Vous êtes ici :

Essai rétro : la Renault 20 TS en vidéo

Renault 20 TS 1979 bleue 3/4 avant
Immersion dans la fin des années 70 avec cette Renault 20 TS.

À l'occasion des 120 ans de Renault, le constructeur a ouvert ses réserves et nous a laissé les clés d'une Renault 20 TS de 1979. Un modèle un peu oublié, que l'on redécouvre aujourd'hui et qui portait déjà la marque des Renault des années 80, celle des voitures à vivre.

La Renault 20, véhicule familial de la firme au losange, est sortie en fin d’année 1975. Elle était dérivée de la Renault 30. Contrairement à cette dernière, elle ne recevait pas le V6 PRV (Peugeot-Renault-Volvo), ni les quatre optiques à l’avant. Elle devait se contenter de mécaniques moins puissantes et de phares rectangulaires.

Commercialisée pendant 8 ans, la Renault 20 connaîtra un certain succès puisqu’elle s’écoulera à plus de 600 000 exemplaires. Elle se posait en concurrente des Peugeot 505 (au style classique) et Citroën CX (autrement plus originale).

Notre modèle du jour est une version TS à moteur 2.0 « Douvrin » de 109 ch, associé à une boîte mécanique à quatre rapports. Grâce à ce bloc à essence qu’elle reçoit à partir de 1977, la R20 assoit son statut de familiale routière même si les performances n’étaient pas sa qualité première.

À lire. L'essai de la Renault 4 CV en vidéo

 

Une Renault 20 que l’on redécouvre

Renault 20 TS 1979 bleue 3/4 arrière
Renault 20 TS

Quasiment disparue de nos contrées et des petites annonces, la Renault 20 suscite de plus en plus d’intérêt auprès des amateurs de voitures populaires des années 70, les youngtimers. Sa grande sœur, la R30, a déclenché un véritable engouement lors du salon Rétromobile 2018. Jugée banale il y a quelques années, sa ligne est aujourd’hui regardée avec plus de bienveillance. Son hayon très incliné et ses différentes touches de chrome (cerclage des vitres, pare-chocs, rétroviseur, antenne…) lui confère un certain charme. Une allure générale que sa teinte bleue met en valeur.

Renault 20 TS 1979 bleue feux arrière
Renault 20 TS
Renault 20 TS

À l’intérieur, c’est également le bleu qui domine grâce aux housses des sièges. Un équipement totalement disparu mais qui était fort courant à l’époque. Généreusement rembourrés et moelleux à souhait, les sièges sont d’un grand confort. À des années-lumière des selleries de nos voitures actuelles. 

Renault 20 TS 1979 bleue planche de bord
La planche de bord de la Renault 20 TS est sobre. À partir de 1981, elle reçoit un nouveau mobilier très "plastique".

La planche de bord, au design classique, présente bien. Revêtement moussé (!) pour la partie horizontale et touches de chrome donnent une impression de qualité. Même remarque pour les contre-portes, plutôt soignées. L’équipement est complet avec le verrouillage centralisé, les vitres électriques à l’avant, la direction assistée, l’accoudoir central, le niveau de charge de la batterie…

A l'arrière, l’absence de ceintures de sécurité et la présence de cendriers vous projettent dans un autre temps, génial !

À l’arrière, les passagers profitent également du grand moelleux de la banquette et de la bonne habitabilité. Espace pour les jambes, garde au toit, la R20 sait accueillir. Détail intéressant, son plancher est légèrement relevé sous les sièges avant, ce qui permet d’obtenir un « repose-pieds », très agréable.

Renault 20 TS 1979 banquette arrière
Renault 20 TS
Renault 20 TS

Et puis, quelle luminosité et sensation d’espace ! Un sentiment dû aux belles surfaces vitrées et à la ceinture de caisse basse. Une impression qui n’existe plus dans les voitures actuelles. Enfin, l’absence de ceintures de sécurité et la présence de cendriers vous projettent dans un autre temps, génial !

Quant au coffre, son accès est facilité par le grand hayon, moins par la hauteur du seuil de chargement. Peu importe, il est suffisant pour partir en vacances en famille.


Une Renault 20 qui se plie en quatre

En reprenant la modularité de la Renault 16, notre berline familiale propose une multitude de position de banquette pour s’adapter à tous
les usages. Le plus étonnant ? Les noms attribués : « couchettes »,
« rallye », « maman »…

 

Tout en douceur au volant de la Renault 20

Renault 20 TS 1979 place conducteur
Renault 20 TS

La prise en main de la R20 s’effectue avec facilité. Il faut tout de même s’habituer à l’assise très haute, une sensation déroutante au départ. Direction légère, moteur et embrayage souples, commande de boîte relativement précise, tout est simple d’autant que l’ergonomie est bien pensée : les principales commandes sont situées en haut de la planche de bord.

