Vous êtes ici :

Essai Tesla Model S : notre avis sur la version 70D

tesla model s sur route
La Tesla est disponible en version 70D depuis 2015. La puissance de la batterie est de 70kWh.

Lancée il y a deux ans en France, la Tesla Model S reste une curiosité. Voici notre essai de la Model S dans sa nouvelle version 70D, son prix, ses performances... et l'autonomie constatée à bord de cette Tesla.

Voiture à l'essai : Tesla Model S 70 kWh Dual Motor 5p

À partir de
82 600 €
6 300 € de bonus

Page 1Essai Tesla Model S : notre avis sur la version 70D 

Entre septembre 2013 et octobre 2015, 874 Model S ont été immatriculées en France. La Model S reste donc une voiture confidentielle sur notre marché et c’est normal compte tenu de ses caractéristiques : prix de 82 600 € pour notre version (avant bonus de 6 300 € ou 10 000 € si mise à la casse d’un vieux diesel), propulsion 100 % électrique, taille de limousine (4,97 m).

Mais même deux ans après son apparition en France (trois ans aux Etats-Unis), la Model S reste une curiosité comme nous l’avons constaté lors de l’essai de la 70D. Cette version 70D est l’entrée de gamme en ce qui concerne la puissance de la batterie (70 kWh) et dispose de deux moteurs de 262 ch (un par essieu). Cette Tesla profite donc d’une transmission intégrale et sa puissance aux roues (la vraie) est de 332 ch.

tesla model s vue de côté
Quatre roues motrices pour cette version 70D grâce à ses deux moteurs (un par essieu).

 

Au volant de la Model S 70D

Notre Tesla n’est donc pas la plus sportive de la gamme, à l’image de la P85D de 700 ch, mais on profite déjà d’un très bon niveau de performances : poussée franche à l’accélération (5,4 s de 0 à 100 km/h) et reprises éclairs pour doubler. Toutes les manœuvres se font dans un silence et une douceur incroyables qui font passer les gros moteurs thermiques (et souvent diesels dans cette catégorie) pour des mécaniques d’un autre temps.

Ici, on découvre en fait à quel point l’absence de vibrations sert le confort général. Côté conduite, c’est donc une expérience inédite… voire addictive ! La puissance disponible est d’autant plaisante à exploiter que le châssis suit le mouvement malgré la masse importante (2 239 kg).

Grâce à son centre de gravité très bas (les batteries sont dans le plancher de la voiture), la Model S ne bronche pas dans les virages rapides, vire à plat et se montre précise. Un bémol sur notre modèle à suspension classique : le confort trop ferme à basse vitesse (pour un confort optimal il faut choisir la suspension pneumatique en option à 2 700 €).

tesla model s en essai
au volant de la tesla model s


Notre autonomie en Tesla ? 250 km

Evidemment, avec une voiture à batteries, le nerf de la guerre se situe au niveau de l’autonomie et des infrastructures de recharge. En Tesla, on dispose de la meilleure autonomie disponible actuellement pour  une voiture électrique (surtout avec la 85D). Dans le cas de notre modèle avec batteries de 70 kWh, nous avons constaté une autonomie de 250 km (contre 362 km promis au début du parcours avec le « plein » d’électricité) en adoptant une conduite normale dans la circulation et en profitant de temps à autre des belles capacités d’accélération.

Nous avons rechargé  la voiture par deux fois au superchargeur Tesla de Rungis (la recharge sur ces bornes de la marque est gratuite). La première fois, nous avons récupéré l’équivalent de 132 km d’autonomie en 33 minutes. La seconde fois, 240 km en 1h06. A noter qu’il existe à ce jour 27 stations superchargeurs en France (avec un total de 114 bornes), mais que l’on peut aussi brancher la Tesla sur les stations Autolib’ (avec abonnement) et toutes les autres prises disponibles en libre-service dont on peut consulter l’emplacement sur le grand écran de la voiture via le site chargemap.com.

A domicile et sur une prise classique (13A / 3kW), la batterie se recharge à raison de 14 km par heure, ce qui est très lent. Le mieux est d’installer un adaptateur 32A/7,4kW pour porter la capacité à 40 km de recharge par heure (il existe aussi des systèmes plus puissants).

parking de tesla model s
Mauvaise surprise au moment de se brancher au superchargeur Tesla de Rungis. Les places sont occupées et cette Mégane empêche l'accès à la dernière prise ! "C'est une situation rare", nous dira un habitué des lieux.
tesla model s branchement
Place libérée, à nous de charger ! On récupèrera l'équivalent de 240 km d'autonomie (à l'ordinateur de bord en position "Typique", plus proche de la réalité que celle du cycle NDEC) en l'espace de 1h06.

 

Voyager en Tesla ? Oui mais…

Avec toutes ces solutions de recharge, il est possible de parcourir la France (voir l’Europe) en Tesla, mais en changeant ses habitudes, en anticipant et en calculant parcours et allure.  Sur ce dernier point, le GPS de la Model S est d’une aide précieuse pour le conducteur : il suffit de programmer un long parcours (Paris-Brest 592 km, par exemple) et le GPS indique où et combien de temps il faut s’arrêter pour poursuivre le voyage.

Dans notre exemple, les arrêts se font aux superchargeurs de Rungis (15 min), Le Mans (25 min) et Rennes (50 min). Evidemment, c’est plus long qu’avec une voiture thermique et il faut avoir le pied léger par moment, mais c’est zéro euro de carburant et on peut profiter des arrêts pour se rafraîchir ou se restaurer.

superchargeurs
Les superchargeurs Tesla sont installés à proximité de lieux d'hôtellerie ou de restauration pour mettre à profit le temps d'attente.
tesla model s sur application
Sur l'appli Tesla, on visionne à distance l'évolution de la charge. Cette appli permet aussi de déclencher la climatisation ou de localiser la voiture.

