Vous êtes ici :

Essai BMW M5 (2018) : notre avis sur la M5 à quatre roues motrices

BMW M5 2018
La nouvelle BMW M5 démarre au prix de 126 500 €. Déjà disponible à la commande, elle sera livrée dès le mois de mars 2018.

Adieu propulsion, bonjour transmission intégrale : pour sa sixième génération, sa majesté BMW M5 opère un virage à 180°, mais n'éradique pas totalement les figures à 360°. Une sacrée filoute, qui fait ce qu'elle veut de ses 600 ch... Magique !

Voiture à l'essai : BMW M5 600ch M Steptronic

À partir de
126 500 €
10 500 € de malus

Page 1Essai BMW M5 (2018) : notre avis sur la M5 à quatre roues motrices 

BMW M5 (nom propre invariable, apparu en 1984) : berline sachant humilier des sportives de renom, tout en lovant cinq passagers dans un habitacle de routière aguerrie. Une définition imaginaire, mais immuable depuis cinq générations… bien que chacune ait apporté sa petite révolution.

BMW M5 2018
De gauche à droite, les M5 et leur puissance exponentielle : E28 (286 ch), E34 (315 ch puis 340 ch), E39 (400 ch), E60 (507 ch), et F10 (560 ch ou 575 ch). La nouvelle M5 (F90) crache désormais 600 ch.

La M5 E39 est ainsi passée du six cylindres au V8, en 1998. La M5 E60 a préféré le V10 et la boîte robotisée, en 2005. La M5 F10 s’est convertie au biturbo, en 2012. Quant à la nouvelle M5 F90, elle adopte une vraie transmission intégrale, comme ses rivales directes Audi RS6 et Mercedes-AMG E 63. Un dernier choix plus clivant que tous les précédents, tant l’architecture propulsion semblait coller à BMW en général, et aux modèles M en particulier.

Une BMW M5 4x4, 4x2… ou entre-deux !

Au démarrage donc, la nouvelle M5 s’éveille en mode 4WD : en forte accélération et/ou roues braquées, l’essieu avant reçoit jusqu’à 50 % du couple via un embrayage multidisques… soit une valeur déjà honorable considérant le couple maximal : 750 Nm au total et ce, dès 1 800 tr/min !

BMW M5 2018
Si le V8 4,4 l biturbo de la M5 évolue peu (il passe de 575 ch à 600 ch), sa transmission change radicalement.
Elle dispose en effet de trois modes de fonctionnement, de sage intégrale à pure propulsion !

De quoi anticiper toute amorce de patinage, et offrir à la M5 la meilleure accélération de son histoire : 3,4 s de 0 à 100 km/h, quand la précédente butait à 4,3 s dans une odeur de gomme brûlée. Que les fans de cette effluve se rassurent : la M5 propose deux autres modes de transmission bien moins sérieux...

D’abord, un mode 4WD Sport, qui limite le transfert de couple vers l’avant, et accélère la roue arrière extérieure pour renforcer encore l’agilité (merci au différentiel arrière actif). Ensuite, un mode 2WD, qui laisse au conducteur le soin de doser les 600 ch sur les seules roues arrière, sans la moindre assistance de conduite : antidérapage et antipatinage n’ont pas droit de cité dans ce mode déjanté. On commencera en 4x4, d’accord ?

 

Prix BMW M5 2018

La nouvelle BWM M5 pointe à 126 500 € et, pour une fois, la dotation de série ne manque de rien en usage quotidien : clef mains libres, caméra de recul, affichage tête haute, climatisation 4 zones, GPS à écran tactile et système audio Harman Kardon à 16 HP viennent d’office.

L’avis des radicaux sera plus mitigé, en découvrant l’indispensable recours aux options pour jouir de l’échappement Sport (1 500 €), de la vitesse maxi relevée de 250 km/h à 305 km/h (2 400 € avec un stage de pilotage inclus) ou des freins carbone-céramique à 8 900 €.