Certains détails nous ramènent immédiatement quelques décennies auparavant comme le passage de la marche arrière, loin d’être évidente : il faut enfoncer le levier de vitesse, l’amener vers soi puis le reculer franchement. Une manipulation tellement plus simple aujourd’hui.

Renault 20 TS 1979 pommeau levier de vitesse
Renault 20 TS
Renault 20 TS

Idem pour la direction, peu précise et offrant peu de ressenti. Quant au freinage, suffisamment efficace, son manque de mordant n’est pas très rassurant. Une question d’habitude… En revanche, la vision périphérique est excellente, un vrai plaisir.

Malgré son moteur 2.0 d’une puissance confortable, la R20 n’est pas une GT. Volontaire en bas du compte-tours, les montées en régime sont correctes sans plus, et l’approche de la zone rouge n’est clairement pas sa tasse de thé.

Renault 20 TS 1979 bleue 3/4 profil
Renault 20 TS

Ce moteur qui aime être mené gentiment est en accord avec le comportement routier, à la rigueur relative. On s’en aperçoit dès les premiers virages. Le roulis très important et le train avant vite dépassé n’incite pas à l’attaque.

Finalement, cette Renault s’apprécie beaucoup plus à allure tranquille, coude à la portière. On profite alors du paysage et de l’extrême douceur de la suspension.

 

Conclusion : il me faut une Renault 20 !

Renault 20 TS 1979 bleue 3/4 avant
Renault 20 TS

Disparue du paysage automobile, la Renault 20 mérite le détour. Sous sa ligne délicieusement rétro se cache une familiale logeable, bien équipée, et au confort douillet. Bref, parfaite pour tous les jours. Une véritable youngtimer qu’il faut collectionner. Cerise sur le gâteau, les prix sont imbattables… pour le moment.

 

Ce qu'en disait L’argus en 1977

L'argus essai Renault 20 TS du 4 août 1977
Essai de la Renault 20 TS dans le numéro du 4 août 1977

Quelques extraits de l’essai de la Renault 20 TS paru le 4 août 1977 :

« La nouvelle version de la Renault 20 est remarquable pour le silence de fonctionnement et l’extrême souplesse de son moteur, qui ajoutent à l’impression de confort créée par l’une des meilleures suspensions actuelles. »

« Le moteur ne procure pas d’accélérations très fougueuses et, si les 170 km/h revendiqués par le constructeur semblent effectivement atteints, on n’y parvient qu’après un lancement assez long. »

« La direction, douce en manœuvre, préserve bien le sens de la route et se montre d’une bonne précision. On ressent, pourtant, une certaine inertie de l’avant dans les enchaînements de virage, due au poids de la voiture et au porte-à-faux du moteur, en avant du train tracteur. »

« La Renault 20 TS marque un progrès notable sur les versions précédentes qui nous semblaient sous-motorisées. Et, ne serait le danger de concurrencer la 30 TS, le nouveau moteur 2.0 nous paraît apte à des développements prometteurs. »

 

Fiche technique Renault 20 TS

Dimensions
Longueur : 4,52 m
Largeur : 1,73 m
Hauteur : 1,45 m
Capacité du réservoir : 67 l
Pneumatiques : 165/80 R14
Poids : 1 260 kg

Mécanique
Moteur : quatre cylindres, essence atmosphérique
Cylindrée : 1 995 cm3
Puissance : 109 ch à 5 500 tr/min
Couple : 172 Nm à 3 000 tr/min
Transmission : aux roues avant
Boîte de vitesses : manuelle, à quatre rapports

Performances
Vitesse maxi : 171 km/h

Consommations
À 90 km/h : 8,1 l/100 km
À 120 km/h : 10,4 l/100 km
En ville : 12,4 l/100 km

Prix
39 700 francs en 1977 (soit 22 944 euros en 2017)

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Loïc Paris

Elle est un peu bricolée au niveau présentation, cette R20 TS : un mélange de R20 et de R30 . L'entourage de feux arrières chromés était réservé à la R30. Idem pour le montant central entre les portières : il était de couleur carrosserie sur les R20. Il n'était chromé que sur la R30. Et seule la R20 TX avait des entourages de vitres chromés : les autres avaient des entourages de vitre couleur carrosserie. du coup je suis surpris qu'elle vienne des réserves Renault, n'étant pas conforme à la présentation d'origine.

Bruno du 13

Des perfs datées. 171km/h malgré 109ch et 1260kg seulement, bof. Concernant le comportement routier, il serait intéressant de le vérifier avec des ressorts, amortisseurs et barres anti-roulis neuves et strictement conformes à l'origine. Et des pneus neufs aussi. 165/80/14 sur une familiale, ça fait sourire aujourd'hui.

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Renault