Vous êtes ici :

Essai Mercedes A 180d (2018) : le test de la Classe A diesel

La Mercedes Classe A 2018 est ici à l'essai en version 180d AMG Line au prix de 37 050 €.
La Mercedes Classe A 2018 est ici à l'essai en version 180d AMG Line au prix de 37 050 €.

La nouvelle Mercedes Classe A présente une gamme réduite pour son lancement et la version la moins chère est la diesel. La A180d de 116 ch démarre au prix de 32 200 € avec boite auto 7G-DCT et une assistance à la conduite... agaçante.

Voiture à l'essai : Mercedes-Benz Classe A 180d AMG Line 7G-DCT

À partir de
37 050 €
ni bonus
ni malus

Page 1Essai Mercedes A 180d (2018) : le test de la Classe A diesel  

Mercedes est habitué aux gammes à rallonge en matière de motorisations, mais la nouvelle Classe A échappe à la règle. Pour son lancement en ce printemps 2018, seuls deux moteurs sont disponibles : A200 avec un quatre cylindres essence de 163 ch (lire essai) et A180d avec un quatre cylindres diesel de 116 ch. Moins puissante, la Classe A diesel est aussi moins chère à l’achat et sa consommation de chameau confirme qu’elle est la plus économique des deux.

Avec un gabarit porté à 4,42 m, la Classe A 2018 élargit son horizon.
Avec un gabarit porté à 4,42 m, la Classe A 2018 élargit son horizon.

 

Prix Mercedes Classe A diesel 2018

Le prix démarre à 32 200 € pour la Classe A diesel (finition Style Line), soit 700 € de moins que la version essence à finition égale. A noter que la A180d échappe au malus écologique (de 108 à 118 g de CO2/km), alors que la A200 s’acquitte d’un malus compris entre 50 et 210 € selon les finitions (de 120 à 128 g de CO2/km). Pas de quoi faire basculer la décision, mais la A diesel affiche aussi une TVS (taxe sur les véhicules de société) plus faible (486 € vs 540 €), ce qui ne manquera pas de séduire les entreprises dont les parcs restent encore très impactés par le diesel. Evidemment, les chiffres plus raisonnables en termes de coût de la A180d sont aussi la conséquence de sa puissance bien moins forte que la A200 : 116 ch contre 163 ch.

Classe A AMG Line 2018
Classe A AMG Line 2018
Classe A AMG Line 2018
Classe A AMG Line 2018

Notre Classe A diesel d’essai est habillée de la finition la plus haute : AMG Line. Le prix grimpe à 37 750 €, mais cette déclinaison est très appréciée pour sa dotation de série et son look extérieur. On note par exemple les jantes alliage AMG de 18 pouces, la grille de calandre avec pastilles chromées et le kit carrosserie (jupe avant AMG et bouclier arrière avec diffuseur et aérations latérales). Voilà qui donne une touche sportive à cette compacte qui n’a pourtant rien de dynamique.

 

Au volant de la Classe A180d

Avec la nouvelle Classe A, impossible de démarrer avant d’avoir exploré son mobilier moderne et surtout son système multimédia qui donne un coup de vieux à la concurrence. La grande dalle digitale dont la partie de droite est tactile (une première chez Mercedes) intègre en effet un système de commande vocale à intelligence artificielle. Le principe ? Comme avec une Google Home, vous faites des demandes à la voiture dans un langage naturel que le système comprend dans la majorité des cas. L’autre innovation technologique vient du GPS à réalité augmentée : une caméra avant projette l’image de la route sur l’écran central et des panneaux viennent s’incruster lorsqu’il faut changer de direction. Un peu déroutant au début, ce système permet toutefois de ne plus se tromper.

La technologie c’est bien, mais la conduite c’est une autre histoire. Ici aussi la Classe A change de registre. Née en 2012 sous cette forme de berline, la Classe A jouait à l’époque la carte de la compacte dynamique, au point de parfois oublier le confort. Changement de registre pour la Classe A 2018 qui a assouplit ses appuis et donne maintenant le sentiment de caresser la route plutôt que de la subir. C’est en tous cas ce que nous avons observé avec notre Classe A d’essai équipée de l’amortissement adaptatif (1 200 €). Revers de la médaille, le châssis de la petite Mercedes a perdu en caractère et sa conduite laisse de marbre. Sur ce point, les Audi A3 et BMW Série 1 ont des châssis plus incisifs.

Cette Mercedes Classe A reçoit le 1.5 diesel Renault revisité. La masse pèse sur ses performances

Plutôt placide donc, la Classe A diesel ne se rattrape pas avec son diesel de 116 ch. Ce diesel -qui est la nouvelle évolution du 1.5 dCi Renault avec nouveaux injecteurs et catalyseur SCR- ne manque pourtant pas d’allant grâce à son couple de 260 Nm à 1 750 tr/min. La Classe A 180d n’est d’ailleurs pas à la peine, mais les performances manquent de relief quand la route se dégage car le moteur doit composer avec une masse de 1 445 kg. En accord avec le confort constaté, la boite double embrayage 7G-DCT livrée en série (la même que l’EDC7 Renault) privilégie la douceur de fonctionnement à la rapidité. Bruyant à petite vitesse, le diesel se fait plus discret lorsque la voiture est lancée et c’est bien le bilan de sa consommation qui donne le sourire. Nous avons relevé 5,5 l/100 km sur notre parcours routier. A l’heure du carburant cher, c’est une bonne nouvelle.

