Vous êtes ici :

Honda NSX 1990 vs NSX 2017 : c'était mieux avant ?

Honda NSX 1991 vs NSX 2017 rouge vue avant murs tagués
Equipée de quatre jantes différentes de l'origine, cette Honda NSX de 1993 totalise moins de 100 000 km... et semble aussi neuve que notre NSX de 2016 !

A défaut de prédire l'avenir, tentons d'assouvir un autre fantasme de l'homme : voyager dans le passé. Aujourd'hui, l'ultra-technologique Honda NSX rencontre la première du nom... qui ne l'était pas moins, 27 ans plus tôt. Essai comparatif.

Voitures à l'essai : Honda NSX 3.0 V6 274ch vs Honda NSX 3.5 V6 biturbo Hybride 581ch

Honda NSX 3.0 V6 274ch
77 840 €
Honda NSX 3.5 V6 biturbo Hybride 581ch
192 500 €
10 000 € de malus

Page 1Honda NSX 1990 vs NSX 2017 : c'était mieux avant ? 

Rien n’y fait. Notre nouvelle Honda NSX a beau dépasser largement les 200 000 € à l’achat, couvrir sa sublime écorce du rouge Valencia (une peinture nacrée facturée… 6 600 €), et même être le seul exemplaire immatriculé en France à ce jour, elle peine à émouvoir les badauds qui s’affairent, les yeux pétillants, autour de l’ancien modèle. «Une Honda NSX ?! C’était la Ferrari japonaise ! Vous savez, encore aujourd’hui, cette voiture dispose de la meilleure tenue de route au monde...»

Honda NSX 1991 vs NSX 2017 rouge vue arrière murs tagués
Moteur VTEC, châssis monocoque en alu, suspension à double triangulation : à sa sortie, la première NSX multipliait les innovations.

 

Un compliment exagéré dans l’euphorie de l’instant, tellement soutenu par notre passant que personne n’osa le contredire. La NSX, en 1990, c’était donc ça : une supercar, une vraie, qui a maintenu en respect les Ferrari d’époque et gagné celui des passionnés. Aujourd'hui l'admiration demeure même quand la NSX revêt, comme ici, quatre jantes différentes des originales, remplacées pour y loger des freins plus gros après une frayeur de son propriétaire... Nous y reviendrons.

 

Design Honda NSX

 

S’il est une constante dans nos rencontres «ancienne/moderne» (Golf 1 GTI vs Golf 7 GTI, Mini vs Mini…), c’est évidemment celle de l’augmentation du gabarit. La rencontre des deux NSX devient l’exception qui confirme la règle puisque par rapport à sa devancière, la jeunette grandit seulement de 7 cm en longueur et 3 cm en hauteur.

De visu, la NSX 2017 paraît pourtant bien plus impressionnante : largeur très supérieure (13 cm), carrosserie «évidée» de part et d’autre de la custode, museau très bas reniflant le sol, inserts en fibre de carbone (facturés 9 800 € dans un pack !). Sans oublier les roues, immenses, relevées à 19 pouces à l’avant et 20 pouces à l’arrière.

Honda NSX 2017 rouge vue de profil murs tagués
Allure de soucoupe violente pour la NSX, qui compte 4 moteurs !
Honda NSX 1993 rouge vue de profil murs tagués
Longue carrière pour cette NSX (1990-2005)... qui s'est écoulée à moins de 19000 exemplaires au total

Si la « mamie » respecte cet écart entre les essieux, le diamètre n’était pas vraiment le même : 15 pouces à l’avant (moins qu’une Twingo contemporaine…), 16 pouces à l’arrière ! La NSX photographiée chaussait toutefois des jantes de 17 pouces aux quatre coins, qui remplissent mieux les passages de roues sans -trop- dénaturer la robe originelle.

Plus lisses, les lignes de l’ancienne NSX sont d’ailleurs loin de laisser indifférent, avec cette bulle vitrée semblant posée sur une coque plate façon hors-bord. Un côté futuriste aujourd’hui gommé par des détails typiquement «années 90», comme les feux arrière interminables, les phares escamotables (devenus classique au restylage en 2001), et les prises d’air latérales façon Ferrari. Des détails plus attachants que désuets… à l’image de l’habitacle, suranné mais accueillant.

 

Habitacles Honda NSX

Honda NSX 1993 habitacle
Honda NSX 1993 sièges en cuir
Honda NSX 1993 comodo

Sièges électriques et généreusement matelassés, volant de grand diamètre, cuir gainant les contre-portes et même la planche de bord : l’habitacle de l’ancienne Honda NSX confine d’abord à une berline de luxe. Mais il suffit de se jeter dans les sièges pour comprendre que le confort n’est pas l’unique préoccupation de la NSX : ici, le pilotage compte aussi.

