Vous êtes ici :

Essai Porsche Boxster GTS : le prix de l'exclusivité

porsche boxster GTS
Dans cette version GTS, le Boxster affiche des performances et une efficacité de GT. Il sera commercialisé dès le mois de décembre 2017 au prix de 80 870 €.

Comme sur la précédente génération, le Porsche Boxster se dote d'une version GTS, avec laquelle il gagne encore en efficacité, bien qu'il conserve son moteur 4 cylindres. Reste à savoir si cela mérite réellement le surcoût demandé.

Voiture à l'essai : Porsche 718 Boxster 2.5 365ch GTS

À partir de
80 870 €
10 000 € de malus

Page 1Essai Porsche Boxster GTS : le prix de l'exclusivité 

Chez Porsche, les déclinaisons se multiplient et contribuent toujours plus à rendre la gamme tentaculaire. Alors que la variante T refait aujourd’hui surface sur la 911, le niveau GTS semble désormais s’être généralisé sur tous les modèles. Apparu en 2010 sur la 911, il fait dorénavant son apparition sur chaque nouvelle génération des modèles de la marque de Zuffenhausen.

Sur ce Boxster GTS 2018, l’opération consiste essentiellement à ajouter 15 ch par rapport à la version S, pour atteindre un total de 365 ch. Bien qu’il ne soit pas le Boxster le plus puissant jamais sorti, ce nouveau modèle GTS devient en revanche le plus performant, en abattant le 0 à 100 km/h en 4,1 s lorsqu’il est doté de la boîte PDK. L’ancien Boxster Spyder, malgré son flat-six 3.8 de 375 ch, est effectivement dépassé (0 à 100 en 4,5 s).   

porsche boxster GTS

Cette peinture bleu Miami est disponible en option pour la somme de 2364 €.

Et oui, n’en déplaise aux puristes, même dans cette déclinaison plus sportive, le Boxster conserve son quatre cylindres à plat. Il semblerait donc qu’il faille attendre l’arrivée d’une nouvelle variante Spyder pour que le flat-six fasse son retour dans le roadster germanique.       

 

Prix Porsche Boxster GTS

Les tarifs de ce Boxster GTS démarrent à 80 870 €, ce qui représente un supplément de 11 040 € par rapport au Boxster S. Avec 205 g/km de CO2, le malus écologique atteint le niveau maximum de 10 000 €, mais peut être abaissé à 8 753 € si l’on opte pour la boîte de vitesses PDK. Cette dernière réclame une rallonge de 3 282 €.

Porsche Cayman GTS
Porsche Boxster GTS
Porsche Cayman GTS

Ce Boxster GTS ajoute toutefois à sa dotation de série certains équipements, comme le Porsche Torque Vectoring (PTV) avec blocage du différentiel arrière, le système d’échappement Sport ou le Pack Sport Chrono. Ces trois équipements n’étaient disponibles qu’en option sur la version S et représentaient à eux seuls un surcoût de plus de 5 000 €. La liste d’options demeure malgré tout très étendue et l’on sera même étonné pour un véhicule de ce standing d’y trouver la climatisation automatique (768 €) ou le régulateur de vitesse adaptatif (1560 €).

Naturellement, le coupé Cayman a lui aussi droit au traitement GTS et il est proposé au prix de 78 830 €. Contrairement à la génération précédente, il présente exactement la même fiche technique que le Boxster et ne dispose plus de son léger avantage de puissance.

 

Au Volant de la Porsche Boxster GTS

porsche boxster GTS

Par rapport à celui qui équipe la version S, le flat-four reçoit ici quelques modifications non négligeables, comprenant notamment un turbo optimisé avec une pression de 1,3 bar (1 bar sur le S) et un nouveau collecteur d’admission. Au vu de ces améliorations, le gain de puissance de seulement 15 ch peut donc sembler vraiment modeste.

Et autant le dire franchement, la différence est assez difficile à percevoir une fois au volant, d’autant plus que nous ne disposons pas d’une version S pour pouvoir établir directement une comparaison. Quoi qu’il en soit, les performances s’avèrent toujours assez impressionnantes au vu de la taille du moteur, d’autant plus que ce dernier se montre plein à tous les régimes et offre une sacrée allonge.

Le Boxster distille toujours des sensations d’authentique sportive

Si les nuances sont quasi imperceptibles sur le plan du moteur, le passage d’une version dotée de la boîte PDK à une autre en boîte manuelle offre un contraste bien plus marqué. La première optimise les performances avec ses passages de rapports éclairs et sa grande réactivité, mais a tendance à lisser les sensations, tandis que la seconde ajoute encore du plaisir de conduite grâce à sa commande précise aux débattements courts. La PDK reprend bien sûr l’avantage en ville ou dans les embouteillages, offrant une sérénité incomparable.    

