Vous êtes ici :

Essai Mini Cabriolet Cooper S 2018 : inutile de résister !

mini cabriolet 2018
La Mini Cabriolet évolue avec parcimonie pour son restylage. Son prix démarre à 23 500 € mais notre version d'essai affiche presque le double avec ses options !

Il suffit d'un rayon de soleil pour penser cabriolet. Dans une offre raréfiée, la Mini Cabriolet restylée reste la séductrice de service. Surtout en Cooper S équipée de la nouvelle boîte à double embrayage DKG7.

Voiture à l'essai : Mini Cabrio Cooper S 192 ch Exquisite BVA7

À partir de
38 000 €
140 € de malus

Page 1Essai Mini Cabriolet Cooper S 2018 : inutile de résister ! 

Plus aucune découvrable chez Opel, Peugeot et Renault, une improbable e-Mehari chez Citroën, baisse de voilure chez Volkswagen avec la disparition des Eos et Golf cabriolet : pour rouler cheveux au vent, le choix est moins varié qu’il y a quelques années. Dans ce contexte, le restylage de la Mini Cabriolet, aussi léger soit-il, est à considérer. D’autant que ses rivales directes, les Fiat 500 C et DS3 cabrio, ne sont que des berlines à toit en toile coulissant. Quant aux Mazda MX-5 et Fiat 124 Spider, elles jouent un registre différent avec leur silhouette de petit roadster biplace.

La Mini Cabriolet représente 13 % des ventes du modèle, derrière la 3 portes (50 %) et la 5 portes (37 %).
La Mini Cabriolet représente 13 % des ventes du modèle, derrière la 3 portes (50 %) et la 5 portes (37 %).

Le restylage de la Mini Cabriolet intervient en ce printemps 2018, en même temps que celui des déclinaisons Mini 3 portes et 5 portes. Il faut plisser les yeux pour distinguer les différences avec le modèle phase 1 lancé en 2014. Mini ne s’est vraiment pas cassé la tête et joue sur des détails de présentation, comme le graphisme des phares, et de personnalisation, avec le nouveau programme Mini Yours Customised. Les moteurs sont reconduits sans changement sur la Mini restylée, à part pour les versions One 75 et 102 ch dont la cylindrée passe à 1 500 cm3 comme sur la Cooper. Côté transmission, la nouveauté technique provient de la boîte à double embrayage DKG à 7 rapports, partagée avec le BMW X1 et le nouveau X2.

 

Prix Mini Cabriolet 2018

mini cabriolet 2018

La Mini Cabriolet démarre à un tarif raisonnable de 23 500 € en One de 102 ch. Notre version Cooper S est facturée 31 200 €, auxquels il faut ajouter 1 900 € pour la boîte DKG7. A noter que cette nouvelle boîte est quasiment cadeau quand on tient compte du malus écologique : 1 873 € avec la boîte mécanique, seulement 140 € avec la boîte automatique grâce à son meilleur CO2 (126 g/km au lieu de 144 g). Si le prix de base de la Mini Cabriolet est alléchant, il grimpe en flèche dès que l’on monte en gamme et que l’on choisit les indispensables options.

Avec la boite DKG7, le malus de la Mini Cooper S tombe à 140 €, contre 1 873 € en boite mécanique

La personnalisation vient aussi gonfler le tarif, d’autant que la Mini fait désormais des propositions irrésistibles via le programme Mini Yours Customised : barres de seuil à LED et inserts d’intérieur personnalisables, mais aussi insert sur les ailes que l’on peut faire graver à son propre nom : la nôtre se nomme Victoria. Drôle, et quand même bien plus tendance que la traditionnelle gourmette !

Le restylage propose aussi de nouvelles jantes et une nouvelle option piano black extérieur (110 €), autour des projecteurs avant, de la calandre et des feux arrière, qui apporte une allure plus dynamique que le chrome. Mais le clou du spectacle côté décoration est le drapeau de l’Union Jack qui transparait dans les feux arrière à LED : tout simplement indispensable ! On a bien aimé aussi la sellerie cuir Chester Malt Brown (600 €) et la nouvelle teinte Starlight Blue métallisée (590 €). Tout cela est bien beau, mais du coup notre modèle d’essai atteint 44 970 € avec toutes ses options. Gloups !

Au volant de la Mini Cabriolet Cooper S

En seulement 18 secondes d’une manœuvre entièrement automatique et exécutable jusqu’à 30 km/h, la Mini vient plier sa toile sur son derrière et offre la pleine liberté à ses occupants. C’est tout l’intérêt de cette Mini qui possède aussi une autre configuration que l’on apprécie en ville : la toile glisse d’une quarantaine de centimètres comme un toit ouvrant. Assise basse et « compteur » central rond qui renferme l’écran multimédia : l’ambiance de la Mini contemporaine garde une forte signature. La boîte à double embrayage DKG7 s’accompagne d’un levier au design nouveau, mais pas de palettes derrière le volant.

mini cabriolet 2018
mini cabriolet 2018

Avec la Mini Cooper S d’aujourd’hui, il faut oublier l’inconfort des anciens modèles. Notre modèle d’essai avec suspension adaptative (550 €) est même conciliant pour les passagers lorsque l’on roule avec le mode Normal. Finie la raideur donc, mais pas le dynamisme : le 2.0 turbo de 192 ch est vigoureux et la nouvelle boîte DKG7 enchaîne les rapports sans rupture de charge. La sonorité de l’échappement apporte un timbre sportif bienvenu et le châssis enroule les virages avec dextérité grâce à son empattement court.

