Vous êtes ici :

Fiat Punto : aucune étoile au crash-test Euro NCAP 2017 [VIDEO]

crash test fiat punto euro ncap 2017
La Fiat Punto n'a décroché aucune étoile lors des crash-tests de l'Euro NCAP 2017. Du jamais vu !

La Fiat Punto a passé les crash-tests de l'Euro NCAP version 2017. Et les résultats ne sont pas bons du tout. L'italienne n'a obtenu aucune étoile...

Catastrophe pour la Fiat Punto ! La citadine polyvalente italienne a obtenu des résultats inquiétants au crash-test Euro NCAP 2017 : 0 étoile sur 5. Du jamais dans l'histoire de l'organisme européen.

Si la Fiat Punto est si mal notée, c'est surtout parce que c'est un modèle vieillissant. Son lancement sur le marché européen remonte à... 2005 ! Du coup, sa conception ne répond plus aux standards actuels. Lors des crashs frontaux, l'Euro NCAP a remarqué que certains éléments de la planche de bord pouvait occasionner des blessures au niveau du thorax et des jambes. Mais également que les appuis-têtes protégeaient mal la nuque contre le coup du lapin, en cas de choc arrière.

A LIRE. Essai Fiat Punto 3

Les résultats des chocs latéraux ne sont pas mieux car la Punto n'est pas livrée avec les airbags latéraux en série. Dans ce dernier cas, les enfants sont encore plus exposés aux blessures.

Euro NCAP 2017 Fiat Punto
Protection des adultes 51 %
Protection des enfants 43 %
Protection des piétons 52 %
Aide à la sécurité 0 %
NOTE FINALE 0 étoile

 

Aucun équipement d'aide à la conduite

fiat punto 3 rouge
La Punto est commercialisée depuis 2005 sur le marché européen.

La Fiat Punto doit également ce mauvais résultat à l'absence d'équipements d'aide à la conduite, comme le freinage automatique d'urgence et le maintien dans la voie de circulation. D'autre part, seul le conducteur dispose d'un rappel de bouclage de la ceinture de sécurité.

Pour mémoire, la Fiat Punto avait obtenu la note maximale de 5 étoiles au crash-test de l'Euro NCAP en 2005.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (8)
GLUCK

Bonjour, Et ben si tout le monde s'amuse à faire faire des crash test à toutes les voiture de plus de 10 ans on à pas fini de voir ce genre de post inutile (à la noix) fleurir sur le forum. :nimp: :cdesmalades: A+

beniot9888

Ça permet de relativiser certains commentaires qui préfèrent une occasion d'il y a quelques années à une voiture neuve de type Dacia, car ces dernières n'ont pas 5 étoiles. Les 5 étoiles d'il y a quelques années ne sont plus celles d'aujourd'hui.

BPHQ

La pauvre petite Fiat n’a pas ses « aides à la conduite » ? En attendant, les « aides à la conduite » n’ont pas évité la progression de l’hécatombe sur nos routes, encore cette année. Mais elles engraissent quelques groupes et actionnaires, si obèses dans leurs têtes qu’ils semblent ne plus pouvoir sortir de leurs bureaux pour contempler la réalité du paysage routier. Mais est-ce qu’un jour l’Homme va se souvenir de ses erreurs passées ? Ingénieur en machines mobiles, « Superchampion » de la sécurité sur les chantiers, je rappelle que dans les années ’70, on s’est mis à coller des gyrophares sur chaque élévateur, chaque engin : Total, les « gars » travaillaient avec des lunettes solaires, on n’a jamais eu autant d’accidents ! Dans les années’80, on a imposé les « bip-bip » de marche arrière : Les « gars » se sont mis à bosser avec des casques anti-bruit ! On n’a jamais eu autant d’accidents… Dans les ’90 on a collé des caméras arrière sur tous les engins : Personne ne faisait plus attention, en disant « Ils ont des caméras, ils vont bien nous voir ! ». On a multiplié les morts ! On a inventé le « frein à main » par interrupteur, on n’a jamais vu autant de voitures au fossé ! Je pourrai en écrier un livre. Multiplier les « aides à la conduite » c’est déresponsabiliser le conducteur :Tout conducteur doit rester maître de son véhicule et non l’inverse. Moi, j’en connais déjà plusieurs, des ahuris qui ne maîtrisent rien à par leur sempiternel « smartphone », et qui ont déjà plié deux ou trois caisses en râlant parce que « L’aide » n’avait pas fonctionné à leur goût. Rien n’a prouvé, pour l’instant, que les aides à la conduite telles qu’elles sont « définies » par des gens « créant un besoin » commercial aient servi à quelque chose ayant lien à la sécurité, et encore moins avec le peu de recul d’expérience acquise. Lorsqu’on ressent le besoin ou l’envie d’une « Aide à la conduite », il faut oublier la voiture, prendre un taxi, un transport en commun ou une ambulance assise. Avant d’en prendre une « couché ».

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Fiat Punto