), acceptable vu le gabarit du véhicule. Les dossiers sont rabattables en trois tiers, ce qui permet d’obtenir jusqu’à 1 350 l de volume de chargement.

Avec les batteries, le coffre perd 68 l de chargement

Pour le reste, le monospace BMW reste fidèle à lui-même. Seule l’apparition du bouton eDrive qui commande les modes de conduite le distingue de ses frères de gamme. La finition reste toujours le point fort de cet habitacle, plus léché que celui du Mercedes Classe B et le catalogue d’options est particulièrement riche en décorations et selleries.

coffre BMW 225xe
La banquette arrière est surélevée par rapport aux autres modèles de la gamme et ne coulisse plus. Quant au coffre, il est amputé de 68 l. Le volume (400 l) reste cependant correct vu le gabarit de l'auto.

 

Concurrence de la BMW 225xe

profil BMW 225xe

Pour l’instant, la BMW 225 xe est pour ainsi dire seule au monde.Mercedes n’a en effet pour l’instant pas décliné son Classe B en version hybride et les constructeurs généralistes considèrent sans doute la technologie encore trop coûteuse pour s’y risquer. De fait, le seul autre monospace hybride est le Toyota Prius+, mais celui-ci est un hybride non rechargeable, qui plus est sans transmission intégrale. En contrepartie, il offre 7 places et un tarif à partir de 32 200 €. Le Ford C-Max Energi a quant à lui été retiré du marché français.

Du côté des constructeurs directement concurrents, la 225xe s’oppose
à l’Audi A3 Sportback e-tron (lire notre article Essai Audi A3 Sportback e-tron : l'électrification à bonne dose) qui affiche une petite vocation familiale grâce à ses 5 portes. Elle offre un rayon d’action supérieur grâce à son réservoir de 40 l et son autonomie électrique de 60 km. Cependant le coffre de 280 l de cette simple traction ne peut rivaliser avec celui du BMW Active Tourer et sa puissance est inférieure de 20 ch. Ses prétentions tarifaires sont cependant très proches : elle est accessible à partir de 39 490 €.

 

Bilan essai BMW 225xe

En adoptant un moteur électrique puissant et des batteries de forte capacité, la 225xe fait d’une pierre deux coups. Elle devient le modèle hybride rechargeable le plus polyvalent du marché grâce à sa transmission intégrale, ses performances de haut niveau et son rapport encombrement habitabilité favorable. De quoi en faire une voiture à tout faire pour les familles même s’il faut consentir quelques sacrifices en matière de modularité. Si son tarif d’accès apparaît plutôt élevé, aucun hybride rechargeable concurrent n’offre aujourd’hui un tel cocktail de prestations à ce prix. Cependant, il faut garder à l’esprit que son achat ne se justifie que si l’on s’en sert très régulièrement pour des trajets courts. Pour les gros rouleurs, le diesel reste en effet plus économique.

vue avant BMW 225xe
vue arrière BMW 225xe

On aime

  • Agrément de conduite
  • Polyvalence
  • Cocktail inédit sur le marché

 

On regrette

  • Réservoir de petite capacité
  • Modularité en retrait
  • Masse élevée
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Laurent

Bonsoir, Attention, ce véhicule n'est pas accepté sur les bornes Autolib, je viens de recevoir un mail de refus. Il faut donc absolument avoir une recharge chez soi ou à son bureau.

Stef

Inédit cette BMW ??? Et le Mitsubishi Outlander PHEV sorti depuis presque 3 ans ?? 4x4, 200 ch, 50 km en électrique....

Griveau

En clair nous en sommes au début de cette nouvelle ou de ces nouvelles technologies. Hybride et où électrique un choix dangereux ! D'autant que l'avenir nous dira si c'est le bon choix ,donc quid de la revente. D'autant qu'à ce jour personne ne sait comment détruire les batteries qui elles sont très polluantes ? A vous de ne pas choisir et d'attendre encore au moins une décennie . Voilà une ouverture pour un début de l'histoire . NG

fl91

Et dans un an l'exact équivalent avec le futur countryman.

Votre commentaire
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la BMW Série 2