Vous êtes ici :

Essai Nissan Qashqai restylé : ceux qui l'aiment déjà seront contents

Nissan Qashqai 2017
Le Nissan Qashqai restylé arrivera en septembre 2017 en concession. Son prix débute à 22 950 € en essence 115 ch, et à 25 350 € en diesel (dCi 110 ch).

L'histoire des SUV compacts est simple. Le Toyota RAV4 a créé le genre en 1994. Le Nissan Qashqai en a gravé la définition en 2007. Le Peugeot 3008 l'a réécrite en 2016. Alors que fait le Qashqai n°2 ? Un léger restylage pour temporiser, avant de se remettre en mode conquête avec sa génération III.

Voiture à l'essai : Nissan Qashqai 1.6 dCi 130ch Acenta

À partir de
29 650 €
ni bonus
ni malus

Page 1Essai Nissan Qashqai restylé : ceux qui l'aiment déjà seront contents 

Le Qashqai a changé la face de Nissan : 30 000 ventes en France
et 13e rang au classement des constructeurs en 2006, juste avant son lancement, 74 000 ventes et 7e rang en 2015. Il a aussi changé la physionomie du paysage automobile français : 54 000 SUV compacts immatriculés en 2006 (3 % du marché), 264 000 en 2016 (13 %). Car tous les constructeurs ou presque se sont engouffrés à la suite de Nissan qui a écrit en 2007 avec le Qashqai la définition des SUV compacts : allure générale de 4x4, habitacle élevé, mais mœurs routières et transmission 4x2 de préférence.

Nissan Qashqai 2017
Le Nissan Qashqai restylé se reconnaît à sa nouvelle calandre au V plus large, à ses phares antibrouillard effilés et à son logo Nissan à effet 3 D.

Peugeot 3008, Dacia Duster et Renault Kadjar ont maintenant détrôné le Qashqai. Mais il garde une position éminente. Quand un modèle est auréolé d’un tel succès, son restylage est rarement le moment des grandes révolutions. A mi-parcours, puisque lancé début 2014, le Qashqai génération II se contente du minimum syndical : face avant pomponnée, nouveau volant, équipement remis aux goûts du jour, quelques améliorations ci et là, une finition supplémentaire. Pas de quoi enrayer la déferlante 3008. La mission confiée par Nissan au Qashqai restylé est différente : conserver ses positions, en attendant l’arrivée du Qashqai III.

Nissan Qashqai 2017
Comme sur la face avant, les feux de jour à LED en forme de boomerang entourent plus largement les phares. A partir de la finition N-Connecta, la jupe inférieure du bouclier arrière du Nissan Qashqai est décorée d'inserts argentés, qui ressemblent à un sabot mais n'en sont pas...

 

Prix du Nissan Qashqai 2017

Rien de neuf sous le capot, le Qashqai garde la même palette d’offres : deux moteurs essence (115 et 163 ch), deux diesels (110 et 130 ch),
boîte automatique à variateur sur les versions essence 115 ch et dCi 130 (+ 1 600 €), et transmission intégrale sur le dCi 130 BVM (+ 1900 €). Il débute désormais à 22 950 € côté essence, et 25 350 € au rayon diesel, soit une augmentation de 500 € en DIG-T 115 ch et 300 € en dCi 110 largement compensée par l’enrichissement de sa dotation de série.

Le Qashqai restylé reçoit en effet dès son premier niveau de finition le pack « Bouclier de sécurité » (freinage d’urgence automatique, alerte de franchissement de ligne, lecture des panneaux) jadis facturé 600 €, ainsi qu’un nouveau volant cuir à base aplatie. Il est déjà très correctement équipé au niveau Acenta : climatisation automatique, jantes alliage 17’’. N’oublie rien à l’étage N-Connecta, qui se flatte d’avoir gardé le même tarif que son aîné (31 350 € en dCi 130) : GPS, écran multimédia 7’’, caméras périphériques, accès et démarrage sans clef, jantes 18’’.