L’assise est au ras du sol, pour abaisser le centre de gravité. Les comodos permettent de tout commander du bout des doigts (feux, cruise control, et même les warning), sans quitter le volant. Quant à la visibilité, elle est tout bonnement exceptionnelle pour une auto de cette trempe, avec des montants avant très fins et un pare-brise façon bulle d’avion de chasse.

NSX ancienne ou nouvelle, même combat : l'habitacle, très sobre, mêle aimable accueil et sportivité

Une absence d’angle mort qui concerne aussi la nouvelle NSX, dont le pare-brise descend plus bas que celui de ses rivales, McLaren exceptées. Ensuite, la frêle radio CD laisse évidemment place à un système multimédia-GPS à écran tactile intégré, les compteurs digitaux remplacent les bonnes vieilles aiguilles, et une grosse molette commande les quatre modes de conduite, du plus sage (Quiet) au plus radical (Track). Ne reste plus qu’à les tester…

Honda NSX 2017 habitacle
Honda NSX 2017 compteurs
Honda NSX 2017 sièges en cuir


Moteurs Honda NSX

A l’heure où la moindre compacte GTI dépasse les 300 ch (et où certaines frisent les 400 !), la puissance brute de la première NSX prête à sourire : 274 ch. Une valeur toutefois tirée d’un noble V6 atmosphérique de 3.0 de cylindrée, capable, en authentique production de la firme Honda, d’atteindre près de 8 500 tr/min avant de réveiller son rupteur.

Honda NSX 1993 moteur
Honda NSX 1993 boite de vitesses

Nous sommes loin des petits 4 cylindres modernes, culminant à 2.0 de cylindrée, surtout comparés au V6 de la NSX réalésé à 3.2 l à partir de 1997. A cette occasion, la puissance passait de 274 ch à 294 ch et la boîte mécanique, de cinq à six rapports.

V6 atmosphérique de 274 ch d'un côté, V6 biturbo secondé par trois blocs électriques (581 ch) de l'autre... Mais la nouvelle NSX pèse 500 kg de plus !

Après, la comparaison avec jeunette confine à la science-fiction tant, même face à ses rivales contemporaines, la nouvelle Honda NSX semble droit venue du futur. Notamment car elle ne cache pas un mais… quatre moteurs au total : un V6 3.5 biturbo de 507 ch, secondé par trois blocs électriques dont deux commandent directement chaque roue avant (vous suivez ?). Puissance cumulée ? 581 ch !

Honda NSX 2017 moteur
Honda NSX 2017 boîte

Allez annoncer ça aux ingénieurs d’époque, avant d’ajouter aux bougres encore conscients que la boîte, robotisée à double embrayage, compte à elle seule neuf rapports. Ainsi nantie, la NSX peut rouler en mode 100% électrique jusqu’à 70 km/h environ, créer un effet vectoriel de couple entre ses roues avant, profiter d’une transmission intégrale permanente malgré l’absence d’arbre de transmission central. Mais cette médaille a un revers : le poids. A 1 847 kg, la nouvelle NSX pèse pratiquement 500 kg de plus que son aïeule. Sa force ne devient-elle pas sa limite ?

 

Au volant de la Honda NSX 2017

Honda NSX 2017 rouge vue avant sur route pluvieuse

Si nos comparatifs démarrent souvent par l’essai de l’ancien modèle, le contenu technologique de la nouvelle NSX nous intrigue au point de snober la «mamie» pour les premiers tours de roue. Essayez d’imaginer : en mode Quiet, ce squale échappé d’un circuit rampe sans le moindre bruit, du démarrage jusqu’à 70 km/h avec le pied -très- léger. A son passage, même les anti-bagnoles décrochent un sourire !

Le V6 se réveille de temps à autre pour régénérer les batteries (elles ne vivent pas plus de 2-3 km sans soutien), dans un feulement discret… qui prend du coffre en mode sport, quand s’ouvrent les valves d’admission et d’échappement.

Honda NSX 2017 rouge vue arrière gauche sur route pluvieuse

Eveillé en permanence, le V6 biturbo pourrait alors rendre la conduite plus classique, mais c’est sans compter la santé des blocs électriques qui continuent leur numéro. Grâce à eux, la lourde NSX détale du feu vert sans la moindre sensation d’inertie, puis le V6 biturbo prend le relais pour poursuivre la poussée, linéaire mais -très- intense jusqu’à 7 500 tr/min.

A ce moment, le poids de routière devient un lointain souvenir et ne revient pas en tête à l’abord des virages, que la NSX mord goulûment, même quand des bosses cherchent à la déstabiliser en appui.

Les trois moteurs électriques catapultent la NSX sans la moindre inertie puis le V6 biturbo poursuit la poussée, linéaire mais intense

Le plus bluffant ? Que ce ballet s’organise dans une quiétude remarquable, sans le moindre à-coup ni sonorité inconstante. Le chef d’orchestre doit juste garder en tête, sur sol humide, que les roues avant reçoivent bien peu de puissance des deux blocs électriques (37 ch chacun au maximum), quand le V6 (couplé au 3e bloc électrique) crache plus de 500 ch sur les seules roues arrière.

