Vous êtes ici :

Essai Honda Jazz restylée 1.5 i-Vtec : notre avis sur la Jazz 2018

Honda Jazz 1.5 i-Vtec (2018)
La Honda Jazz 2018 est ici à l'essai avec son nouveau moteur essence de 130 ch (19 940 €).

Malgré son habitabilité étonnante, la Honda Jazz a toujours eu du mal à faire sa place dans notre pays. A l'occasion de son léger restylage, elle étoffe sa gamme 2018 avec un nouveau 1.5 de 130 ch. Un moteur essence atmosphérique qui renforce encore sa personnalité atypique.

Voiture à l'essai : Honda Jazz 1.5 i-VTEC 130ch Dynamic

À partir de
19 940 €
473 € de malus

Page 1Essai Honda Jazz restylée 1.5 i-Vtec : notre avis sur la Jazz 2018 

Si la catégorie des citadines polyvalentes regorge de carrosseries stylées et de présentations pimpantes, il faut reconnaître que les codes du segment sont rarement bousculés. La plupart d'entre elles adoptent le même type de carrosserie de berline à hayon. Depuis son apparition dans les années 80, la Honda Jazz s’est toujours distinguée par son architecture, proche de celle d’un monospace. Elle y est restée fidèle envers et contre tout, même si la formule a toujours eu beaucoup de mal à prendre dans notre pays. Le dernier modèle lancé en 2015 est resté sur cette ligne et la sanction du marché reste la même : alors que le segment B y est le plus important, la Jazz reste la moins vendue desHondaen France, si l’on excepte bien sûr le cas de la NSX.

Honda Jazz 1.5 i-Vtec (2018)
La Honda Jazz refuse de céder aux modes esthétiques pour préserver ses qualités d'habitabilité et de modularité. Un choix qui n'est pas compris par la clientèle française.

Le constructeur japonais espère regagner un peu le cœur de la clientèle grâce au restylage sur le modèle de 2018. Sur le plan esthétique, il apparaît très léger puisqu’il se résume à un nouveau bouclier et une nouvelle calandre et à la disponibilité d’un kit X-Road destiné à lui donner un air plus baroudeur. Vu de près, ce dernier apparaît peu convaincant, l’ensemble dégageant un aspect bon marché et peu esthétique. La seule véritable nouveauté à se mettre sous la dent est donc l’arrivée d’un nouveau moteur 1.5 i-Vtec, un quatre cylindres atmosphérique de 130 ch  que nous avons naturellement choisi d’essayer.

 

Prix de la Honda Jazz restylée 1.5 i-Vtec

Le client de la Jazz 1.5 n’aura aucun mal à faire son choix de finition. Elle n’est en effet disponible que dans une nouvelle version Dynamic facturée 19 940 €. Un modèle qui reçoit des jupes spécifiques et des jantes en alliage noires, histoire d’arborer l’air canaille qui sied à une citadine aussi puissante. On s’étonne cependant que le moteur ne soit pas proposé avec la finition Exclusive la mieux équipée. Il est vrai que la Jazz Dynamic en offre déjà beaucoup : elle propose d’office les radars de stationnement avant et arrière, l’écran tactile de 7 pouces avec navigation, les rétroviseurs électriques rétractables et chauffants.

Honda Jazz 1.5 i-Vtec (2018)

Encore plus rare dans la catégorie, le régulateur de vitesse adaptatif, le freinage automatique, la reconnaissance des panneaux de signalisation et l’assistant de maintien dans la voie sont également en série. Dommage que la climatisation automatique, la caméra de recul ou la vitre avant passager à impulsion soient tout simplement indisponibles. Quoi qu’il en soit, la Jazz offre un rapport prix équipement plus favorable que la Renault Clio 1.2 TCe Intens (19 850 €) et la Peugeot 208 1.2 Puretech 110 ch Allure (le moteur 130 ch n’est pas disponible sur la Peugeot). Et il n’est même pas remis en cause par le malus écologique de 473 € qu’elle fait payer à ses acheteurs.

 

Au volant de la Honda Jazz 1.5 i-Vtec

Honda Jazz 1.5 i-Vtec (2018)
On n'est pas particulièrement bien assis dans la Jazz, qui propose une position de conduite semi-haute qui contraste avec les performances de son moteur.

La plupart des moteurs essence récents pratiquent le « downsizing », sont équipés d’un turbo et cherchent le couple maximal à bas régime. Le quatre cylindres Honda prend l’exact contrepied de cette tendance et ressuscite des sensations du passé. Sans être de mauvaise volonté en dessous de 3 000 tr/min, il n’aime rien tant que d’être bousculé et récompense les coups d’accélérateurs insistants par un ronflement évocateur qui n’est pas sans rappeler certains roadsters britanniques des années 60 et 70.

