Vous êtes ici :

Ford Héritage : au volant des sportives mythiques Ford

3/4 arrière Ford Sierra RS Cosworth
Cette Ford Sierra RS Cosworth est un vrai pétard ! Un caractère que l'on ne retrouve plus au volant des sportives modernes.

L'argus.fr a pu prendre le volant d'anciennes sportives de la gamme Ford. Escort Mexico, Capri 280 « Brooklands », Sierra RS Cosworth ou encore Fiesta XR2, l'occasion unique de découvrir les joies de la conduite à l'ancienne. Sensations garanties !



Dans le métier de journaliste automobile, il y a des invitations qui donnent plus le sourire que d’autres, comme celle-ci par exemple : essayer d’anciennes sportives de la gamme Ford à l’occasion de la visite du centre Ford Héritage.

Ford Héritage ? Il s’agit d’un atelier où sont entretenus, et remis en état pour certains, pas moins de 125 véhicules. Cela va de la Ford Model T de 1910 à l’improbable Supervan3 (V6 de 295 ch) en passant par la Ford GT40 MKI de 1964. Il y a aussi des modèles moins spectaculaires comme la Fiesta de première génération ou encore la Granada. Mais toutes, ou presque, ont un point commun. Elles sont dans un état proche du neuf. Incroyable. Cet atelier, d’apparence classique, est en réalité une véritable caverne d’Ali-baba !

Centre Ford Héritage

Le centre Ford Héritage est situé à Dagenham, dans la banlieue est de Londres. 125 véhicules dans un état quasi-neuf y sont entretenus.

En plus d’être dans un lieu privilégié, Ford nous a préparé une petite surprise, celle de pouvoir prendre le volant de quelques modèles. Au programme : Escort Mexico de 1974, Fiesta XR2 de 1989, Sierra RS Cosworth de 1986, Capri 280 « Brooklands » de 1986… Rien que ça !

3/4 avant Ford RS200 Ford Heritage
Ford RS200

Nous aurons aussi la possibilité de monter en passager dans une Ford RS200 (voir vidéo), la version de route dérivée de celle qui à participé au championnat du monde des rallyes en groupe B.

 

Ford Escort Mexico (1970-1974)

3/4 avant Ford Escort Mexico MKI orange
Ford Escort Mexico MKI

Cette Escort, c’est tout d’abord une ligne. Toute en rondeur et bien proportionnée, cette première génération a aujourd’hui beaucoup de charme. Encore plus dans cette livrée Mexico à la teinte orange typiquement « seventies ». Cette série fut lancée suite à la victoire de Ford au rallye de la Coupe du monde Londres-Mexico. Au total, 9 382 exemplaires de l’Escort Mexico MKI sortiront des chaînes entre 1970 et 1974. Elle est motorisé par un quatre cylindres 1 599 cm3 de 86 ch, épaulée par une transmission à quatre rapports. Sa vitesse maximale est de 160 km/h.

intérieur Ford Escort Mexico MKI (1974)
Sièges Recaro, plaquage en bois, l'habitacle de la Ford Escort Mexico est soigné

Le charme agit également à l’intérieur. Sièges et tapis Recaro, plaquage en bois sur la planche de bord, cette série est très bien finie. Avant de prendre place au volant, on s’attend à une position de conduite totalement déroutante. Il n’en est rien. Certes, le pédalier est légèrement décalé et le volant n’est pas tout à fait en face du conducteur, mais ce dernier est plutôt bien installé. Les différentes commandes sont douces, à l’image de celle de la boîte de vitesses dont le guidage est assez facile à appréhender. Quant au moteur, il est souple, répond parfaitement à bas régime et procure de jolies sensations. De plus, les trains roulants assurent un comportement sain.

Ligne charmante, bonne position de conduite, commandes agréables, moteur volontaire, cette Escort Mexico est extrêmement attachante et procure un véritable plaisir de conduire.

 

Ford Fiesta XR2 (1983-1989)

3/4 avant Ford Fiesta XR2 rouge
Le comportement routier de la Ford Fiesta XR2 n'est pas aussi sportif que le laisse croire son look.

Les années 80, la décennie des GTI ! Peugeot 205 GTI, Renault Supercinq GT Turbo et Volkswagen Golf GTI étaient les reines de la catégorie. Mais les outsiders ne manquaient pas, comme l’Opel Corsa GSi ou celle qui nous intéresse aujourd’hui, la Ford Fiesta XR2.
Bas de caisse, ailes élargies, liseré rouge, jantes larges, sortie d’échappement suggestive et même projecteurs longue portée, notre Fiesta annonce la couleur ! Le constat est plus mitigé à l’intérieur puisque le traitement ne joue pas la carte sportive…

intérieur Ford Fiesta XR2

Avec son moteur 1.6 de 96 ch, elle ne compte faire de la figuration. Volontaire dès les plus bas régimes, ce bloc 8 soupapes est très à l’aise sous le capot de la Fiesta. Grâce
au poids raisonnable de la Ford
(850 kg), les accélérations sont franches et les relances ne souffrent pas de l’inertie des voitures actuelles. Cette XR2 donne envie d’emprunter les petites routes de campagnes à vive allure.

