Vous êtes ici :

Essai McLaren 570S Spider (2017) : lettre à Elise

McLaren 570S Coupé en 2015, 570GT en 2016, 570S Spider en 2017 : la gamme de la "petite" McLaren est désormais au complet...
McLaren 570S Coupé en 2015, 570GT en 2016, 570S Spider en 2017 : la gamme de la "petite" McLaren est désormais au complet...

La Lotus Elise est sûrement l'Anglaise qui a le plus séduit mon amour du pilotage sans filtre, au point de la préférer à des supercars vendues dix fois son prix. Puis j'ai rencontré la nouvelle McLaren 570S Spider et plus rien n'a semblé comme avant. Un coup de foudre. Un vrai.

Voiture à l'essai : McLaren 570S Spider

  • Moteur Essence | Puissance : 570 ch
  • Lancement : juillet 2017
À partir de
210 725 €
10 000 € de malus

Page 1Essai McLaren 570S Spider (2017) : lettre à Elise 

Aux réserves de mon entourage pro-automobile, j’avais réponse à tout. Oui, la Lotus Elise SC demeurait la meilleure voiture de tous les temps, au moins pour les amateurs de conduite authentique : 900 kg sur la bascule, aucune assistance de direction, un moteur arrière claquant 8 300 tr/min, et une frêle toile de toit déposable pour décupler encore les sensations.

Bien sûr, une Audi R8 génère plus de frissons quand son V10 hurle à 8 500 tr/min. Une Porsche 911 GT3 fait davantage s’imaginer aux commandes d’une auto de course. Une Lamborghini Aventador S V12 confine au feu d’artifice mécanique.

Pourtant, sur routes tortueuses ou à enchaîner les tours sur circuit, aucune ne laisse cette sensation « Lotussienne » de connexion avec le bitume, de prolongement naturel des membres du pilote. Aucune… sauf une.

 

Le Spider aussi sportif que le coupé 570S ?

Avant l’essai, je ne m’y attendais guère. Comme les autres, McLaren a d’abord essayé de m’endormir et m’expliquer à quel point la coque carbone de sa 570S Spider était légère. Comment sa rigidité naturelle dispensait d’ajouter le moindre renfort par rapport au coupé. Pourquoi les réglages du châssis restaient aussi sportifs, juste réadaptés pour digérer les 46 kg de surpoids du toit rigide escamotable en composite.

Mclaren 570S Spider curacao blue toit rigide

Car à l’inverse de la 570 GT (suspensions assouplies, grand coffre arrière couvert d’un hayon), la nouvelle version Spider ne se présente pas comme la déclinaison « balade » du coupé 570S. Plutôt comme son égal, aussi sportif, aussi sensationnel, voire davantage quand il replie son couvre-chef. Promesse tenue…

 

Au volant de la 570S Spider

A priori, il n’est rien de sorcier à décrire la poussée d’un moteur, la précision d’une commande, les réactions d’un châssis. Raconter une McLaren apparaît moins évident. La relation intime, immédiate, qu’elle instaure avec son « pilote » n’existe chez aucune autre sportive et, à son volant, on se sent branché à son double comme un Avatar à son animal dans le film éponyme.

Agrippé au petit volant sans commandes, l’heureux dresseur ressent donc tout, du micro-gravillon sur la trajectoire au profond raccord de chaussée, et peut dès lors hausser le rythme avec une confiance quasi-aveugle… que la McLaren ne trahit jamais.

Malgré les limites très reculées, les pertes d’adhérence viennent toujours progressivement et la 570S Spider survole les pièges en ricanant, sourire figé sur son jovial bouclier. A son passage, les virages qui se referment et les bosses en plein appui jettent l’éponge, préférant attendre une future victime. Sidérant.

Bosses, trous, raccords, la 570S Spider survole les pièges en ricanant, sourire figé sur son jovial bouclier. Sidérant.

L’extrême précision de la direction et du train avant n’est pas l’unique source d’osmose homme/machine : chez McLaren, chaque ingrédient paraît savamment dosé. Comme le freinage carbone-céramique, d’abord peu mordant en ville, qui révèle à rythme enlevé une facilité de dosage rare.

Ou le V8 biturbo, qui n’expulse pas son généreux couple d’une seule louche mais hâte graduellement la poussée, jusqu’à 8 000 tr/min, à la manière d’un bloc atmosphérique.

Mclaren 570S Curacao blue arrière gauche en virage


Cette progressivité demeure loin d’altérer les sensations, le moteur catapultant ce spider vers l’avant quel que soit la vitesse engagée (elles sont sept, et passent en un éclair).