Nissan Qashqai 2017

Sa nouvelle finition haute Tekna+ (35 700 € en dCi 130), introduite à l’occasion de son restylage, hisse le Qashqai dans un autre univers : sellerie cuir Nappa, sièges avant électriques et chauffants, système audio Bose à 10 HP, toit vitré panoramique. Bref, quelle que soit la finition choisie, le Qashqai en donne vraiment pour son argent. Voir tous les prix du Nissan Qashqai.

 

Au volant du Qashqai dCi 130

Nissan Qashqai 2017

Le Qashqai a profité de son restylage pour améliorer sa copie : meilleure insonorisation de l’habitacle, direction raffermie, barre antiroulis plus rigide. Son grand talent est d’avoir su proposer un gabarit vraiment compact à sa naissance, sans céder ensuite à la tentation des centimètres et des kilos : 4,39 m, toit plutôt bas (1,59 m). A être ainsi plus court et moins haut que ses rivaux, il gagne sur les deux tableaux : vivacité, sobriété. Avec 1 445 kg sur les épaules, le dCi 130 se sent pousser des ailes (9,9 s de 0 à 100 km/h) et s’arrête rarement à la pompe (4,4 l/100 km en cycle normalisé, 123 g de CO2/km).

Nissan Qashqai 2017

Le châssis se met à l’unisson. Vif et léger, le Qashqai est naturellement plaisant à conduire : facile à guider, solide dans ses prises d’appui sans avoir besoin de durcir ses suspensions au détriment du confort. Sa simplicité le rend même sympathique à l’usage car le Qashqai ne s’est jamais pris pour un autre : il offre exactement ce qu’il promet, tout en contenant ses tarifs.

Nissan Qashqai restylé (2017)
Ce n'est pas son domaine favori. Mais le Nissan Qashqai peut gambader sur les chemins : garde au sol de 18 cm, blocage de différentiel 50/50 sur la version dCi 130 4x4.

Sa version 4x4 (1 540 kg), malgré un train arrière multibras, s’avère moins agréable : 10,5 s de 0 à 100 km/h, niveau sonore plus élevé, sensation de lourdeur à l’inscription dans un virage. Elle peut courir les chemins : garde au sol de 18 cm, transmission intégrale enclenchable avec blocage de différentiel. Mais sur le X-Trail, grand frère du Qashqai, la molette rotative qui permet de passer en mode 4x4 est fièrement posée sur la console centrale. Sur le Qashqai, elle est remplacée par une petite commande cachée sous la planche de bord. Le Qashqai le dit ainsi clairement : il se sent l’âme d’un SUV routier. Message parfaitement reçu par son public : la version 4x4 représente 10 % de ses ventes…
 

Dans l’habitacle du Qashqai restylé

Nissan Qashqai 2017

La mode est aujourd'hui aux écrans multimédia XXL. Celui du Nissan Qashqai paraît frêle : 7''. Et il faut plisser les yeux pour lire l'indication de la limitation de vitesse inscrite sur le petit ordinateur de bord, coincé entre les deux cadrans à puits de l'instrumentation...

 

Nissan Qashqai 2017
Un nouveau volant sur le Nissan Qashqai, le même que sur le Kadjar : base aplatie, jante élargie pour une meilleure préhension, branches affinées pour améliorer la vision de l'instrumentation.
A partir de la finition N-Connecta, le Nissan Qashqai reçoit de nouveaux sièges avant : assise plus longue, maintiens latéraux, dossier plus effilé en sa partie haute pour accroître la visibilité depuis les places arrière.
Nissan Qashqai 2017
L'espace ne manque pas au rang arrière du Nissan Qashqai, et les deux places latérales sont bien dessinées. Le passager central est moins bien accueilli, assise plus dure et bombée, mais n'a pas trop à se plaindre : c'est pire sur la grande majorité des SUV compacts !
Nissan Qashqai restylé (2017)
Rançon de la courte taille du Nissan Qashqai, le coffre est parmi les plus brefs du segment : 430 l. Son plancher à double position lui permet de garder une aire de chargement plane quand la banquette est rabattue.