 

Habitacle Tesla, du bon et du moyen

Le plus marquant quand on s’installe à bord de la Tesla Model S, c’est l’écran géant de 17 pouces en position centrale. Toutes les commandes passent par lui au point qu’il y a seulement deux touches sur la planche de bord : une pour actionner les feux de détresse, et l’autre pour ouvrir la boîte à gants. Il n’y a même pas de bouton de démarrage, il suffit de positionner le levier de vitesses situé derrière le volant sur Drive pour partir.

tesla model s planche de bord
L'écran central est impressionnant, c'est la tour de contrôle du véhicule !


Le grand écran c’est bien, mais il demande un temps d’adaptation plus long qu’avec d’autres systèmes et on regrette qu’il ne soit pas plus réactif par moment. Une fois en mains, l’usage est agréable et l’accès au Web en 3G (grâce à une carte sim intégrée à la voiture) autorise des services comme le streaming musical. Dommage, Tesla n’intègre pas un service d’Apps pour des applications comme Coyote ou Waze aujourd’hui largement répandues et la marque pourrait passer à la 4G pour accélérer le débit des informations.

internet dans tesla model s
On accède au web... pour lire largus.fr bien sûr !
gps tesla model s
Le GPS avec Google Earth offre une sacrée vue d'ensemble.


Une finition à l’américaine

L’exigence en matière de qualité perçue n’est pas la même en Europe et aux Etats-Unis et cela se ressent à bord de la Tesla. A prix équivalent, les modèles allemands proposent une finition plus soignée. La présentation est tout de même de bonne facture et rehaussée par la présence du grand écran et de l’instrumentation digitale.

Vraie cinq places avec deux grands coffres pour les bagages (750 l à l’arrière et 84 l à l’avant), la Model S a le sens de l’accueil pour la famille. Aux places arrière, il faut toutefois composer avec une garde au toit un peu juste pour les passagers à partir de 1,80 m et un plancher trop haut par rapport à l’assise qui oblige une position genoux relevés pas très agréable sur long parcours.

places arrière tesla model s
La position avec genoux relevés n'est pas très confortable à l'arrière de la Tesla Model S.
tesla model s coffre
Grand coffre (+ 1 petit à l'avant) et modularité 60/40 : la Model S est aussi un véhicule pratique à l'usage.


Bilan essai Tesla Model S

La rupture technologique de Tesla induit de nouvelles habitudes et a un prix. Au rang des bonnes nouvelles, une conduite confortable (pas de vibrations, silence de fonctionnement) et sécurisante (merci la puissance et le châssis) qui fait que l’on a envie de poursuivre l’expérience au volant de la Model S. Au rang des contraintes, prendre de nouvelles habitudes de déplacements et d’anticipation pour contourner le problème de l’autonomie et des structures de recharge. Enfin, le réseau épars pour l’entretien et la réparation est aussi à prendre en considération au moment du choix.

tesla model s roulant arrière
On peut rouler "gratuit" en ne rechargeant que dans les bornes Tesla, mais le coût d'usage doit aussi comprendre le coût des recharges à domicile et/ou sur prises publiques comme celles d'Autolib' (avec abonnement)


Un choix chez Tesla qui s’enrichira en 2016 d’un second modèle avec le SUV Model X récemment présenté. Un modèle qui sera encore plus cher que la Model S dont le prix d’accès est aussi un premier frein pour passer l’acte (82 600 € pour notre version).

Mais entre le bonus écologique (6 300 ou 10 000 €), la carte grise souvent gratuite (suivant les régions), les taxes allégées dans le cadre d’un achat par une société (notamment la TVS), le budget carburant nul (il faut compter le coût des recharges payantes à domicile et sur prises publiques, mais gratuites dans les superchargeurs Tesla), le coût de détention  d’une Tesla Model S ne doit pas se limiter au prix facial de la voiture et se juge selon l’usage de chacun.

logo tesla model s

On aime

  • Silence et performances
  • Confort grâce à l’absence de vibrations
  • Châssis dynamique
  • Volume des coffres
  • Technologie à bord
  • Design extérieur

On regrette

  • Recharge et autonomie toujours à l’esprit
  • Voyages sous contraintes
  • Suspension ferme à basse vitesse
  • Pas de système d’Apps (pour Coyote, Waze, etc.)
  • Masse importante
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (11)
logansinclair983

Je ne comprends toujours pas pourquoi il n'y a pas des "autoroutes" électriques, style un rail central qui permettrait de recharger en même temps qu'on roule. L'autonomie sur batterie permettrait ainsi de rouler sur les routes secondaires, dépourvues de ce rail d'alimentation. En plus de ça on pourrait imaginer une voiture qui pourrait se laisser guider par ce rail central si besoin très facile à réaliser! bref, l'électrique aujourd'hui c'est vraiment pas au point...

Twinax

Pour récupérer 200 km sur une batterie de 70 kW et la même charge sur une batterie de 85 kW, ça prendra plus de temps sur la 70 kW. C'est physique, plus la batterie est pleine, plus elle met du temps à stocker le reste de l'énergie.

arnaud.laverne931

Le temps de charge au SuperCharger dépend du nombre d'utilisateurs simultanés. Les bornes fonctionnent par paires. Lorsque les deux bornes d'une même paire sont utilisées, la performance du rechargement diminue. Ceci explique peut-être cette différence.

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Tesla Model S