Vous êtes ici :

Groupe Volkswagen. Les boîtes DSG/S tronic sont-elles fiables ?

fiabilité boîte DSG volkswagen
A six ou sept rapports, la boîte DSG (ou Stronic chez Audi) présente de nombreux avantages en terme d'agrément. Revers de la médaille, la fiabilité n'est pas toujours au rendez-vous.

Si la boîte à double embrayage a fait la renommée du groupe Volkswagen (Audi, Seat, Skoda et Volkswagen), précurseur du genre, la fameuse DSG cause bien des soucis en matière de fiabilité. Nous avons dressé la liste des problèmes.

Lancée en 2003 sur les Golf IV R32 et Audi TT, la boîte DSG (pour Direkt Schalt Getriebe en allemand) a révolutionné le monde de la transmission automatique. Ce système de double embrayage ne présente que des avantages : passages de rapports rapides et sans à-coups, meilleur rendement, réduction de la consommation…

Enfin, presque, car complexité ne rime pas avec fiabilité. Si la version à six rapports (DQ 250) n’a pas été épargnée par les soucis, le constructeur mange son pain noir avec la version à sept rapports (DQ 200)…


La DSG 7 en cause

Huit ans après sa commercialisation, cette transmission reste source de problèmes (à-coups, vibrations, bruits, dysfonctionnements de la mécatronique…), son système d’embrayages secs n’y étant pas étranger (usure précoce du double embrayage en usage citadin et en zone montagneuse).

problèmes boite DSG et Stronic 7 rapports
La boîte à double embrayage à 7 rapports est celle qui pose le plus de soucis de fiabilité.

D’ailleurs, en novembre 2013, la Chine a sommé Volkswagen de rappeler les véhicules dotés de la DSG 7 (ou S tronic 7 chez Audi). En France, les quatre marques du groupe ont procédé en 2014 au remplacement de l’huile et à une reprogrammation lors du passage à l’atelier des véhicules fabriqués de janvier 2008 à avril 2013. Sachez que la fiabilité de cette boîte dépend aussi d’un entretien scrupuleux (vidange tous les 60 000 km). Et si la DSG soulage le pied gauche, elle coûte un bras lorsqu’elle tombe en rideau (2 500 € au minimum, sans la mécatronique).

 

Téléchargez notre enquête exclusive

En fonction des modèles, pas facile de s’y retrouver parmi les différents types de boite DSG ou Stronic. Pas de panique, nos experts vous aident à les identifier et dressent la liste des problèmes rencontrés par chacune selon les marques et les modèles.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (7)
yvonbeauge453

Je ne comprends pas bien les commentaires qui consistent à dire que les changements de rapports dits « éco-responsables » induisent le patinage des embrayages Le down-speeding (= éco-responsables) consiste, pour une vitesse donnée, à réduire le régime pour augmenter la charge et ainsi atteindre des points de fonctionnement à meilleur rendement. Faire patiner l’embrayage et permettre au moteur de tourner + vite va à l’encontre de cette démarche Un point délicat de l’embrayage sec concerne son usure. Pour piloter l’embrayage, il faut un bon estimateur de l’usure pour assurer un bon accostage du plateau sur la friction d’embrayage. Faute d’un bon estimateur il y a risque de patinage ou de saccades

shooby136

comme s'il n'y avait que les boîtes DSG qui n'étaient pas fiables, chez VAG !?!

Guizinho

Bonjour, au regard du commentaire précédent de Rafviz, je confirme l'analyse sur mon véhicule VW Passat 1.6 TDI 120 DSG 7 de Juillet 2015 aujourd'hui avec 40.000 kms. Lors de la révision en Novembre, j'ai signalé le bruit de couinement lors du passage de vitesses 2de vers 3ième en accélération vive. Le phénomène est accentué par temps chaud en effet. Ils n'ont pas pu reproduire le défaut et m'ont signalé avoir fait une reprogrammation moteur-boîte demandée par VW. Je suis d'accord avec l'analyse faite : - Boîte à sec (forcément plus bruyante) - j'ai eu une DSG 6 sur un Touran 2.0 TDI 140 et effectivement, c'était plus moelleux, plus doux et sans aucun bruit - Passage des vitesses très "éco-responsables" qui forcent un passage en 2ème à moins de 10km/h ce qui fait "patiner" l'embrayage et l'use prématurément : même sur le parking de ma résidence qui présentait une belle montée, elle était opérée en 2nde et on sentait bien le patinage de l'embrayage....comme si, elle ne gérait pas le pourcentage de pente et ne voulait passer en 1ère. Cela dit, le mode Drive est très éco-responsable et doit sur-solliciter l'embrayage à bas régime pour éviter de rétrograder. Le mode Sport serait-il donc préférable ? - Double-embrayage peut-être pas assez résistant ? : sûrement oui et son choix devrait peut-être se limiter à une valeur de couple maxi de 210 Nm au lieu de 250 Nm. Voire le faire évoluer vers une version "humide" qui résoudrait les défauts constatés. Cordialement Guillaume

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Audi
Recevez par e-mail toutes les infos de Seat
Recevez par e-mail toutes les infos de Skoda
Recevez par e-mail toutes les infos de Volkswagen