Honda Jazz 1.5 i-Vtec (2018)
Le nouveau quatre cylindres 1.5 fait de la Honda Jazz une citadine réellement performante, même s'il ne faut pas hésiter à la cravacher pour en obtenir le meilleur.

Un comportement enflammé qui  tranche totalement avec l’apparence placide de ce monospace urbain. Les amateurs de plaisirs mécaniques sont comblés, d’autant que la réponse à l’accélérateur est d’une précision qu’aucun moteur turbo n’est capable de proposer. Et il se permet de corriger ses concurrents à turbo dans l’exercice du 0 à 100 km/h : avec 8,7 s, la Jazz colle 0,3 s à la Renault Clio TCe 120 ch et 0,9 s à la Peugeot 208 Puretech 110 ch. On rêverait de voir ce moteur monté dans un petit roadster façon Honda Beat ou S660 !

Revers de la médaille, le niveau sonore particulièrement élevé pour la catégorie, qui rend les longues étapes peu supportables. Le confort souffre également de la sécheresse des suspensions qui rappelle lui aussi les japonaises du début des années 90. On est également surpris de l’absence quasi-totale d’insonorisation au niveau des passages de roues, qui laissent entendre la moindre projection de gravillons.

Honda Jazz 1.5 i-Vtec (2018)

Bon point en revanche en ce qui concerne la consommation. Même en cravachant, le 1.5 demande rarement plus de 6,5 l/100 km sur route, ce qui est très honorable vue la puissance du moteur. On retrouve là tout le talent de motoriste de Honda.

 

Dans l’habitacle de la Honda Jazz 2018

Honda Jazz 1.5 i-Vtec (2018)
La finition de la Honda Jazz apparaît médiocre dans la catégorie. Les assemblages sont très moyens et aucun matériau de qualité n'agrémente l'ensemble.
Honda Jazz 1.5 i-Vtec (2018)
Le GPS conçu par Garmin, assez intuitif et agréable à l'usage, est en série sur la Honda Jazz 1.5, ce qui est rare à ce niveau de gamme.
Honda Jazz 1.5 i-Vtec (2018)
C'est le gros point fort de la Jazz : son habitabilité arrière met tout le monde d'accord : il est vrai qu'elle est l'une des dernières représentantes du concept presque disparu de monospace urbain.
Honda Jazz 1.5 i-Vtec (2018)
Le coffre de 354 litres offre la contenance d'un modèle de la catégorie supérieure et propose une modularité sans équivalent dans la catégorie.

 

Concurrence Honda Jazz restylée 1.5 i-Vtec

Honda Jazz 1.5 i-Vtec (2018)

Positionnée sur le segment B, la Honda Jazz compte bien entendu un grand nombre de concurrentes, mais les modèles qui adoptent son faciès de petit monospace sont devenus rares. Nombreux voici cinq ans, ils ont tous été remplacés par des crossovers urbains. Les Renault Modus et Citroën C3 Picasso ne sont plus que des souvenirs, tandis que les Hyundai iX20 et Kia Venga sont en toute fin de carrière. Ne reste plus à l’appel que le Ford B-Max 1.0 Ecoboost 125 ch Titanium, qui fait valoir ses portes coulissantes mais ne propose pas la même modularité que la japonaise. S’il n’est pas soumis au malus écologique, son tarif de
21 400 € et son équipement moins généreux le place en mauvaise posture face à la Honda.

Renault Clio
Renault Clio
Peugeot 208
Peugeot 208
Citroën C3
Ford Fiesta
Citroën C3

Pour le reste, le choix en matière de citadine conventionnelle à moteur essence est très large, mais peu proposent une puissance de 130 ch. Parmi les françaises les plus proches sont les Renault Clio TCe 120 ch, Citroën C3 et Peugeot 208 Puretech 110 ch. Du côté des étrangères, il faut citer la Hyundai i20 T-GDi 120 ch Creative, ou encore la Ford Fiesta 1.0 Ecoboost 125 ch Titanium, certainement le modèle le plus proche en matière de rapport prix/équipement. 

 

Bilan essai Honda Jazz restylée 1.5 i-Vtec

Honda Jazz 1.5 i-Vtec (2018)

Il ne faut pas être grand clerc pour prévoir que le restylage de la Jazz et son nouveau moteur 1.5 ne vont pas révolutionner sa carrière en France. Objectivement, son manque de confort, d’insonorisation et son malus écologique constituent de gros défauts. Pour autant, elle offre une personnalité réellement atypique, son moteur vif et enjoué a de quoi séduire, tout comme son exceptionnelle modularité. Elle a également eu la bonne idée de modérer son tarif et de proposer un équipement de série réellement généreux, si bien que sur le plan financier, son achat n’a rien d’irrationnel. Attachante cette Jazz !

On aime

  • Le moteur enjoué
  • La modularité
  • L'habitabilité

On regrette

  • La finition
  • L'insonorisation
  • Le manque de confort
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Honda Jazz