Vous êtes ici :

Essai Toyota ProAce Compact 115 D-4D Business : un sérieux challenger

Toyota ProAce 2017
Troisième membre de la triplette d'utilitaires compacts assemblés par PSA à Sevelnord, le nouveau Toyota ProAce est proposé en trois longueurs de fourgon ainsi qu'en version plancher cabine.

Grâce au partenariat industriel signé entre PSA et Toyota, le constructeur japonais dispose, avec son nouveau ProAce, d'un fourgon compact parfaitement adapté aux besoins des professionnels français et européens.

Page 1Essai Toyota ProAce Compact 115 D-4D Business : un sérieux challenger 

L’accord industriel signé entre Toyota et PSA porte sur la production par l’usine Sevelnord de Valenciennes (59) de fourgons compacts. Le constructeur japonais profite donc logiquement du lancement de la nouvelle génération d’utilitaires compacts (nom de code K0). Le nouveau Toyota ProAce est ainsi un très proche cousin des Citroën Jumpy et Peugeot Expert (lire notre article Peugeot Expert : essai de l'Utilitaire de l'année 2017). Une filiation prestigieuse qui permet au japonais de jouer, une fois de plus, la carte du made in France.

 

De grandes ambitions

Lancée il y a un peu moins de trois ans, la précédente génération de ProAce était, elle aussi, un clone des Jumpy et Expert (et Fiat Scudo) mais déjà en fin de vie. La commercialisation de cette nouvelle génération redonne un coup de boost à Toyota qui possède désormais une arme ultra-efficace pour attirer les professionnels. D’ailleurs, Arnaud Martinet, responsable de Toyota Entreprises en France, espère écouler « 1 850 ProAce sur un total de 6 000 utilitaires en 2017, notamment grâce aux
70 fleet & business centers présents dans le réseau Toyota. Un chiffre qui représente une forte progression et un réel enjeu pour la marque et le réseau de distribution »
.

Toyota ProAce 2017
Contrairement à ses jumeaux, les Peugeot Expert et Citroën Jumpy, qui le facturent en option, le Toyota ProAce reçoit en série le système Moduwork qui permet, grâce à un système de trappes, d'augmenter le volume d'emport et la longueur intérieure utile.

Pour se différencier de ses cousins français, Toyota a joué la carte du « plus » en équipement. « Nous avons conservé les tarifs de l’ancien modèle et nous nous positionnons une cinquantaine d’euros en dessous du prix des modèles équivalents chez PSA à la différence que, pour le même prix, nous offrons un niveau d’équipement supérieur.
Le ProAce est ainsi équipé en série du système de cloison modulable Moduwork. Enfin, le ProAce est le seul à bénéficier d’une garantie 3 ans ou 100 000 km »
, explique Arnaud Martinet. Des arguments qui pourraient attirer à lui une certaine clientèle, d’autant que le ProAce, mis à part quelques éléments esthétiques, est rigoureusement identique aux Jumpy et Expert.

 

Un véhicule ultra-moderne

Toyota ProAce 2017

Le Toyota ProAce sort des mêmes chaînes de fabrication que les Jumpy et Expert. Seule sa face est différente avec, naturellement, une calandre spécifique. Il est disponible en trois longueurs de fourgon, Compact, Medium et Long, ainsi qu’en plancher cabine. Dans la cabine de conduite, l’impression de qualité perdure même si le plastique dur est omniprésent. La planche de bord est strictement identique à celle des modèles PSA. L’ergonomie des commandes est très bonne et l’ensemble des instruments tombent naturellement sous la main.

Toyota ProAce 2017
Bâti sur une plateforme technique moderne, le ProAce bénéficie d'un niveau de confort et d'un agrément de conduite qui le place parmi les meilleurs de sa catégorie.

Le développement par PSA permet au Toyota ProAce de bénéficier de la plateforme EMP2 du constructeur français. Cela lui confère le même confort et le même agrément de conduite que ses cousins français et le place donc en tête de sa catégorie de ce point de vue. Idem en ce qui concerne les bruits de roulement ou l’insonorisation de la cabine. L’ensemble permet de disposer d’un utilitaire particulièrement agréable sur la route même si certains petits détails de finition intérieure ou le positionnement du pédalier pourraient être améliorés.

 

Un moteur économe

Toyota ProAce 2017

Sous le capot de notre ProAce d'essai, nous retrouvons le 1.6 BlueHDi de 115 ch ici rebaptisé D-4D. Grâce au Stop&Start, ce bloc se contente d'environ 6 l de gazole aux 100 km.

Issu de l’usine Sevelnord à Valenciennes (59), le Toyota ProAce accueille sous son capot les mêmes moteurs que ses cousins français. Ils prennent l’appellation D-4D, mais les changements s’arrêtent là. Notre ProAce d’essai était équipé du 1.6 de 115 ch. Un moteur qui permet de profiter, notamment grâce au Stop&Start, d’une consommation moyenne d’environ 6 l/100 km (5,1 l/100 km en conso mixte normalisée). Malgré sa relativement faible cylindrée, le moteur 1.6 PSA fait preuve d’une bonne volonté évidente. Il n’y a qu’en charge ou lors de fortes sollicitations qu’il pourra avouer ses limites. Si vous roulez souvent très chargés ou sur autoroute, mieux vaut choisir une version avec un peu plus de répondant.

 

Un équipement complet

Toyota ProAce 2017

La finition Business coiffe la gamme du ProAce. Elle propose en série de nombreux équipements de confort et de sécurité comme la climatisation manuelle, des rétroviseurs électriques dégivrants, un système audio et téléphonie Bluetooth avec navigation GPS à écran tactile de 7 pouces, des radars de stationnement… A cela, notre modèle d’essai ajoute le pack Access et la peinture métallisée, rendant le ProAce très bien adapté à un usage actuel et quotidien de ce type de véhicule.

 

Bilan de l'essai Toyota ProAce 115 D-4D

Toyota ProAce 2017

En se rapprochant de PSA il y a deux ans, Toyota a posé les jalons pour profiter pleinement de cette nouvelle génération d’utilitaires. Avec ce nouveau ProAce, le constructeur japonais possède un fourgon compact moderne et très réussi, lui permettant d’afficher enfin de réelles ambitions sur le marché des VUL en France.

On aime

  • L’agrément de conduite
  • Le silence à bord


On regrette

  • La position de la pédale de frein
  • Certains détails de finition
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
lelorain

DOMMAGE QUE TOYOTA ANNULE LA GARANTIE DE CE PROACE A CAUSE DU MONTAGE D'UN PANNEAU SOLAIRE, qui du fait de ce montage au bout de 3 semaines , plus de veilleuse clignotant stop feu de recule coté gauche , c'est mon 5 ieme vehicule toyota sans aucun souci sauf celui là, voila ce que cela fait qyuand une marque serieuse fusionne avec des bricolos comme peugeot citroen renault !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !