Vous êtes ici :

Essai Porsche Panamera Sport Turismo : notre avis sur le break Porsche

Porsche Panamera Sport Turismo E-Hybrid 4 blanc arrière gauche
La nouvelle Panamera Sport Turismo sera commercialisée en France en octobre 2017 avec cinq motorisations. Ses prix oscillent entre 100 367 € (V6 essence de 330 ch) et 161 927 € (V8 biturbo de 550 ch).

Une Porsche break ? Après les diesels et les SUV, pourquoi pas : à la berline classique, la Panamera Sport Turismo ajoute un soupçon de modularité et une cinquième place, mais ne perd rien de son élégance ni de son caractère... Premier essai en essence, diesel et hybride.

Voiture à l'essai : Porsche Panamera Sport Turismo 4 E-Hybrid

À partir de
114 782 €
1 000 € de bonus

Page 1Essai Porsche Panamera Sport Turismo : notre avis sur le break Porsche 

Si l’acquisition d’une Porsche neuve reste le rêve ultime de millions de passionnés, les heureux élus font parfois face à d’importants dilemmes. Un Cayenne ? Trop encombrant. Un Macan ? Trop nouveau riche. Un 718 Boxster ? Trop étriqué. Une 911 ? Trop m’as-tu-vu.

Porsche Panamera Sport Turismo Turbo craie avant droit
4+1 places, un coffre généreux et un penchant marqué pour le dynamisme, et voilà la nouvelle Panamera Sport Turismo devenir la synthèse idéale de la gamme Porsche. Sans oublier son petit avantage, quand vient la fameuse question « En quoi tu roules ? » : en « Panamera Sport Turismo » en réponse à un passionné complice, en « break diesel » à votre beau-frère gendarme ou contrôleur fiscal. Magique.
 

 

Et la berline Panamera devint break Sport Turismo

A 5,05 m, la Panamera Sport Turismo mesure, au centimètre près, la longueur de la Panamera berline lancée en 2016. Après une partie avant strictement identique, les différences se multiplient avec un pavillon aplani, une porte arrière agrandie et un hayon vertical plutôt qu’en fuite.

Visuellement, le premier break Porsche de l’histoire n’a rien d’inélégant, et conserve les gimmicks séduisants de la berline : élégante barrette joignant des feux horizontaux, épaulement de caisse marqué rappelant sa majesté 911. L’ancienne et pataude Panamera est définitivement enterrée…

 

A bord de la Panamera Sport Turismo

Avec ses dimensions inchangées, la Panamera Sport Turismo conserve le même (et bel) espace aux places arrière, et refuse d’ailleurs la carrosserie Executive à empattement allongé de 15 cm. Sur la banquette, les progrès confinent dès lors au détail : accès à bord plus aisé grâce au pavillon bien droit, meilleure visibilité vers l’extérieur grâce à la vitre moins biseautée et au toit panoramique (optionnel) agrandi.

Porsche Panamera Sport Turismo places arrière
Porsche Panamera Sport Turismo clim' quatre zones
Porsche Panamera Sport Turismo coffre
Porsche Panamera Sport Turismo coffre en break

La Sport Turismo inaugure toutefois une banquette à 3 places… ou plutôt 2 + 1, comme l’admet Porsche : dossier étroit, assise haut perchée et large console au plancher n’invitent pas aux longs trajets en place centrale.

La Sport Turismo ne transfigure pas l'espace intérieur mais soigne ses aspects pratiques

Le volume de coffre, lui, progresse de 25 petits litres par rapport à la berline (soit 520 l), mais la Sport Turismo prend soin d’accueillir des rails de chargement (optionnels), un couvre-bagages à enrouleur et des boutons pour coucher les dossiers 40/20/40 depuis l’entrée du coffre, dont le seuil demeure légèrement plus bas. Une Panamera presque digne d’un monospace… du moins, jusqu’à en prendre le volant.

 

Au volant de la Panamera Sport Turismo

Pour ce premier essai de Panamera Sport Turismo, nous avons pu tester brièvement trois des cinq motorisations disponibles. D’abord, la 4S diesel et son étonnant V8 de 4.0 de cylindrée : 422 ch tout de même, et un couple maxi de 850 Nm disponible dès 1 000 tr/min… qui invite presque à passer le rapport supérieur lors d’un besoin de puissance !

Porsche Panamera Sport Turismo Turbo bleu avant gauche
Porsche Panamera Sport Turismo 4S bleu profil gauche
Porsche Panamera Sport Turismo 4S bleu arrière

La Panamera Turbo ensuite, sommet de la gamme avec son V8 biturbo crachant 550 ch : la moindre pression sur l’accélérateur semble diviser le poids de l’auto par deux, la poussée herculéenne démarrant dès 2 000 tr/min pour ne plus s’arrêter jusqu’à 6 800 tr/min. Reste une sonorité plus intimidante que musicale, le souffle des turbos couvrant les vocalises du V8 à l’accélération.

La Panamera la plus agréable à entendre ? La version hybride... quand elle réveille son V6 biturbo, évidemment !

La meilleure mélodie est paradoxalement venue de la version hybride, une fois épuisées ses batteries (elles lui offrent une trentaine de kilomètres d’autonomie en mode 100% électrique après 6H de charge sur une prise classique). Son « petit » V6 2.9 de 330 ch s’est ainsi montré attachant, avec une poussée graduelle au fil des tours/minutes et une sonorité plus métallique façon ancienne BMW.

Si chacun choisira sa motorisation en fonction de son utilisation (et/ou son budget…), tous devraient apprécier l’efficacité de ce singulier break en virages. Malgré son gabarit imposant et sa direction perfectible (l’effort varie curieusement selon l’angle de braquage), la Panamera Sport Turismo efface les grandes courbes d’un léger coup de volant, présente une belle agilité dans les épingles et absorbe à peu près toutes le bosses, des petites aspérités à faible allure aux profonds raccords de chaussée en appui.

Encombrante et peu communicative de prime abord, la Panamera Sport Turismo sait pourtant se montrer très agile en virage

Il faut dire que nos Panamera Sport Turismo d’essai disposaient de tous les équipements « châssis » disponibles au catalogue : suspension pneumatique (de série hors Panamera 4), barres antiroulis actives et différentiel piloté électroniquement (4 740 €), sans oublier les roues arrière directrices (2 064 €) qui, en plus de stabiliser l’auto en grandes courbes et l’aider à tourner en épingles, raccourcit le diamètre de braquage en ville. Avec plus de 5 mètres à manœuvrer, voilà qui tombe à pic…

Porsche Panamera Sport Turismo Turbo craie arrière gauche en roulant

 

La Panamera Sport Turismo en détails

Porsche Panamera Sport Turismo ecran GPS
Porsche Panamera Sport Turismo boite PDK
Porsche Panamera Sport Turismo planche de bord
La Panamera Sport Turismo récupère la planche de bord de la berline, caractérisée par son immense écran central de 12,3 pouces et ses commandes tactiles lumineuses autour du levier de boîte PDK.
Porsche Panamera Sport Turismo molette Sport+
Les différents modes de conduite (influant sur les suspensions, direction, sonorité et gestion de boîte PDK) se commandent via cette molette avec le Pack Sport Chrono
Porsche Panamera Sport Turismo compteurs
Deux écrans de 7 pouces s'installent de part et d'autre du compte-tours, seul à rester analogique : un clin d'œil aux cinq mythiques compteurs de la 911 !
Porsche Panamera Sport Turismo becquet
Motorisé, le becquet arrière se déploie de 7° à partir de 170 km/h (ou 90 km/h en modes Sport et Sport+), et jusqu'à 26° quand le toit panoramique est ouvert.
Porsche Panamera Sport Turismo Turbo bleu jante
Reconnaissables aux étriers peints en jaune, les freins carbone-céramique sont facturés 9 012 € sur toutes les motorisations. Les étriers verts différencient la E-Hybrid.

 

Concurrence et prix Porsche Panamera Sport Turismo

Privée de version à deux roues motrices, la Panamera Sport Turismo démarre 7 000 € plus chère que la berline (100 367 € + 6 500 € de malus en version « 4 » essence de 330 ch). A motorisation et équipement équivalent, l’écart entre les deux carrosseries chute toutefois à 2 880 €, et c’est toujours la version 4 E-Hybrid qui se montre la plus intéressante.

Porsche Panamera Sport Turismo logo e-hybrid
Porsche Panamera Sport Turismo jante e-hybrid

Cette Panamera hybride-rechargeable n’est pas la plus abordable à l’achat (114 782 € pour 462 ch de puissance cumulée) mais elle hérite d’un bonus de 1 000 €, quand toutes les autres doivent s’acquitter d’un malus : 9 050 € d’écotaxe pour la 4S essence (123 047 € pour 440 ch), 6 053 € pour la 4S diesel (422 ch pour 127 007 €), et 10 000 € pour la Turbo (161 927 € pour 550 ch).

Porsche Panamera Sport Turismo 2017
Porsche Panamera Sport Turismo
Mercedes CLS Shooting Brake

Sans surprises, le prix demeure élevé par rapport à la concurrence, ou plutôt… le seul autre break de « chasse » du segment : la Mercedes CLS Shooting Brake démarre dès 60 700 € avec un quatre cylindres diesel de 170 ch ! L’écart reste important à motorisation comparable (CLS 400 4Matic à V6 essence de 333 ch dès 73 900 €, CLS 63 AMG 557 ch à 138 500 €), mais la Mercedes n’offre pas le même dynamisme de conduite, un habitacle bien moins technologique.

 

Bilan de l'essai Panamera Sport Turismo

25 l de plus dans le coffre, un chargement facilité et une place assise -temporaire- supplémentaire : la carrosserie Sport Turismo ne transforme pas la Panamera en "van" familial mais soigne certains aspects pratiques sans altérer le dynamisme ni l’allure de cette grande Porsche.

Le choix sera d’ailleurs davantage dicté par les préférences esthétiques, séduites par la coupe singulière d’une carrosserie rare sur le marché des routières de luxe. Quant au surcoût, contenu sous les 3 000 €, il apparaît anecdotique vu les prix pratiqués…

Porsche Panamera Sport Turismo Turbo craie arrière droit

 

On aime

  • L’élégance des lignes préservée
  • L’agrément de conduite et le confort de roulage
  • La cinquième place possible

On regrette

  • Les options nombreuses malgré le prix pratiqué
  • Le feeling de direction perfectible
  • L’empattement long indisponible sur cette carrosserie
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Porsche Panamera