Porsche Boxster GTS

Mais, quelle que soit la transmission choisie, le Boxster distille toujours des sensations d’authentique sportive, grâce à un toucher de route d’une pureté que l’on retrouve sur peu d’autos. Commandé par une direction idéalement ferme et offrant beaucoup de ressenti, le train avant se montre d’une précision chirurgicale. De plus, l’équilibre des masses et la légèreté font merveille dans le sinueux et procurent une belle agilité à ce roadster. Les pilotes non aguerris seront enfin agréablement surpris de voir que l’ESP est calibré de manière à autoriser de légères dérives du train arrière, en toute tranquillité.     

Au final, seule l’ambiance sonore déçoit toujours un peu, en raison d’un flat-four dont la voix rauque peut se montrer au premier abord plaisante à bas régime, mais aussi rapidement épuisante sur long parcours, notamment lorsque la capote fermée agit comme une caisse de résonance. Sans parler du réel manque de noblesse lors des montées dans les tours...

 

A bord de la Porsche Boxster GTS

Porsche Boxster GTS intérieur

Comme toujours chez Porsche, la présentation et la qualité de finition sont irréprochables et marient parfaitement le luxe à la sportivité. Néanmoins, certains détails comme les plaquages de carbone ou les surpiqures contrastées nécessitent de cocher de coûteuses options.

Porsche Boxster GTS intérieur
Le cadran droit numérique permet d'afficher diverses informations, alors que le fond du compte-tours peut être coloré en option.
Le maniement de ce levier de vitesses ajoute encore une dose de plaisir de conduite sur les versions dotées de la boîte manuelle.
Porsche Boxster GTS phares
Les freins carbone céramique font bien entendu partie des options. Ils se reconnaissent notamment à la couleur jaune des étriers 6 pistons.
Les blocs optiques à fond noir font partie des rares éléments qui permettent de distinguer les variantes GTS des autres Boxster.

 

Concurrence Porsche Boxster GTS

Sur le marché, les « petits » roadsters à moteur central sont plutôt rares et les seuls à se doter de la même architecture dans une tranche de prix équivalente sont l’Alfa Romeo 4C Spider et la Lotus Exige Sport 350. Sur cette dernière, le toit peut effectivement s’enlever, palliant en partie la disparition de la version roadster. Ces deux rivales affichent toutefois une philosophie plus radicale que le Boxster, avec un habitacle nettement plus spartiate, mais sont aussi un peu moins onéreuses (73 000 € pour la 4C et 75 840 € pour l’Exige).     

Alfa Romeo 4C Spider
Lotus Exige Sport 350
Alfa Romeo 4C Spider
Jaguar F-Type Cabriolet
Audi TT RS Roadster
Jaguar F-Type Cabriolet

Par son prestigieux blason et les sensations qu’elle distille, la Jaguar F-Type V6 pourrait également faire de l’ombre au Boxster GTS, bien que son moteur soit situé à l’avant et qu’elle soit moins agile, plus cossue, plus lourde et plus chère (92 970 € en cabriolet V6 S 380). Enfin, on peut aussi citer l’Audi TT RS roadster qui, par sa grande efficacité avec sa transmission quattro et par la voix envoutante de son cinq cylindres, demeure sans doute le plus féroce rival du roadster Porsche. Sans compter qu’avec 77 800 €, son tarif est toujours un peu inférieur.

 

Bilan de l’essai Porsche Boxster GTS

Porsche Boxster GTS

Est-ce que l’achat d’un Boxster GTS plutôt que d’une version S est réellement intéressant ? Voilà une question à laquelle il semble, au premier abord, difficile de répondre par l’affirmative. La différence en termes de sensations est à peine sensible, alors que l’écart de prix est lui vraiment significatif. En fait, il convient plutôt de voir le GTS comme un Boxster S mieux équipé et doté d’une petite touche d’exclusivité supplémentaire. Un argument a priori suffisamment parlant pour une partie de la clientèle Porsche.

Mais, GTS ou pas, le Boxster demeure quoi qu’il en soit une fabuleuse machine à sensations, par son châssis affuté et son équilibre, et seul le chant rustique du flat-four pourra faire hésiter le porschiste nostalgique des anciennes versions à six cylindres.   

On aime :

  • Plaisir de conduite rare
  • Performances de très haut niveau
  • Finition de l’habitacle

On regrette :

  • Bruit du moteur
  • Tarif, par rapport à un Boxster S
  • Les trop nombreuses options

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Porsche Boxster