En cas de faible adhérence, la NSX réagit donc davantage comme une propulsion, et réveille bien plus son antidérapage (d’ailleurs tardif !) que ne le ferait une sportive à «vraie» transmission intégrale. Il suffit de le savoir...

 

Au volant de la NSX 1991

Honda NSX 1993 rouge vue avant gauche sur route pluvieuse

Après cette claque, on regrette presque d’avoir démarré par la soucoupe violente, persuadés d’être déçus par la «vieille» NSX. Ce serait la sous-estimer : passé la surprise de contracter ses biceps pour sortir d’une place de stationnement (la NSX se passait de direction assistée jusqu’en 1993 !), le conducteur se sent immédiatement d’humeur joyeuse.

D’abord, il y a cette direction, plus douce avec la vitesse, et dont la précision n’a rien à envier aux modèles contemporains. Ensuite, cette commande de boîte, plus précise et rapide que ce long levier noir ne le laissait supposer. Enfin et surtout, ce moteur, d’ailleurs libéré par un silencieux d’échappement légèrement modifié.

Honda NSX 1993 rouge vue arrière droite sur route pluvieuse

Certes souple à bas régimes, le V6 s’exprime plutôt dans la seconde moitié du compte-tours. Pas un problème : ce dernier s’achève haut, très haut, la zone rouge démarrant à 8 000 tr/min… qu’il vaut mieux aller chercher en conduite sportive pour compenser la longueur des cinq rapports de boîte. La poussée, graduelle au fil des tours/minutes, rappelle le bon vieux temps des moteurs atmosphériques, au caractère plus attachant que les linéaires turbos modernes.

La poussée, graduelle jusqu'à 8 000 tr/min, rappelle le bon vieux temps des moteurs atmosphériques

Après, dans les conditions humides de notre journée d’essai, nous nous sommes retenus d’aller trouver les limites d’adhérence. Comme celles du freinage, perfectible d’après les essais d’époque et l’avis du propriétaire, admettant s’être fait une «chaleur» quelques jours après avoir acheté l’auto. Vu l’état quasi-neuf de cette NSX totalisant moins de 100 000 km et le plaisir qu’elle procure encore, c’eût été ballot…

 

Bilan et prix Honda NSX

En 1990, la Honda NSX était sans nul doute la première voiture à manier si bien sportivité et polyvalence. De quoi l'épargner d'un méchant "coup de vieux" en 2017... à moins de la comparer à sa descendante qui, 27 ans après, réitère le coup de la sportive en avance sur son temps.

Honda NSX 1991 vs NSX 2017 vue de profil sous la pluie

Moins pure qu’une McLaren, moins musicale qu’une Ferrari, la nouvelle Honda NSX reste un engin d’exception, une créature hybride qui perturbe les sens, aussi à l’aise en mode électrique dans une ville embouteillée que pour claquer un temps sur circuit, où elle fait oublier le poids de son attirail technologique.

Reste à pouvoir se l’offrir… A 192 500 € (plus 10 000 € de malus, voire 40 000 € d’options sur notre modèle d’essai !), le prix de la nouvelle NSX tutoie celui des supercars italiennes. Voilà qui relativise la flambée des tarifs de l’ancienne NSX : affichée aux alentours de 30 000 € il y a moins de cinq ans, une belle NSX d’occasion se trouve difficilement sous les 65 000 € aujourd’hui. De quoi contredire les sceptiques qui dénigrent le manque d’image de Honda face à une Ferrari... remarque qui vaut aussi pour la nouvelle génération. Rendez-vous dans 25 ans ?

Honda NSX 1993 rouge vue avant murs tagués
Honda NSX 2017 rouge vue avant murs tagués

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Didier Loïc Desgats

Faut pas confondre "balai" et "ballet". Pan sur les doigts du journaliste!

jmgimellomailpers917

Tout-à-fait d'accord avec le commentaire de steff77. Mais hélas, même avec du surpoids, la NSX 14 80 a rappelé à HONDA qu'avoir raison avant tout le monde est une erreur. Bravo pour les tours sur le Nurburg' !

stefaf078

Pour avoir fait des tours sur le nuburgring avec le modèle de 90, je peux confirmer que l'auto est efficace mais lourde. Même si cette nouvelle mouture est plus performante en tout mais l'effet exclusif décalé n'y est pas. Impossible de manquer cette NSX de 90' façon "vaisseau spatial" dans la circulation. Une originalité qui lui confère aujourd'hui une bonne part de sont capital sympathie et ça ne fait que commencer...

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Honda Nsx
Recevez par e-mail toutes les infos de la Honda Nsx