Vous êtes ici :

Essai Suzuki Swift 1.2 90 ch SHVS : notre avis sur la Swift "hybride"

Suzuki Swift 2018 travelling avant droit
La nouvelle Swift 1.2 SHVS (pour Smart Hybrid Vehicle by Suzuki) démarre au prix de 16 490 €. Raisonnable, pour une citadine polyvalente aussi bien dotée...

Après la compacte Baleno et le mini-SUV Ignis, c'est au tour de la célèbre Swift de recevoir le système d'hybridation légère Suzuki. Essai en version essence 1.2 de 90 ch.

Voiture à l'essai : Suzuki Swift 1.2 Dualjet Hybrid SHVS Pack

À partir de
16 840 €
ni bonus
ni malus

Page 1Essai Suzuki Swift 1.2 90 ch SHVS : notre avis sur la Swift "hybride" 

Dans la grande chasse aux émissions de CO2, chaque constructeur tente d’apporter sa solution. Et quand certains pensent hybride, hybride-rechargeable, voire 100 % électrique, Suzuki préfère la micro-hybridation.

Suzuki Swift 2018 statique arrière gauche
Bâtie sur une nouvelle plate-forme, la Swift pèse jusqu'à 120 kg de moins que la précédente

Son principe ? Greffer à un moteur à essence classique un alterno-démarreur, chargé de stocker l’énergie dans une petite batterie lithium-ion (12V) à la décélération, puis la réutiliser pour épauler le bloc thermique à l’accélération. Reste à connaître ses prestations dans la célèbre Swift, dont la quatrième génération a été lancée en mai 2017.

 

Vraiment hybride, cette Swift ?

Avec cette formule « allégée » (aussi utilisé par le Renault Scénic Hybrid Assist), la Swift ne peut évoluer sur son seul moteur électrique façon Toyota Yaris hybride.

Le système Suzuki n’annonce d’ailleurs aucun gain de puissance ni de couple maximal (90 ch et 120 Nm pour le 1.2 à quatre cylindres), et se contente de réduire la consommation normalisée : 4,0 l/100 km et 90 g de CO2/km pour cette version, contre 4,3 l et 98 g pour la Swift 1.2 classique.

Suzuki Swift 2018 moteur
La consommation du 1.2 90 ch chute de 0,9 l/100 km en ville
Suzuki Swift 2018 compteurs
L'apport ou la récupération d'énergie apparaissent sur l'écran central

Grâce à un système Stop & Start coupant le moteur sous 12 km/h, le gain atteint toutefois 0,9 l en ville, alors que la compacité du système éradique les contraintes habituelles des modèles hybrides : surpoids contenu (juste 10 kg de plus qu’une Swift classique), encombrement réduit (coffre de 265 l non amputé), et surcoût modéré.

 

Prix Swift 1.2 Dualjet Hybrid SHVS

Difficile d’évaluer le prix exact du système hybride de la Swift : il est le seul à s’associer à la finition haute Pack. 2 200 € plus chère que la Swift 1.2 Privilège, la Swift 1.2 Hybrid Pack y ajoute tout de même la clim’ automatique, la navigation GPS à écran tactile, la caméra de recul, le régulateur de vitesse adaptatif, les rétros rabattables électriquement et une batterie d’aide à la conduite (voir équipement de série détaillé en page 2).

  Avantage Privilège Pack
1.2 Dualjet  13 190 € 14 290 € -
1.2 Dualjet 4x4 - 15 790 € -
1.2 Dualjet Hybrid SHVS - - 16 490 €
1.2 Dualjet Hybrid SHVS 4x4 - - 17 990 €

Notons enfin que ce système hybride est compatible avec toutes les versions de la Swift, comme le moteur 1.0 Boosterjet BVM 111 ch (sauf avec la boîte automatique) mais aussi l’originale déclinaison à quatre roues motrices Allgrip. Pour ce test, nous avons retenu la version qui concentrera l’essentiel des demandes : la Swift 1.2 Dualjet de 90 ch à deux roues motrices.

 

Au volant de la Swift 1.2 "hybride"

Nous démarrons notre essai dans une circulation engluée… où la Swift nous enchante pourtant : à moins de fixer l’aiguille du compte-tours quelques km/h avant l’arrêt, la coupure du moteur thermique demeure tout simplement imperceptible.

Le compliment se prolonge au redémarrage, quand la moindre pression sur l’embrayage suffit à réveiller le 1.2 sans le moindre temps mort ni bruit de démarreur. Une douceur dont rêveraient des autos bien plus raffinées, souvent équipées d’un simple démarreur renforcé…

Suzuki Swift 2018 travelling avant gauche
Difficile de dépasser 6,5 l/100 km en ville, même dans une circulation très dense : le moteur thermique se coupe sous 12 km/h, et tourne seulement 2/3 du temps dans les bouchons d'après l'ordinateur de bord.

 

Suzuki Swift 2018 vue embarquée
Suzuki Swift 2018 filé droit

Le trafic se fluidifie et la Swift continue de nous convaincre. Habitués à mouvoir de modernes citadines à trois cylindres turbocompressés, nous retrouvons avec plaisir les qualités d’un « bon vieux » quatre cylindres atmosphérique : aucune vibration ni à-coup à bas régimes, et arrivée progressive de la puissance plutôt qu’un « creux » suivi d’un effet turbo marqué.