 

BMW M5 2018
Les sorties noires correspondent à l'échappement Sport. Il existe un modèle M en accessoires, vendu aux Etats-Unis mais trop bruyant pour les normes européennes !
Les freins carbone-céramique améliorent l'endurance du freinage, réduisent les masses non suspendues de 23 kg, et coûtent le prix d'une Dacia neuve : 8 900 €.

Reste un autre facteur à prendre en compte, celui du coût d’immatriculation d’un tel engin à partir du 1er janvier 2018 : aux 10 500 € de malus exigés, il faudra peut-être ajouter une surtaxe de 500 € par cheval fiscal si l’auto dépasse 34 CV (plafonné à 8 000 €, par chance, sur une M5 à 52 CV…), qui ne se substitue pas au coût de la carte grise estimé à 2 120 € en moyenne. A l’arrivée ? L’acheteur d’une M5 pourrait devoir ajouter 20 600 € de taxes au prix d’achat ! Mais, changeons de sujet…

 

Au volant de la BMW M5 2018

BMW M5 2018

Seulement 25 ch de plus que l'ancienne M5 Pack Compétition. Mais presque une seconde de gagnée sur le 0 à 100 km/h car, désormais, toute la puissance passe au sol !

Nous filons mouvoir cette intimidante M5… mais un « docteur » Motorsport nous retient : briefing obligatoire. Loin de calmer notre fébrilité, il vise à nous faire réviser la kyrielle de réglages disponibles : deux lois d’antidérapage, trois fermetés d’amortisseurs, trois niveaux d’assistance de direction, trois gestions d’accélérateur, six modes de boîte de vitesses. Et bien sûr, les trois positions de transmission… 

BMW M5 2018

Comme l’ancienne M5, il est heureusement possible de programmer ses configurations préférées, et d’y accéder via deux touches de raccourcis logées sur les branches du volant. Pratique ! Et à faire jalouser votre beau-frère pilote de ligne et ses interminables procédures de départ.

L’essai dynamique arrive enfin, et notre timidité première vire à la confiance immédiate : la M5 décolle en douceur, égrène ses huit rapports sans le moindre à-coup, chuchote à 2 000 tr/min sur autoroute, gère une conduite quasi-autonome en option. Si bien qu’il pourrait s’agir d’une 520i de base, tant cette fusée dorlote ses passagers et se montre facile à déplacer. Relâcher les muscles de notre cou était pourtant une erreur…

BMW M5 2018

La première accélération franche envoie violemment notre crâne sur l’appuie-tête, et génère une poussée presque irréaliste dans ce carrosse long de 5 mètres. Groupe de cyclistes, file de poids lourds, rangée de Porsche 911 atmosphériques : rien ne résiste, lors des relances, à cette incroyable routière, qui comprime les occupants dans leurs dossiers sans le moindre répit de 2 000 à 7 000 tr/min.

Il faut dire que le V8 4.4 biturbo de 600 ch a su s’entourer : la transmission intégrale laisse tranquillement dormir l’antipatinage, alors que la nouvelle boîte automatique (une ZF à huit rapports inédite) apparaît aussi rapide qu’une robotisée à double embrayage. Plus présente qu’auparavant avec l’échappement Sport, la sonorité rauque achève de participer aux sensations… même si les turbos interdisent logiquement la voix plus aigüe, plus pure, d’une Lexus GS-F à V8 atmosphérique.

BMW M5 2018
Grâce à sa transmission sophistiquée qui sert l'agilité en virages, la M5 n'a pas jugé utile de proposer les roues arrière directrices disponibles sur les Série 5 classiques.

Et l’équilibre en virages, dans tout ça ? Aussi ajustable que tout le reste, la M5 passant de rassurante intégrale en mode 4WD, à sérieuse prétendante du « drifteur » Ken Block en mode 2WD. Notre préférence va au mode intermédiaire 4WD Sport, qui permet déjà de joyeuses virgules en sortie d’épingle à l’accélération, traction et progressivité en plus !

Reste à désactiver l’antidérapage ESP (un rien castrateur, même en mode Sport) pour en jouir intégralement, et laisser apparaître une M5 plutôt agile sur circuit, même en entrée de virages. Pour une berline frisant les 2 tonnes réelles (et qui impose donc l’option freinage carbone-céramique pour une utilisation piste), voilà qui est inédit.

