Vous êtes ici :

Essai Mini Countryman Cooper D BVA : consensuel avant tout

Mini Countryman Cooper D 150 (2017)
L'heure de vérité est venue pour le nouveau Mini Countryman en France : sa commercialisation a débuté le 9 février 2017. Ses prix démarrent à 26 900 € en essence (Cooper 136 ch) et 29 900 € en diesel (Cooper D 150 ch).

Renouvelé en 2017, le Mini Countryman quitte le segment des SUV urbains pour rejoindre celui des compacts. En version Cooper D équipé du 2.0 diesel, il adopte un goût du compromis inhabituel pour la marque.



Voiture à l'essai : Mini Countryman Cooper D 150 BVA

À partir de
31 870 €
ni bonus
ni malus

Page 1Essai Mini Countryman Cooper D BVA : consensuel avant tout 

Les voies de la mercatique sont parfois impénétrables. Alors que la marque Mini porte dans ses gènes la vocation de Lilliput à quatre roues, elle s’en éloigne de plus en plus. Le tout nouveau Countryman en est la démonstration la plus frappante.

Autrefois petit SUV de la taille d’un Renault Captur, il rejoint la catégorie supérieure en tutoyant un certain BMW X1 avec lequel il partage motorisations et plateforme. Il est certes plus court de 14 cm, mais par rapport à son prédécesseur, l’inflation atteint 20 cm, tout de même !

Mini Countryman Cooper D 150 (2017)
Le nouveau Countryman pointe à 4,30 m de long. Soit 20 cm de plus que l'ancien, et 14 cm de moins que le BMW X1 dont il reprend plateforme et moteurs.

Les responsables de la marque le martèlent : c’est selon eux la seule façon de conserver des clients dont la famille s’est agrandie. Et qu’on se le dise, leur profil n’est pas celui des acheteurs de X1. L’avenir le dira, mais on s’étonne que le constructeur ait déserté - au moins momentanément - le segment en pleine croissance des petits crossovers.

Faute de gabarit  « Mini » on se raccroche donc à son design, incontestablement dans l’esprit de son prédécesseur, au même titre que sa dotation « à la carte », qui permet de gonfler le prix de vente final à loisir.

 

Prix du Mini Countryman Cooper D

Par rapport à l’ancien Countryman Cooper D, le nouveau augmente de 4 000 €. Une inflation évidente mais à nuancer : le Countryman 2016 était équipé d’un moteur 1.6 de 112 ch alors que le nouveau hérite du 2.0 de 150 ch du BMW X1. La comparaison avec l’ancien Cooper SD (143 ch) devient donc plus pertinente : il était facturé en son temps 30 000 € en boîte manuelle, soit, à 100 € près, le tarif du nouveau modèle (29 900 € en BVM).

Par rapport au BMW X1, l’écart de tarif en finition de base reste significatif puisqu’il se chiffre à 4 700 €. La boîte automatique Aisin à huit rapports de notre modèle d’essai est quant à elle facturée 1 970 €, ce qui reste dans la moyenne de la catégorie.

Mini Countryman Cooper D 150 (2017)
L'ancien Countryman diesel proposait trois niveaux de puissance : 90 ch, 112 ch et 143 ch. Le nouveau démarre directement à 150 ch en Cooper D et culmine à 190 ch en Cooper SD.

Notons également que le premier prix du Peugeot 3008 BlueHDi 150 se situe à 33 400 €, mais le français offre un équipement de série et une habitabilité supérieurs. Comme toujours chez Mini, le prix de base n’a d’ailleurs pas grande signification puisque la plupart des clients puiseront abondamment dans le très généreux catalogue d’options.

Ainsi notre modèle d’essai doté de la dotation « Exquisite » et des packs « High-Tech » et « Evasion » coûtait la modique somme de 44 830 €. Précisons enfin qu’en raison de sa valeur résiduelle élevée, le Countryman bénéficie toujours de tarifs plutôt attractifs en LOA.

 

Au volant du Mini Countryman Cooper D

 

Dès les premiers tours de roues, le Countryman fait sentir son nouveau credo. Si le pare-brise droit et bombé donne toujours un angle de vision assez particulier au conducteur, celui-ci comprend très vite qu’il n’est pas au volant d’une berline. Relativement imposant, le Countryman ne se faufile pas dans les ruelles comme un kart. Au contraire, il distille des sensations de véhicule familial, qui joue avant tout sur le confort.

Certes, la direction reste assez directe mais elle apparaît un peu collante et ne confère pas du tout cette sensation d’agilité immédiate que l’on attend d’une Mini. D’aucun objecteront que ce type de ressenti est rarement distillé par un SUV, mais un certain Peugeot 3008 a montré que cela pouvait exister.

Mini Countryman Cooper D 150 (2017)

Pas vraiment passionnant à conduire, le Countryman se montre sûr et fait preuve d’un confort de suspension certain malgré quelques trépidations. Il profite surtout d’un moteur diesel particulièrement silencieux, même en charge. Les progrès sont massifs, et il n’y a guère que les bruits aérodynamiques persistants qui ternissent le bilan en matière d’insonorisation. 
 