Fort sympathique à conduire avec sa bonne réserve de puissance et son agilité, la Mini Cabriolet Cooper S n’est toutefois pas une sportive comme autrefois : son effet karting s’est évanoui à cause de l’embonpoint pris par cette dernière génération, le moteur n’est pas très expressif en haut du compte-tours et la boîte DKG7 privilégie trop les bas régimes, au point qu’il est préférable de basculer en mode Sport. Pour les plus exigeants, il sera préférable d’opter pour la boîte DKG7 Sport proposée à 100 € de plus avec les palettes au volant et des rapports raccourcis, selon Mini. Une transmission que nous n’avons toutefois pas pu tester.

mini cabriolet 2018
mini cabriolet 2018

Si on choisit cette version pour rouler cheveux au vent, on apprécie aussi sa capote assez bien isolée lorsqu’elle est en place. Une fois la capote rangée, les remous d’air sont réellement gênants à partir de 90 km/h et il est alors préférable d’installer le coupe-vent au dos des places avant (un équipement en série sur Cooper S). Grâce à la petite baie de pare-brise, les passagers avant profitent vraiment de ce séduisant cabriolet. En revanche, la toile pliée sur la poupe vient gêner la vision arrière pour le conducteur.

 

Dans l’habitacle de la Mini Cabriolet 2018

La planche de bord typique de la Mini ne bouge pas. L'écran de 6,5 pouces, les ports USB et le Bluetooth sont désormais en série sur toutes les versions. L'habitacle reçoit aussi de nouveaux matériaux pour le restylage.

La planche de bord typique de la Mini ne bouge pas. L'écran de 6,5 pouces, les ports USB et le Bluetooth sont désormais en série sur toutes les versions. L'habitacle reçoit aussi de nouveaux matériaux pour le restylage.

La Mini se démarre via ce basculeur rouge placé sur la console.
La commande de la boîte DKG7 reçoit un nouveau design.
La Mini se démarre via ce basculeur rouge placé sur la console.
La personnalisation est poussée jusque sur le seuil des portes !
Le nouveau logo Mini.
La personnalisation est poussée jusque sur le seuil des portes !
N'imaginez pas emmener des passagers arrière : la place aux jambes est inexistante. Et puis dans le coffre, il n'y a de la place que pour deux sacs de voyage.
N'imaginez pas emmener des passagers arrière : la place aux jambes est inexistante. Et puis dans le coffre, il n'y a de la place que pour deux sacs de voyage.

 

Concurrence Mini Cabriolet Cooper S

Les marques premiums Audi, BMW et Mercedes conservent un catalogue varié de cabriolets grâce à leur présence sur le marché américain, mais aucun de leurs modèles n’affiche le petit gabarit de la Mini. La Fiat 500C n’est pas assez puissante pour rivaliser avec notre Cooper S de 192 ch, mais les variantes Abarth ont du répondant pour moins cher : 595 Competizione de 180 ch à 25 250 €, mais l’inconfort est au rendez-vous.

L’autre rivale est la DS3 cabrio, dont la version Performance est plus sportive, plus puissante (208 ch) et bien moins onéreuse (27 950 €). Mais elle ne propose pas de boîte automatique et, comme l’Abarth, cette DS3 est un faux cabriolet puisque ses montants latéraux restent en place.

 

Bilan essai Mini Cabriolet Cooper S

L’anglaise -propriété de BMW- est quasi seule au monde dans sa configuration. Dans ce contexte, son évolution presque invisible à l’occasion de ce restylage n’est pas un obstacle et la Mini peut se contenter d’améliorer par petites touches ce qui a fait son succès : la personnalisation. Elle soigne encore sa présentation avec de nouveaux coloris et possède toute la modernité que l’on attend d’une citadine chic. Alors, irrésistible la Mini Cabriolet dans cette livrée Cooper S ? Oui, pour se faire plaisir, sauf que sans rivales sur sa route, elle impose un tarif qui devient indigeste si la gourmandise est trop forte du côté des options et de la personnalisation.

 

On aime

  • Look inimitable/voiture plaisir par excellence
  • Confort/dynamisme avec suspension variable
  • Accord moteur/boîte DKG7

 

On regrette

  • Prix qui grimpe (très) vite / équipement de série indigent
  • Vision arrière avec capote pliée
  • Fausse 4 places : aucun espace pour les jambes à l’arrière

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
dsts

Et oui, la vieille Mini Cabriolet Cooper S (R52, il y a déjà 14 ans) se retrouve bien seule dans la catégorie mini-cabrios.

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Mini Mini