Accès pro Mon Argus®
Vous êtes ici :

Essai Suzuki S-Cross 2016 : notre avis sur la boîte à double embrayage

Suzuki S-Cross 2016 gris Style roulant sur une route de montagne enneigée vue avant
Le Suzuki S-Cross 1.6 diesel 120 ch 4x4 est désormais disponible avec une boîte robotisée à double embrayage au prix de 29 390 €. Le surcoût réclamé par rapport à la boîte manuelle est important : + 2 600 €, car une finition haute suréquipée est imposée.

Comme son petit frère Vitara, le crossover Suzuki S-Cross reçoit une nouvelle boîte robotisée à double embrayage et six rapports. Mais elle s'associe uniquement au moteur diesel, à la finition haute et à la transmission intégrale. Dès lors : le prix du S-Cross diesel 4x4 Auto frise les 30 000 €...



Page 1Essai Suzuki S-Cross 2016 : notre avis sur la boîte à double embrayage 

Pour séduire les allergiques à la boîte manuelle, chaque groupe automobile propose sa solution favorite. Chez PSA, on fait confiance à la transmission automatique classique, à convertisseur (EAT6). Toyota préfère un système à variation continue, monté de série sur tous les modèles hybrides. Volkswagen, lui, mise sur la célèbre boîte robotisée à double embrayage. Quant à sa déclinaison à simple embrayage, elle survit surtout sur les modèles à bas coût… Aston Martin excepté.

Suzuki S-Cross 2016 gris Style stationné sur des graviers vue arrière gauche
La boîte automatique du S-Cross diffère selon la motorisation : à variation continue pour le 1.6 essence, robotisée à double embrayage pour ce 1.6 diesel 4x4.

Chez Suzuki, on hésite encore. Doux euphémisme : en fonction du modèle retenu, le client peut opter pour l’un des quatre systèmes précités ! Après la Celerio (BVR), les Swift et Vitara (essence BVA), ou le S-Cross (essence CVT), le japonais inaugure une nouvelle boîte pilotée à double embrayage, disponible depuis 2016 sur les crossovers Vitara et S-Cross.

 

Prix Suzuki S-Cross 1.6 DDiS Auto AllGrip

Si cette pluralité de transmissions cadre peu avec la traditionnelle "rationalisation" japonaise, elle s’explique facilement : Vitara et S-Cross utilisent un moteur diesel Fiat… et piochent donc leur boîte à double embrayage chez le même fournisseur. Les ingénieurs japonais en ont simplement revu la gestion électronique, dans le but avoué de lisser les à-coups de fonctionnement.

Suzuki S-Cross 2016 Style gros plan sur le levier de boîte automatique TCCS
Suzuki S-Cross 2016 Style boîte auto gros plan sur la palette de changement de rapport derrière le volant

Reste à pouvoir se l’offrir : uniquement associée au moteur diesel, à la transmission 4x4 "AllGrip" et la finition haute Style, la nouvelle boîte robotisée du S-Cross porte son tarif à 29 390 € minimum. A ce prix, le S-Cross 1.6 DDiS 120 Auto s’approche dangereusement d’un Renault Kadjar dCi 110 EDC (dès 29 700 €) ou d’un Nissan Qashqai dCi 130 CVT (dès 29 740 €)… certes bien moins équipés, et dénués de transmission 4x4.


A vivre : un S-Cross toujours accueillant

Par rapport aux Kadjar et Qashqai, le S-Cross taille plus court : 4,30 m de long, contre respectivement 4,45 m et 4,38 m pour les rivaux. A l’arrière, les passagers ne manquent pourtant pas d’espace (généreuse place aux jambes, accoudoir central, belle luminosité grâce au toit ouvrant panoramique de série), et le coffre apparaît bien conçu : 430 l de volume (comme le Qashqai), et double plancher de série formant une aire de chargement quasi-plane, sièges rabattus.

Suzuki S-Cross 2016 Style vue de la banquette arrière
Suzuki S-Cross 2016 Style vue du coffre avec siège arrière rabattu

A l’avant, les passagers s’installent haut, devant une planche de bord bien rangée et nantie de rangements suffisants. Quant à la dotation de série, elle achève de convaincre : sellerie cuir, navigation GPS à commandes vocales et streaming bluetooth, caméra de recul, radars de stationnement, et bien plus encore (voir équipement détaillé en page 3).

Un peu plus soigné que son petit frère Vitara (12 cm plus court et vendu 2 200 € de moins), le S-Cross pourrait toutefois montrer plus d’efforts en matière de présentation générale. Les matériaux manquent de standing, l’atmosphère de gaieté.