La souplesse du moteur apparaît soignée dès le ralenti, servie par l’apport du petit bloc électrique (qui fournit 50 Nm de couple) dans les phases d’accélérations. Là encore, sa mise en action ne provoque aucun soubresaut et la récupération d’énergie ne génère pas de frein moteur trop important comme à bord d’un Scénic Hybrid Assist.

Le système hybride Suzuki offre à la Swift le meilleur système Stop & Start de la production automobile. Un régal en ville !

Alors, parfaite cette Swift ? Très douce en milieu urbain en tout cas, et pas pour autant ennuyeuse sur la route. Là-bas, sa direction directe sert un train avant efficace, sa suspension assez ferme contient bien le roulis en virages, alors que son moteur de 90 ch déplace sans mal les 950 kg annoncés avec conducteur à bord.

Lors d’un besoin de puissance, mieux vaut juste descendre un ou deux rapports pour évoluer dans la bonne plage de puissance (couple maxi à 4 400 tr/min… il n’y a pas de turbo !) et sécuriser la manœuvre. L’unique réserve apparaît sur autoroute, où le niveau sonore devient important à 130 km/h.

Suzuki Swift 2018 travelling arrière gauche
Moins douce qu'une Citroën C3 sur les ralentisseurs, la Swift reste plus agile dans les virages

Dommage : avec sa bonne tenue de cap, ses sièges confortables et son équipement digne d’une routière (régulateur de vitesse à maintien de distance, alerte de franchissement de ligne, feux de route à allumage automatique), la Swift hybride s’attaque aux longs trajets sans le moindre complexe. Reste à rouler en musique pour couvrir les bruits d’air… et ne pas trop espacer les ravitaillements : le volume du réservoir culmine à 37 l seulement !


A bord de la Suzuki Swift 2018

Suzuki Swift 2018 planche de bord
Rigides et brillants, les matériaux intérieurs ne respirent pas le haut de gamme. Mais la dotation de série est digne du segment supérieur, et la position de conduite profite enfin d'un volant réglable en profondeur et d'un siège conducteur ajustable en hauteur sur une grande amplitude.
Suzuki Swift 2018 ordinateur de bord
Livrées de série, les aides à la conduite pullulent avec le régulateur de vitesse adaptatif...
Suzuki Swift 2018 boutons
...mais aussi l'alerte anti-collision, de franchissement de ligne et de fatigue du conducteur.
Suzuki Swift 2018 siège avant
Les sièges avant séduisent sur long trajet : assise longue, bon maintien latéral, sellerie pas trop "molle".
Suzuki Swift 2018 banquette
La Swift mesure 22 cm de moins qu'une Clio... mais offre autant d'espace à l'arrière.
Suzuki Swift 2018 coffre
La compacité de la Swift (3,84 m) se paie un peu en matière de coffre : 265 l, contre 300 l pour une Clio ou une C3.
Suzuki Swift 2018 coffre siège arrière rabattu
Et en l'absence de plancher amovible, la modularité reste basique avec un espace accidenté, dossier rabattu.

 

Concurrence Suzuki Swift 1.2 Hybrid SHVS

Avec son système d’hybridation légère, la Suzuki Swift n’a pour l’heure aucune rivale directe sur le marché des citadines polyvalentes. Plus évoluée grâce à son « vrai » moteur électrique et sa plus grosse batterie, la Yaris hybride consomme moins d’essence en ville grâce à une propulsion 100 % électrique possible au démarrage ou pendant 2 km environ : pas plus de 4,5 l/100 km, contre 6,5 l pour la Swift selon nos relevés.

Suzuki Swift statique avant droit
Suzuki Swift
Toyota Yaris bleu
Toyota Yaris
Citroën C3, Peugeot 208 et Renault Clio
Citroën C3, Peugeot 208 et Renault Clio

Le tarif de la Yaris est toutefois bien plus élevé : 19 650 € minimum, voire 22 050 € pour jouir d’un équipement comparable à la Swift Pack facturée seulement 16 490 € !

A ce prix, dans les gammes françaises, le client n’a droit qu’à des moteurs 100 % thermiques et des finitions modestes : 16 450 € pour une Peugeot 208 PureTech 82 Active, 16 900 € pour une Renault Clio TCe 90 Zen. Ou 17 150 € pour une Citroën C3 PureTech 82 en niveau haut de gamme Shine… toujours bien moins doté que la Swift Pack.

 

Bilan de l’essai Swift 1.2 Hybrid SHVS

Pour une utilisation principalement urbaine, la Swift 1.2 SHVS demeure peut-être la meilleure polyvalente du marché : belle maniabilité, dimensions mesurées, caméra de recul de série. Et un système d’hybridation légère idéal en ville, qui tempère la consommation et adoucit la conduite comme aucun autre système Stop & Start. Le prix, équivalent à celui d’une Peugeot 208 bas de gamme, achève de convaincre et pardonne les rares défauts… Une fausse hybride, mais une vraie bonne surprise !

Suzuki Swift 2018 action arrière gauche
La peinture métallisée est facturée 530 €... ou 850 € avec le toit à ton dissocié

 

On aime

  • Suzuki Swift 2018 feux 100 % LED
    La douceur de conduite en ville
  • Le châssis dynamique sur route
  • Le prix doux, l’équipement riche
  • Le rapport habitabilité/encombrement

On regrette

  • Sur autoroute, la consommation quelconque (7,4 l) et le niveau sonore important
  • Les matériaux intérieurs durs et brillants
  • Les petites trépidations de la suspension en ville
  • La garde au sol trop juste à l'avant : les bas-volets aérodynamiques frottent sur le moindre ralentisseur !
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Suzuki Swift