Vous êtes ici :

Essai BMW Série 4 Coupé restylée : notre avis sur la 440i BVA8

BMW Série 4 Coupé bleu M Sport 2017 sur route d emontagne vue avant  droite
La BMW Série 4 Coupé reçoit un léger restylage. Cette version 440i dispose de la dernière déclinaison du 6 cylindres 3.0 turbo de 326 ch, arrivé dans la gamme Série 4 en 2016.

Invisible, ce restylage de Série 4 Coupé ? Oui, mais pas inutile : au-delà d'une nouvelle signature lumineuse, la 440i revoit sa suspension et sa direction pour recoller au dynamisme des Audi S5 et Mercedes C 43 AMG Coupé. Découverte de la 440i de 326 ch, dans sa pure déclinaison propulsion...

Voiture à l'essai : BMW Série 4 Coupé 440i BVA8

À partir de
54 100 €
2 610 € de malus

Page 1Essai BMW Série 4 Coupé restylée : notre avis sur la 440i BVA8 

Au concours du restylage le plus discret, la BMW Série 4 Coupé pourrait décrocher la timbale. Jugez plutôt : des feux avant diurnes en demi-cercle plutôt qu’en cercle, des feux arrière désormais entièrement à LED, et une paire de boucliers subtilement redessinés, dont l’allure évolue toujours au gré des finitions.

BMW Série 4 restylée gamme 2017
Toute la gamme Série 4 bénéficie de ce léger restylage : Coupé ici à l'essai, Gran Coupé et Cabriolet à toit rigide.

A bord, mieux vaut conserver l’œil aiguisé pour repérer les nouveaux habillages de planche de bord, les entourages d’aérateurs retravaillés, ou les menus modernisés du système GPS-multimédia. Quant aux compteurs à affichage 100% numérique, ils viennent systématiquement en supplément… car une BMW aussi bien dotée qu’une Hyundai ne serait plus vraiment une BMW.

 

Prix BMW Série 4 restylée

La BMW 440i démarre à 51 900 €, en première finition Lounge et boîte mécanique à six rapports. Enrobée du niveau M Sport et d’une boîte automatique à huit rapports, notre 440i d’essai grimpe 62 800 €, voire 65 900 € avec la suspension pilotée, le pack Connected Drive et le pack Innovation présents sur ce modèle (voir tous les détails d’équipement en page 2).

BMW Série 4 Coupé bleu M Sport 2017 feux avant à LED
BMW Série 4 Coupé bleu M Sport 2017 feux arrièère à LED et logo

Des tarifs élevés auxquels il faut encore ajouter le malus, plus ou moins élevé selon la transmission retenue : 2 610 € d'écotaxe pour la boîte automatique, 4 460 € pour la transmission intégrale xDrive BVA8 (facturée 2 400 €…), et surtout 6 810 € pour la boîte mécanique… qui exige dès lors un surcoût de 1 800 € par rapport à la BVA !

 

La Série 4 «2017» cache son jeu

Fort heureusement, nous ne sommes pas venus jusqu’en Allemagne pour essayer de nouveaux feux de jour. Les Série 4 Coupé et Gran Coupé reçoivent aussi de menues évolutions techniques, censées améliorer leur dynamisme en virages sans dégrader leur niveau de confort : amortisseurs légèrement affermis, gestion de la suspension pilotée affinée, barre antiroulis rigidifiée à l’avant.

BMW Série 4 Coupé bleu M Sport 2017 sur route d emontagne vue arrière

Et une assistance de direction recalibrée, afin d’améliorer sa précision autour du point milieu. Un reparamétrage de l’ABS et de l’antidérapage ESP a enfin été nécessaire pour s’adapter aux nouveaux réglages de trains (carrossage augmenté à l’avant) et aux évolutions précitées. En route !

 

Au volant de la BMW 440i BVA

Notre prise en main s’est déroulée près du Munich, dans des conditions bien moins clémentes que ne le montrent ces photos : 0,5° C maximum, averses de neige fondue et routes détrempées. Rien de rédhibitoire pour juger les qualités d’un châssis (au contraire !)... à ceci près que BMW a préféré équiper notre 440i, simple propulsion, de pneus hiver.

Ainsi chaussée, la Série 4 Coupé nous séduit pourtant : en mode normal, la suspension filtre efficacement les irrégularités, et semble avoir éradiqué ses mouvements de pompage préjudiciables au confort comme à la tenue de route (après une bosse, la détente du ressort était mal freinée par l’amortisseur et pouvait faire délester les roues).

BMW Série 4 Coupé bleu M Sport 2017 sur route d emontagne vue avant gauche

Le mode Sport apparaît lui plus radical qu’autrefois : les irrégularités remontent davantage dans les reins des passagers, mais la Série 4 devient plus incisive en entrée de virages et contient encore mieux son roulis. Une première impression positive donc… à confirmer sur sol sec (où l’adhérence supérieure contraint davantage la suspension) et avec des gommes Runflat classiques (dont les flancs rigides altèrent souvent l’amortissement).