 

Concurrence Nissan Qashqai 2017

Nissan Qashqai restylé (2017)

Nouvelle coqueluche du segment des SUV compacts, le Peugeot 3008 est plus vaste (4,45 m, toit à 1,62 m, 520 l de coffre) que le Qashqai.  Il démarre à peine plus haut en BlueHDi 120 (30 200 €), mais son traitement intérieur est plus moderne : de série, instrumentation digitale sur une dalle de 8’’ et écran central multimédia de même taille.
Le Renault Kadjar, demi-frère du Qashqai dont il reprend le châssis, est dans le même ordre de prix (30 000 € en dCi 130), mais lui aussi plus vaste (4,45 m, toit à 1,61 m, 472 l de coffre).

Le Ford Kuga (4,54 m, toit à 1,70 m, 460 l) a affuté sa ligne et serré ses prix : à partir de 25 600 € en TDCi 120. Bâtis sur la même plateforme,
Kia Sportage et Hyundai Tucson (4,48 m, toit à 1,64 m, 510 l) tiennent le même discours : traits ultra dynamiques, tarifs plutôt doux, 25 090 € en 1.7 CRDi 115 pour le Sportage, 25 450 € pour le Tucson. Et comme le segment des SUV compacts ne cesse de grandir, voici un nouveau concurrent : le Jeep Compass 2017. Gabarit et mécanique sont proches (4,39 m, diesel 120 ch 4x2), le prix contenu (dès 27 250 €) et en prime un vrai look de Jeep.

 

Bilan essai Nissan Qashqai dCi 130 2017

Nissan Qashqai restylé (2017)

Sur le front du marché français, la catégorie des SUV compacts est la mère de toutes les batailles : 35 modèles différents. Aucun autre segment n’en aligne autant. Longtemps dominateur car novateur, le Qashqai est maintenant assailli de tous côtés. Il reste toutefois à niveau très élevé (35 000 ventes en 2016 en comptant sa version longue X-Trail), et s’y maintiendra avec sa version restylée : les clients Qashqai, nombreux et contents, n’iront pas chercher plus loin à l’heure du renouvellement.

En revanche, les temps exaltants de la conquête sont terminés pour lui. Son prudent restylage l’atteste : sa stratégie consiste à garder ses positions face à des rivaux plus jeunes, aux traits plus acérés (Peugeot 3008, Toyota C-HR, Kia Sportage, Hyundai Tucson), au traitement intérieur plus moderne (3008). L’actuel Qashqai a prolongé en héritier le sillon tracé par son père. Le Qashqai n°3, attendu aux alentours de 2021, devra écrire sa propre histoire, avec d’autres arguments. Car le public accorde volontiers une prime aux pionniers, mais elle n’est pas éternelle : le Toyota RAV4, premier roi des SUV compacts, pourrait le raconter au Qashqai.

On aime

  • Le brio du dCi 130 et le comportement routier
  • L’espace au rang arrière
  • Bon rapport prix/équipement à l’échelon N-Connecta

On regrette

  • Sa planche de bord date : écran 7’’, tout petit ordinateur de bord
  • Pas de trait marquant, ni de qualité vraiment différentielle
  • Le coffre manque de volume
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
drapierd

Effectivement. De plus, vous ne parlez pas des autres SUV concurrents du Nissan. Le SEAT "Atéca" me semble bien placé, bénéficiant de la banque de données du Tiguan: chassis , moteurs et boîte "auto" DSG 7 ( excellente entr'autre, je l'ai essayée). Pourquoi ? L'article me semble incomplet. Il faudrait comparer chaque point du Nissan avec les la concurrence

alainsimon100156

Déçu par votre article qui n'est finalement qu'une relecture de la plaquette de présentation du véhicule. On n'y apprend peu de choses hors les qualités routières. Quid de la consommation et des performances réelles qui peuvent différer du ressenti et de ce qui est proposé sur le papier. ET toujours pas de commentaires sur la dépollution du moteur, quel système, efficacité...? Dommage.

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
A Lire aussi
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Nissan Qashqai