 

A bord de la BMW M5

BMW M5 2018
A première vue ? Une planche de bord de BMW Série 5, bien fabriquée, respectueuse des codes de l'ergonomie. La M5 se distingue plutôt par des détails...
BMW M5 2018
Comme ce levier de boîte auto à huit rapports, à trois modes manuels et trois modes automatiques, sélectionnables en son sommet...
... ou ces autres touches de réglages pour l'accélérateur, la direction, les suspensions, et l'échappement Sport.
BMW M5 2018
Les compteurs à affichage digital ne couvrent pas la totalité de la dalle comme le virtual cockpit d'Audi.
L'écran de 10,25 pouces se montre en revanche plus pratique, car tactile et toujours doublé d'une molette.
BMW M5 2018
Les sièges Sport M à 1 950 € permettent de régler l'assise et la largeur des bourrelets latéraux.
La BMW M5 accélère comme une Ferrari, mais accueille bien mieux ses passagers arrière...

 

Concurrence BMW M5 2018

BMW M5 2018

Avec sa transmission à trois visages, la nouvelle BMW M5 (600 ch, 0 à 100 km/h en 3,4 s, 305 km/h maxi en option) ne craint plus aucune rivale. Ni l’Audi RS6 Avant Performance, uniquement 4x4 (V8 biturbo 605 ch, 3,7 s, 280 km/h), ni la Lexus GS-F, uniquement 4x2 (V8 atmo 477 ch, 4,6 s, 270 km/h). Ni même la dernière Mercedes-AMG E 63, qui dispose aussi d’un mode 4x4 ou 4x2 dans sa version la plus puissante (la E 63 « S » avec 612 ch, 3,4 s et 300 km/h en option), mais pas d’amusante position intermédiaire.

Audi RS6 Avant
Lexus GS-F
Audi RS6 Avant
Tesla Model S
Mercedes-AMG E 63
Tesla Model S

Sur cette planète de routières de « course », un électron libre reste enfin à considérer : la Tesla Model S. En version P100 D, elle combine transmission intégrale, puissance maxi supérieure à 600 ch et mode de conduite Ludicrous qui met tout le monde d’accord sur l’épreuve du 0 à 100 km/h : 2,7 s ! Reste une propulsion 100 % électrique agréable au volant… mais peu adaptée s’il s’agit d’enchaîner les tours de piste, ou traverser l’Allemagne pied au plancher.

 

Bilan de l’essai BMW M5

Une M5 à quatre roues motrices ? Une insulte à la lignée selon certains puristes, et… la meilleure M5 de l’histoire selon nous. Avec ses possibilités de réglages presque infinies, la nouvelle M5 pousse au paroxysme la notion de polyvalence, en maîtrisant encore mieux le compromis confort/hautes performances, mais aussi celui de l’agilité/stabilité en virages, paramétrable selon les goûts de ses différents cavaliers. Avant la prochaine génération confirmée hybride, voici peut-être la meilleure M5 de tous les temps, passés, et futurs, donc. Un must.

 

On aime

  • La transmission à trois modes,
    qui colle à tous les styles de conduite
  • La réactivité moteur/boîte impressionnante
  • Le confort très correct, rapporté au niveau de performances

On regrette

  • L’antidérapage forcément déconnecté en mode propulsion
  • Le budget à l’usage et à l’immatriculation
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
toto 69

Avoir le feeling policé d'une 540I aux allures normales ... quel intérêt ? syndrome Mac Laren 720s? ...Une Mercedes E63s en donne bien plus dès les premiers tours de roues !!!

Driver-Cool-7

J'adore la nouvelle génération de la BMW M5. Elle est plus dynamique, plus sportive et plus stable avec la transmission intégrale =)

mguignes162

Dommage que BMW change complètement de stratégie, et ne peut rester dans sa lignez des propulsions... Ils donnent donc raison a Audi avec le quattro qui règne depuis le début. Et la on dit bravo.

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la BMW Série 5