Malheureusement, le plaisir sera de courte durée. En cause, le comportement déroutant de cette version sportive. Les suspensions, trop souples, engendrent des mouvements de caisse importants, la direction manque de ressenti, la tenue de cap est un peu hasardeuse et le train avant ne digère pas toujours la relative fougue du moteur. La précision de conduite et l’efficacité ne sont pas ses qualités. C’est dommage car son moteur est convaincant et son look soigné.

 

Ford Capri 280 "Brooklands" (1986)

3/4 avant Ford Capri 280 Ford Héritage

Voici l'ultime Ford Capri, après c'est fini...

Long capot, quatre phares ronds, double sortie d’échappement, jantes en alliage de 15 pouces, cette Capri offre une ligne à la fois élégante et sportive, caractéristique d’une GT. C’est un peu la Ford Mustang européenne.

Le modèle présent dans l’atelier Ford Héritage n’est autre que la dernière Capri sortie des chaînes de l’usine de Cologne, en décembre 1986. Il s’agit d’une 280, développée par Ford Special Vehicle Engineering (SVE), limitée à 1 038 exemplaires. Elle se distingue notamment par sa couleur spécifique « Brooklands Capri » et le liseré rouge et blanc qui court le long de la carrosserie. Elle est motorisée par un V6 2.8 de 160 ch et dispose d’une boîte manuelle à cinq rapports.

logo Ford Capri 280 "Brooklands"

Sellerie cuir, moquette épaisse, volant trois branches, l’habitacle de la Capri mise davantage sur une présentation soignée que sportive. Ce parti pris se retrouve également sur la route : ce coupé préfère être mené coude à la portière que couteau entre les dents. La pièce maîtresse de la Capri est son moteur, souple et disponible dès les plus bas régimes. Il offre tout de même des accélérations franches et émet un joli son passé les 3 500 tr/min, mais on lui préfère un rythme paisible. Hormis des problèmes de réglage des freins, le comportement de la Capri nous a semblé sain et plutôt prévenant.

 

Ford Sierra RS Cosworth (1985)

3/4 avant Ford Sierra RS Cosworth blanche
Cette Ford Sierra RS Cosworth est une bouillonnante sportive !

Caricatural, voilà l’adjectif qui vient à l’esprit lorsque l’on découvre cette Sierra. Gros bouclier avant, grilles d’aération sur le capot, élargisseurs d’ailes et surtout énorme aileron, cette Sierra affiche clairement son caractère sportif ! Mais tous ces appendices ne sont pas là que pour faire joli (ou kitch) puisque cette RS Cosworth est une véritable sportive.

Afin de pouvoir participer au championnat de tourisme en Groupe A, Ford doit produire au minimum 5 000 exemplaires de sa Sierra bodybuildé. C’est ainsi qu’est née cette version animée par un moteur 2.0 16V turbo de 204 ch. Grâce son poids contenu de 1 240 kg, elle est capable d’atteindre 100 km/h en 7 s et de dépasser 230 km/h en vitesse de pointe. Des chiffres comparables à ceux d’une Porsche 944 Turbo

3/4 arrière Ford Sierra RS Cosworth blanche
Difficile de passer inaperçu avec une telle carrosserie !

Hormis le logo RS sur le couvercle de boîte à gants, le volant trois branches et les sièges Recaro, l’habitacle est identique à celui d'une Sierra classique. Mais le bon maintien offert par les sièges et la commande de boîte ferme donnent des indications sur son tempérament.

Cette auto possède deux visages. A allure, modérée et en-deça de
3 000 tr/min, elle est parfaite pour emmener les enfants à l’école ou partir en vacances avec sa petite famille. Habitacle vaste et grand coffre rendent la Sierra polyvalente. Passé le régime de 3 000 tr/min, le turbo entre en scène et transforme cette auto en véritable pétard ! L’aiguille s’affole et le moteur ne s’essouffle pas à l’approche de la zone rouge, un vrai plaisir.

Sur route légèrement mouillée, la férocité du moteur met à mal les pneus arrière (seulement 15 pouces) et l’auto ne demande qu’à dériver. Prudence et dextérité sont donc de mise. Une fois cernée la santé bouillonnante du moteur, cette Sierra RS Cosworth procure un réel agrément grâce à une direction assez précise et des freins plutôt efficaces. Elle possède surtout un caractère que les sportives d’aujourd’hui non plus.

Focus RS MKI, Escort Mexico MKI et Ford RS200 autoroute
Focus RS MKI, Escort Mexico MKI et Ford RS200, voici un beau plateau.

À voir. La vidéo de l'essai Ford Focus RS III sur le Nürburgring

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Ford