Vous êtes ici :

Essai Suzuki Vitara 1.6 BVA : une boîte auto pour le Vitara essence

Suzuki Vitara Pack 2016 bleu roulant sur un bord de mer vue avant gauche
2016 sera l'année de l'automatisme pour le nouveau Suzuki Vitara : boîte automatique classique pour le Vitara essence, boîte robotisée à double embrayage pour le Vitara diesel 4x4. Le prix augmente de 1 600 € dans les deux cas.

Pour 2016, le nouveau Suzuki Vitara 1.6 VVT à essence accueille une boîte automatique à six rapports. Facturée au prix de 1 600 €, elle se justifie pleinement sur ce crossover urbain, et sait aussi s'associer à la transmission 4x4. Voici notre avis sur le Vitara 1.6 VVT Auto 4x2.



Voiture à l'essai : Suzuki Vitara 1.6 VVT Pack Auto

À partir de
22 890 €
ni bonus
ni malus

Page 1Essai Suzuki Vitara 1.6 BVA : une boîte auto pour le Vitara essence 

Les conducteurs deviendraient-ils de plus en plus feignants ? Si la boîte manuelle équipait 95 % des modèles vendus en Europe voilà 15 ans, sa part a chuté à 79 % en 2015. En clair : une voiture neuve sur cinq sort désormais d’usine avec une boîte automatique ou robotisée… et il n’est aucune raison que la tendance s’inverse !

Chez Suzuki, pas question d’ignorer ce levier de croissance. Le récent crossover Vitara (lancé en mars 2015) dégaine donc deux nouvelles transmissions automatisées, dont le fonctionnement diffère selon la motorisation retenue.

Suzuki Vitara Pack 2016 bleu garé devant un immeuble vue arrière droite
Essence ou diesel, 4x2 ou 4x4, le nouveau Vitara se convertit à l'automatisme.

Dans cette version à essence de 120 ch, le Vitara retient une boîte automatique classique à convertisseur, forte de six rapports. En diesel, il préfère une boîte robotisée à double embrayage (comme sur le grand frère S-Cross ici à l’essai), uniquement associable à la transmission intégrale et la finition haute Pack. Résultat : 27 190 € minimum pour le Vitara diesel BVR. Elevé, pour un crossover urbain...

 

Prix Suzuki Vitara 1.6 VVT Auto

Disponible en 4x2 (comme notre Vitara d’essai) ou 4x4 (pour 2 000 € de plus), la BVA du Vitara essence réclame un surcoût de 1 600 € par rapport à la boîte manuelle. Si son niveau d’émissions de CO2 l’épargne du malus (129 g/km, soit juste 4 g de plus que le Vitara BVM), elle ne vient qu’en finition haute Pack… et s’achète donc 22 890 € minimum.

Suzuki Vitara Pack 2016 gros plan sur le levier de boîte automatique
Suzuki Vitara Pack 2016 gros plan sur la palette de changement de rapport au volant

C’est toujours 4 300 € de moins que la version diesel précitée, et juste 690 € de plus qu’un Renault Captur TCe 120 EDC Intens. Par rapport au français, le Vitara Pack embarque d’ailleurs un tout autre équipement : en plus des GPS à écran tactile, caméra de recul, radars de stationnement AV/AR et clef mains-libres (que le Captur offre aussi), le Vitara ajoute la sellerie cuir-alcantara, les sièges chauffants, la fonction Mirror Link, les feux de croisement à LED, le régulateur de vitesse à maintien de distance et le freinage d’urgence automatique en ville de série. Généreux.

 

A conduire : le Vitara, roi des villes

Déjà agréable lors des évolutions urbaines (lire notre essai Vitara 1.6 VVT 2015), le Vitara à essence s’y montre encore plus à l’aise avec sa nouvelle boîte automatique : pas de Stop & Start venant heurter les redémarrages, aucun à-coup à la montée des rapports, peu de frein moteur sous 30 km/h permettant de garder son élan entre deux feux rouges.

Le moteur à essence, atmosphérique, l’accompagne à merveille, en alliant discrétion totale au ralenti et belle souplesse de fonctionnement : ici, point de creux à très bas régime puis de « pic » de couple, comme c’est parfois le cas sur les moteurs turbocompressés.

Suzuki Vitara Pack 2016 bleu dans un virage vue avant gauche
En mode Auto, le Vitara BVA passe ses rapports à très bas régimes... mais le moteur s'exprime bien mieux dans les tours. Sur route sinueuse ou en montagne, mieux vaut basculer en mode Manuel.

Sur route, les compliments se raréfient. La gestion très « économe » des passages de vitesses et l’étagement long des rapports supérieurs anémient légèrement le Vitara à essence, déjà peu réputé pour sa vivacité sous 4 000 tr/min.

Seule solution, pour hâter le frein moteur en descente ou grimper un col sans faire hurler le moteur : basculer en mode manuel (commandé par de petites palettes derrière le volant), car il n’existe pas de mode Sport, contrairement à la boîte robotisée du Vitara diesel.

 

A vivre : un accueillant SUV

A 4,18 m de long, le Suzuki Vitara 2016 mesure juste 2 cm de plus qu’un Peugeot 2008 (et 6 cm de plus qu’un Captur) mais offre une meilleure habitabilité : bel espace aux jambes à l’arrière, coffre de 375 l en cinq places (350 l pour le 2008), et double plancher permettant d’offrir un espace de chargement quasi-plat dossier replié (le volume grimpe alors à 1 120 l). Le confort profite aussi d’une assise plus longue et moelleuse que celle des français, qui compense les petites secousses de suspension ressenties à basse vitesse.