Si la suspension semble avoir progressé, la direction ne jouit pas des mêmes compliments. Très légère en mode normal, elle brille lors des manœuvres mais moins en virages, où sa faible consistance nuit à la précision de trajectoire comme au ressenti de l’adhérence disponible.

Quant au mode sport (rendant le volant très «lourd» à l’arrêt), il souffre toujours de désagréables variations d’efforts en appui. A confirmer là encore avec des gommes classiques, les pneus hiver pouvant dégrader légèrement les sensations de conduite.

Moins agile qu'une Audi S5, moins précise qu'une Mercedes-AMG C 43 Coupé, la BMW 440i BVA8 reste supérieure sur un point : quel moteur !

Dans cet ensemble inconstant, un duo fonctionne toujours à merveille : le couple moteur/boîte. Le premier, un six cylindres turbo de 326 ch, continue sa démonstration de force de 1 400 tr/min à 7 000 tr/min, dans une sonorité mélodieuse à ridiculiser le quatre cylindres d’une 430i (252 ch).

La deuxième, une automatique à huit rapports, ne fait en rien regretter l’absence de boîte robotisée à double embrayage : extrême douceur en mode normal, belle réactivité en mode sport, rapidité étonnante en mode manuel qui ponctue les passages d’un petit à-coup pour hâter encore les sensations (si la BVA "sport" à 2 600 € a été cochée).

BMW Série 4 Coupé bleu M Sport 2017 sur route de montagne vue profil gauche

Rien que pour ce duo magnifique, la Série 4 est recommandable et conserve l’avantage sur les Audi S5 (au V6 plus aphone et un rien moins élastique) et Mercedes-AMG C 43 Coupé (à la boîte moins «connectée» aux désirs du conducteur). Et pour ne rien gâcher, la 440i reste la seule à conserver autant de déclinaisons : boîte mécanique et propulsion pour les puristes, ou transmission intégrale xDrive à boîte automatique pour ceux qui aiment faire s’envoler les six cylindres quelle que soit la météo…

 

A bord de la BMW Série 4 Coupé 2017

BMW Série 4 Coupé bleu M Sport 2017 planche de bord
Certains ajustements n'atteignent pas la rigueur Audi, mais la qualité perçue reste d'excellent niveau. Le volant de cette finition M Sport est sublime.
BMW Série 4 2017 GPS
Nouveaux menus pour le système GPS-multimédia "Professional"
BMW Série 4 2017 GPS météo
Il adopte un affichage plus moderne, à "tuiles" plutôt qu'à liste.
BMW Série 4 2017 compteurs mode confort
Les compteurs à affichage numérique viennent avec le Pack Innovation.
BMW Série 4 2017 compteurs mode sport
Leur allure change au gré des modes de conduite sélectionnés (Sport ici).

 

Concurrence BMW 440i Coupé

Si la 440i BVA8 peut revêtir cette finition M Sport, elle ne constitue pas une déclinaison à part entière comme ses rivales à essence aussi puissantes. A 354 ch, l’Audi A5 devient ainsi S5, alors que la Mercedes-AMG C 43 Coupé (367 ch) dispose elle aussi d’une appellation qui la différencie du reste de la gamme.

Audi S5 rouge
Audi S5
Mercedes-AMG C 43 Coupé
Mercedes-AMG C 43 Coupé

Une spécificité qui fait hélas s’envoler le prix d’achat : 68 800 € (+ 6 553 € de malus) pour la Mercedes, et même 75 700 € (+ 4 673 € de malus) pour l’Audi. Cela reste supérieur à la BMW 440i M Sport Coupé à boîte automatique et transmission intégrale (65 000 € + 4 460 €), toutefois moins bien dotée.

 

Bilan de l’essai BMW 440i Coupé BVA8

Confort soigné, équipement moderne, habitacle accueillant : la Série 4 rassemble tous les ingrédients d’un vrai coupé grand tourisme. Le fabuleux six cylindres de la 440i y apporte un petit supplément d’âme, permis par sa vigueur inépuisable et son irrésistible mélodie. Grâce à cette pièce de choix, la BMW résiste à ses rivales modernes… et fait pardonner ses défauts initiaux (direction, amortissement), pas tous corrigés lors du restylage.

BMW Série 4 Coupé bleu M Sport 2017 sur route de montagne vue avant droite

 

On aime

  • L’agrément moteur/boîte de haut vol
  • L’amortissement en léger progrès
  • L’habitacle plutôt accueillant pour un coupé
     

On regrette

  • La direction toujours imprécise en conduite sportive
  • Le malus très supérieur en boîte mécanique
  • Les conditions d’essai pas idéales (pneus hiver)
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la BMW Série 4