Mauvaise nouvelle en revanche pour ceux qui -comme votre serviteur- détestent les assistances de conduite trop intrusives. Le système d’alerte de franchissement de ligne actif qui équipe en série la Classe A est une horreur : il donne d’agaçants petits coups de frein du côté où vous mordez la ligne et fait changer de cap. Bonjour l’effet de surprise pour la voiture qui suit et c’est très dangereux pour les motards : vous vous rangez pour les laisser passer et la voiture revient brutalement au centre ! Le pire est qu’il est impossible de rendre le système inactif définitivement  : il se remet en route à chaque redémarrage et sa déconnexion réclame trop de manipulation dans les menus (pas de touche directe). Dommage, l’assistant vocal si intelligent ne comprend pas la demande de déconnexion.

 

Dans l’habitacle de la Classe A AMG Line

Chez les compactes, il y avait la Peugeot 308 avec son i-Cockpit et il y a maintenant la Classe A 2018 avec sa lame digitale : sa présentation moderne ne ressemble à aucune autre. L'habitacle AMG Line avec surpiqûres rouges réhausse le niveau de qualité.
Chez les compactes, il y avait la Peugeot 308 avec son i-Cockpit et il y a maintenant la Classe A 2018 avec sa lame digitale : sa présentation moderne ne ressemble à aucune autre. L'habitacle AMG Line avec surpiqûres rouges réhausse le niveau de qualité.
Quatre modes de conduite pour notre Classe A, mais le tempérament n'est pas au rendez-vous.
La dalle digitale configurable et non surmontée d'une casquette est lisible quelle que soit la luminosité.
Quatre modes de conduite pour la Classe A, mais le tempérament n'est pas au rendez-vous.
La commande de la boite auto 7G-DCT est doublée de petites palettes collées au volant.
L'écran de droite est tactile et il se commande également à l'aide de ces touches ou de ce pavé tactile.
La commande de la boite auto 7G-DCT est doublée de petites palettes collées au volant.
Par rapport à l'ancienne Classe A, l'accès au coffre est plus aisé. Le volume est de 370 l.
La Classe A 2018 a grandi de 12 cm (4,42 m), mais l'habitacle reste mesuré.
Par rapport à l'ancienne Classe A, l'accès au coffre est plus aisé. Le volume est de 370 l.

 

Concurrence Mercedes A180d

L’univers des compactes premiums est protégé par un épais bouclier allemand qu’il n’est pas facile de percer. La DS4 jette l’éponge, la Volvo V40 est à la marge et l’Infiniti Q30 représente une toute petite part des ventes en dépit de qualités évidentes. Une Peugeot 308 dans sa finition haute peut en revanche lutter, surtout que son châssis est bien plus agile que celui de cette Classe A. Les concurrentes historiques de la Mercedes -Audi A3 et BMW Série 1- sont aussi plus dynamiques à défaut de ne pouvoir lutter en termes de nouvelles technologies. Elles évoluent dans les mêmes hautes sphères tarifaires, mais aucune des deux n’impose un système actif de trajectoire aussi contraignant que celui de la nouvelle Classe A.

Audi A3 Sportback
Audi A3 Sportback
BMW Série 1
BMW Série 1
  • Mercedes A180d 7G-DCT AMG Line. 116 ch. 37 750 €
  • Audi A3 Sportback 1.6 TDI S line S tronic 7. 116 ch. 35 610 €
  • BMW 116d BVA8 M Sport 5 portes . 116 ch. 36 000 €

 

Bilan essai Mercedes A180d

La Classe A diesel conjugue prestations premiums et appétit d’oiseau. Pour les gros rouleurs et les entreprises, c’est la version à choisir d’autant que la version essence démarre haut en puissance. Son confort est son nouvel atout, mais la conduite manque de mordant et sa technologie offre le meilleur (belle lame digitale et intelligence artificielle) et le pire (assistant de ligne intrusif, voir dangereux dans certaines conditions).

 

On aime

  • Le confort et la présentation intérieure
  • La sobriété du moteur et la douceur de la boite auto
  • Le contenu technologique utile

 

On regrette

  • Le contenu technologique intrusif
  • La masse élevée pour une compacte
  • Elle frotte facilement au passage des dos-d’âne !

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
P4trick

Les taxes et les limitations en tous genres feront que les voitures auront l'air mais ne seront pas. L'automatisation fera du chauffeur un passager, les véhicules rouleront en convoi, tout sera axé sur le confort et l'apparence. Amis des six en ligne sur départementale sinueuse bonsoir

Bruno du 13

37k euros la Classe A 1.5 dCi 116ch, mazette! Livrée avec châssis médiocre de série. Pour ceux qui cherchent autre chose qu'un blason, il y a bien mieux chez les généralistes, et pour bien moins cher. Je ne comprend pas ces marques Premium toujours incapables de rivaliser en qualités routières avec des généralistes comme Ford ou PSA...

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Mercedes-Benz A