Suzuki Vitara Pack 2016 vue du coffre ouvert
Suzuki Vitara Pack 2016 vue de la banquette arriè-re avec sellerie cuir et alcantara

A l’avant du Vitara, les occupants apprécient la position haute, typiquement « SUV », les rangements suffisants et la dotation très complète, bien pratique au quotidien. Comme sur le Renault Captur, la planche de bord manque toutefois de cachet, car les plastiques rigides et ternes en garnissent la majeure partie. Et ce ne sont pas les possibilités de personnalisation qui rehaussent la qualité perçue (inserts bleus ou oranges pour 139 €).

 

A acheter : le Vitara bien équipé… et disponible en 4x4

A 22 890 € en finition unique Style, le Suzuki Vitara 1.6 VVT Auto n’est pas le SUV urbain le moins cher du marché : un Renault Captur TCe 120 EDC démarre dès 20 500 €… mais grimpe à 22 200 € en finition Intens toujours moins bien dotée que le Vitara Pack. C’est son secret : l’équipement du Vitara se montre plus généreux que celui des rivaux qui imposent, eux aussi, une finition haute pour profiter de l’attelage moteur à essence/boîte automatique.

Suzuki Vitara Pack 2016 vue de la planche de bord avec boîte automatique
L'équipement de série du Vitara Pack rappelle la catégorie supérieure. Pas la qualité perçue : les matériaux manquent de cachet.

Ainsi, le récent Peugeot 2008 PureTech 110 EAT6 débute à 22 600 € (Allure). Le Mazda CX-3 Skyactiv-G 120 BVA, à 24 350 € (Dynamique). Quant au Honda HR-V 1.5 i-VTEC 130 CVT, il réclame au minimum 24 670 €. Par rapport à tous ces concurrents, le Vitara essence à boite automatique dégaine enfin un argument de taille : le choix possible d’une transmission intégrale.

Pour le Suzuki, c’était presque une obligation : 65 % des Vitara vendus en France en 2015 étaient équipées de quatre roues motrices ! Un rapport inédit dans le segment, qui révèle l'existence d'une "double" clientèle Vitara : récents amateurs de crossover urbain, mais aussi fidèle public de montagnards...

 

Bilan de l’essai Suzuki Vitara 1.6 VVT Auto

S’il manque de réactivité sur route, le nouveau Vitara 1.6 VVT à boîte automatique fera le bonheur des citadins. Son extrême douceur de fonctionnement et sa surconsommation raisonnable (+ 0,2 l aux 100 km en moyenne) ne font pas regretter la boîte manuelle, facturée 1 600 € de moins… à finition égale. On attend toutefois sa disponibilité en niveau d'équipement inférieur, qui pourrait abaisser le prix d’appel de ce Vitara BVA, facturé 22 890 € minimum.

Suzuki Vitara Pack 2016 bleu roulant sur un bord de mer vue de profil droit
Lors de notre essai sur parcours vallonné, la consommation du Vitara a oscillé entre 7 et 8 l aux 100 km.

Cette nouvelle version, disponible en version 4x2 et 4x4 (association unique sur le segment à ce niveau de puissance) aidera toutefois Suzuki à atteindre ses nouveaux objectifs en France : après 18 500 immatriculations en 2015, Suzuki espère écouler 24 000 voitures en 2016 (dont 7 800 Vitara et 8 000 Swift), et même 30 000 en 2018.

Le déploiement de la gamme Vitara (BVA essence, BVR diesel, et Vitara S 140 ch en septembre), l’arrivée de la polyvalente Baleno (avril 2016) et le repositionnement du crossover S-Cross (présenté au Mondial de Paris 2016) l’aideront à atteindre cet ambitieux objectif.

 

On aime

  • Suzuki Vitara Pack 2016 bleu gros plan sur le feu arrière
    La douceur de la boîte automatique
  • La surconsommation quasi-nulle
  • L’association possible avec la transmission 4x4

 

On regrette

  • L’absence de mode sport pour dynamiser la gestion de boîte
  • Les rapports supérieurs trop longs
  • La finition haute Pack imposée avec la BVA
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
DUPONT Marcel

je suis intéresser pour l'achat d'une Suzuki vitara pour mon départ a la retraite car j'ai toujours eu des voitures de fonction du groupe Lafarge comme je trouve que la vitara a un jolie look et qu'elle ai très bien équiper pour un prix raisonnable. je serai en retraite le 1 octobre 2016 je parfaire regarder la voiture que je vais acheter pour '4 a 5 ans puis changer et pourquoi pas repartir avec une autre Suzuki.

1 réponse
zak -

Attention : je viens d'en acheter un et je le regrette ! le moteur diesel est un fiat hyper bruyant ! ça ne vaut pas grand chose ! il consomme de l'huile ! les plastiques au-dessus des portes se décollent ! la boite à gants est minuscule ! bien d'autres inconvénients , et le pire , le GPS !!! une daube !!! et pas de SAV !!! ni chez les concessionnaires, ni au siège à TRAPPES !!!!

Votre commentaire
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Suzuki Vitara