Suzuki S-Cross 2016 Style boîte auto vue de la planche de bord
Très bien équipé dans cette finition Style, le S-Cross souffre de matériaux basiques à ce niveau de prix

 

A conduire : le S-Cross vif mais sonore

Par rapport au S-Cross diesel à boîte mécanique, à la commande accrocheuse, le conducteur ne perd pas au change. En mode normal, la boîte robotisée passe ses vitesses à bas régime et en douceur, et ne crée pas d’à-coup au démarrage malgré la présence d’un Stop & Start. En mode Sport (qui rend aussi l’accélérateur plus réactif), elle hâte le frein moteur et monte ses rapports à plus haut régime, sans tomber dans la caricature. Le mode manuel, lui, permet de changer de « braquet » sans temps mort et à sa guise, via le levier ou les (petites) palettes derrière le volant.

Le confort de conduite y gagne, mais reste hélas altéré par le manque de discrétion du diesel à l’accélération. Dommage : ses 120 ch animent avec entrain le S-Cross, même alourdi de sa boîte robotisée (+ 30 kg) et sa transmission intégrale (+ 65 kg). Cette dernière, associée à quatre pneus hiver, a fait briller la motricité sur le manteau neigeux de notre parcours d’essai.

Suzuki S-Cross 2016 gris Style roulant sur une route de montagne enneigée feux allumés vue avant droite
Suzuki S-Cross 2016 Style gros plan sur la molette de sélection des modes de conduite

Elle aussi créditée de plusieurs modes de conduite (Auto, Sport ou Neige, mais la différence ne saute pas aux yeux…), la transmission 4x4 renvoie le couple vers l’essieu arrière seulement si nécessaire, à moins d’appuyer sur le bouton Lock, qui bloque la répartition AV/AR à 50/50. Efficace sur terrain glissant, le S-Cross ne se mue pourtant pas en authentique franchiseur : sa garde au sol culmine à 17 cm seulement.


Concurrence S-Cross 1.6 DDiS Auto 4x4

Difficile de positionner le S-Cross chez les crossovers : son gabarit (4,30 m de long) le place à mi-chemin entre un Renault Captur (4,12 m) et un Renault Kadjar (4,45 m). Ses prestations aussi : présentation intérieure et insonorisation de SUV urbain, habitabilité et dotation de série de SUV compact.

Bien qu’ils s’éloignent des 120 ch du S-Cross, trois modèles savent toutefois allier boîte automatique et transmission intégrale en diesel : Fiat 500X (140 ch, BVA9, dès 27 990 €), Jeep Renegade (140 ch, BVA9, dès 32 700 €) et Mazda CX-3 (105 ch, BVA6, dès 30 350 €).

Suzuki S-Cross 2016 gris Style roulant sur une route de montagne enneigée vue arrière gauche
Si le S-Cross frise les 30 000 € dans cette version, il ne se place pas plus cher que ses concurrents directs. Et embarque une belle dotation de série...

En réalité, le concurrent le plus dangereux du S-cross se situe… en interne : le petit frère Vitara, qui partage sa base technique, est vendu 2 200 € moins cher dans cette version diesel 120 ch 4x4 BVR (27 390 €). Ses 12 cm de moins en longueur rognent un peu sur le volume de coffre (375 l au lieu de 430), mais son look plus typé SUV et sa meilleure renommée lui ouvrent de meilleures perspectives de carrière : pour 2016, Suzuki prévoit d’immatriculer 6 800 Vitara en France, contre 2 500 S-Cross.


Bilan de l’essai Suzuki S-Cross 2016

Pour qui cherche un crossover diesel alliant transmission intégrale et boîte à double embrayage, le Suzuki S-Cross apparaît comme un bon choix dans la catégorie. Mais le S-Cross se coupe d’un certain public, en imposant finition haute suréquipée et transmission intégrale pour profiter de cette boîte moderne.

Suzuki n’exclut pas de la proposer en version deux roues motrices dans un second temps… c'est-à-dire après l’important restylage du S-Cross, révélé au prochain Mondial de Paris. Il lui permettra de reprendre ses distances avec l’encombrant Vitara, son petit frère presque aussi habitable, identique en matière d’agrément de conduite (même plate-forme et moteurs) et facturé 2 200 € moins cher.

Suzuki S-Cross 2016 gris Style roulant sur une route de montagne enneigée et suivi par un Vitara bleu
Menacé par son petit frère Vitara, le S-Cross va recevoir un gros restylage fin 2016.


On aime

  • La boîte robotisée plutôt rapide et douce
  • Le diesel performant
  • L’habitacle spacieux et bien équipé

On regrette

  • Le bruit du moteur à l’accélération
  • La finition intérieure, quelconque à ce niveau de prix
  • La finition haute et la transmission 4x4 imposées avec la BVR
À lire aussi
Mots clés
Votre commentaire
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Suzuki SX4 S-Cross