Silencieux et confortable, le nouveau Countryman ne génère plus la sensation d'agilité immédiate attendue d'une Mini

Malgré sa vocation d’entrée de gamme, le 2.0 se montre parfaitement à la hauteur du point de vue des performances. Il accélère ainsi de 0 à 100 km/h en 8,8 s. Douce et réactive, la boîte Aisin a également l’avantage d’avoir un impact quasi-nul en matière de performances et de consommation.

L’écart en matière d’émissions de CO2 n’est que de 2 g/km par rapport à la boîte manuelle et le 0 à 100 km/h gagne même 0,1 s. Enfin le Countryman Cooper D sait modérer son appétit puisque nous avons relevé une moyenne de 6,5 l aux 100 km sur un parcours mené à grand train.

 

A bord du Mini Countryman Cooper D

Mini Countryman (2017)
La finition de l'habitacle du Mini Countryman apparaît plutôt flatteuse, mais son dessin et son ergonomie restent complexes.

S’il y a bien quelque chose de Mini auquel le Countryman ne renonce pas, c’est l’ergonomie typique de la marque. Les non-initiés ont donc toujours besoin certain d’un temps pour comprendre l’emplacement des commandes qui n’ont pas du tout la logique de celles des véhicules de la maison mère BMW. Le nouveau SUV ajoute encore un peu plus de fantaisie dans cet univers très proche de celui des berlines Mini avec un effort particulier sur l’éclairage intérieur.

Notre modèle était en effet doté de décors de planche de bord « illuminés » qui changent régulièrement de couleur. De quoi distiller une ambiance foraine qui amusera beaucoup les enfants. La qualité de finition ne suscite aucun reproche : les assemblages et la qualité des plastiques sont de bonne facture malgré la complexité du dessin de la planche de bord.

Mini Countryman (2017)
Avec 450 litres au total, le coffre du Mini Countryman gagne 100 litres par rapport à celui de son prédécesseur.
Coulissante et dotée de dossiers ajustables, la banquette du Mini Countryman accueille correctement trois passagers.

La progression des dimensions a bien entendu profité à l’habitabilité. L’espace à l’arrière devient en effet très convenable, d’autant plus que la modularité est au rendez-vous : la banquette 40/20/40 est coulissante sur 13 cm et ses dossiers sont inclinables.

L’espace à la tête apparaît également généreux, tandis que le coffre bénéficie d’un système de plancher amovible plutôt pratique. Reste que 450 litres, c’est plutôt maigre dans la catégorie : Le Peugeot 3008 en propose 70 de plus et le Renault Kadjar, 77. Il est vrai que le Mercedes GLA ne propose que 421 litres malgré son gabarit supérieur.

 

Concurrence du Mini Countryman Cooper D

En changeant de catégorie, le Countryman Cooper D n’en conserve pas moins un positionnement atypique. A 4,30 m, il est en effet nettement plus court que l’Audi Q3 TDI 150 (4,39 m), le Mercedes GLA (4,42 m) ou le BMW X1 sDrive18d déjà cité, qui constituent ses cibles naturelles. Notons que ces derniers sont systématiquement plus chers, la palme revenant au Mercedes GLA 200d 7G-DCT, proposé à partir de 36 100 € malgré son déficit de 14 ch par rapport au Mini vendu dès 31 870 € en BVA.

Audi Q3 et BMW X1
Audi Q3 et BMW X1
Mercedes GLA
Mercedes GLA
Fiat 500X
Fiat 500X
Jeep Renegade
Jeep Renegade

Même les SUV des constructeurs généralistes sont plus imposants, et il faut aller chercher du côté des Fiat 500 X (4,27 m) et Jeep Renegade (4,25 m) pour trouver les concurrents les plus proches, à la fois par leur taille mais aussi par leur style décalé. Reste que ceux-ci ne proposent pas de configuration équivalente puisque leur motorisation diesel 140 ch à boîte automatique n’est disponible qu’avec la transmission intégrale.

De quoi ajouter un malus écologique de 773 € aux 28 890 € demandés par le Fiat et 1 373 € aux 33 250 € exigés par le Jeep. On voit là que les as du marketing ont bien travaillé et que, malgré son embonpoint, le nouveau Countryman reste un cas à part.

 

Bilan essai Mini Countryman Cooper D

Equipé du 2.0 diesel de 150 ch, le Countryman fait preuve d’une homogénéité inhabituelle pour une Mini. Relativement habitable vu son gabarit, il brille par son confort et l’insonorisation de son moteur. On regrette cependant qu’il ait perdu au passage le fameux toucher de route Mini. Il n’est certes pas désagréable à conduire, mais certains de ses concurrents sont plus affûtés. Heureusement pour les amateurs de la marque, il offre toujours des possibilités de personnalisation et d’équipement exceptionnelles.

Mini Countryman Cooper D 150 (2017)

On aime

  • Confort de suspension
  • Silence du moteur
  • Modularité

On regrette

  • Sensations de conduite pas vraiment Mini
  • Bruits aérodynamiques
  • Tarif des options
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
fab71117

SUPER ARTICLE

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Mini Countryman