Merci au poids à sec contenu (1 359 kg annoncés), inférieur d’environ 200 kg aux rivales alourdies d’une transmission intégrale et privées de coque en carbone (Lamborghini Huracan Spyder 610-4, Porsche 911 Turbo S Cabriolet…). Pour l’anecdote, la 570S Spider parcourt le 0 à 200 km/h en 9,6 secondes… soit 5 secondes avant d’avoir replié entièrement son toit rigide.

La 570S Spider atteint 200 km/h en 9,6 secondes... soit 5 secondes de moins que pour replier son toit rigide !

Possible jusqu’à 40 km/h, le décapsulage n’altère en rien la rigidité de l’ensemble et compense en partie l’unique défaut de la 570S : sa sonorité quelconque. Mais comme le 4 cylindres compressé d’une Lotus Elise SC émet un bruit encore moins mélodieux, je ne regrette en rien cette déclaration d’amour à mon nouveau pinacle automobile. Adieu Elise. Tu n’as rien fait de mal et je ne t'oublierai jamais.


A bord de la McLaren 570S Spider

Voilà une planche de bord sobre, qui se passe du superflu... Altéré par les portes en élytre, l'accès à bord est facilité avec le toit ouvert.
Voilà une planche de bord sobre, qui se passe du superflu... Altéré par les portes en élytre, l'accès à bord est facilité avec le toit ouvert.
Aucune commande sur le petit volant. Derrière, les palettes de changement de rapport sont articulées dans les deux sens.
McLaren 570S Spider console
La gestion de boîte robotisée, des suspensions et de l'antidérapage ESP s'affine sur cette petite console située entre les sièges.
McLaren 570S Spider vitre arrière relevée
La lunette arrière peut être relevée toit ouvert... mais il y a plus de remous dans cette position !
McLaren 570S Spider vitre arrière abaissée
Mieux vaut l'abaisser toit fermé, pour mieux profiter du son des échappements
...et y ajoute un espace de 52 l à l'arrière quand le toit est fermé. Toujours ça de gagné !
Comme le coupé, la 570S Spider dispose d'un petit coffre avant de 150 l...
McLaren 570S Spider coffre arrière
...et y ajoute un espace de 52 l à l'arrière quand le toit est fermé. Toujours ça de gagné !

 

 

Concurrence et prix McLaren 570S Spider

La McLaren 570S est vendue 210 725 €, soit 23 000 € de plus que le coupé. Un surcoût qui peut paraître élevé, mais ne place pas le spider McLaren au-delà de ses concurrentes. Au contraire : certes dotées d’une transmission intégrale de série, les Porsche 911 Turbo S Cabriolet (580 ch, 221 615 €) et Lamborghini Huracan Spyder 610-4 (610 ch, 223 740 €) sont systématiquement vendues plus cher.

McLaren 570S Spider
McLaren 570S Spider
Lamborghini Huracan Spyder
Lamborghini Huracan Spyder
Porsche 911 Turbo S Cabriolet
Porsche 911 Turbo S Cabriolet
Ferrari 488 Spider
Ferrari 488 Spider

Seule rivale à disposer, comme la McLaren, d’un toit rigide et d’une transmission aux roues arrière : la Ferrari 488 Spider… crachant toutefois 100 ch de plus (670 ch !) et facturée 244 000 € hors options. Si la McLaren 570S en regorge un bon nombre (radars de stationnement, caméra de recul, échappement sport, voir la liste détaillée en page 3), elle embarque de série les freins carbone-céramique et les Pirelli P Zero « Corsa », souvent facturés en supplément. Une petite consolation !

 

Bilan de l’essai McLaren 570S Spider

Pourquoi diable hésiter ? Si votre budget permet d’ajouter 23 000 € au tarif d’une McLaren 570S Coupé (soit 210 725 € au total), le Spider demeure assurément le meilleur choix : un toit rigide rapide, un petit coffre supplémentaire toit fermé, une lunette arrière escamotable permettant de mieux profiter de la sonorité des échappements en position coupé. Et, malgré 46 kg supplémentaires sur la bascule, pas une once de sportivité envolée. McLaren a -encore- frappé !

Trois Mclaren 570S Spider

 

On aime

  • Le châssis aussi efficace et facile que celui du coupé
  • La précision inimitable de la direction
  • Le toit rigide manœuvrable jusqu’à 40 km/h

On regrette

  • La sonorité quelconque du V8 biturbo
  • L'ergonomie du système GPS-multimédia et de l'ordinateur de bord
  • De ne pas pouvoir se l’offrir malgré tout !
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la McLaren 570S