Vous êtes ici :

Interdictions des voitures anciennes à Paris : le point sur le sujet

Circulation à Paris
Parmi le flots des véhicules qui circulent quotidiennement à Paris, seront bientôt supprimées les voitures mises en circulation avant le 1er janvier 1997.

Au premier juillet 2016, il sera impossible pour les voitures de plus de 20 ans de circuler dans Paris intra-muros en semaine la journée. L'argus.fr fait le point sur les véhicules concernés et sur la contre-attaque judiciaire menée par une association de consommateurs.

Entre 500 000 et 800 000 voitures de la région parisienne, selon les estimations, sont concernées par l’interdiction de circuler à l’intérieur de Paris en semaine de 8h à 20h pour les véhicules immatriculés avant 1997. Celle-ci prendra effet au 1er juillet 2016.

Devant la fronde qui se matérialise par des pétitions et une action en justice, la Mairie de Paris répète que son objectif est celui de la santé publique et « le droit des Parisiens à respirer un air frais ». Elle est soutenue par une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publiée hier et qui classe la capitale française dans les villes les plus polluées d’Europe.

L’argus.fr fait le point aujourd’hui sur les véhicules (voitures, motos, camions) qui sont concernés par cette interdiction et par les contre-attaques menées par les associations de consommateurs.

 

Quels véhicules sont concernés ?

Au 1er juillet 2016, seront bannis de Paris intra-muros en semaine de 8h à 20h :

  • les voitures particulières et les utilitaires légers, essence ou diesel, mis en service avant le 1er janvier 1997. Aucune exception pour les voitures de collection n’est prévue.
  • les deux-roues motorisés mis en service avant le 1er juin 2000.
Circulation à Paris
Parader dans sa voiture de collection en semaine à Paris, il ne faut plus y penser !

Rappelons que les cars et les poids lourds immatriculés avant le 1er octobre 2001 sont déjà privés de circulation tous les jours de la semaine entre 8h et 20h depuis le 1er septembre 2015.

Entre 2017 et 2020, ces mesures seront progressivement étendues jusqu’au véhicules essence et diesel Euro 4 mis en service avant le 1er janvier 2011. Ce sont cette fois plus de 2 millions de voitures de la région parisienne qui sont concernées.

 

Une pétition pour l’indemnisation

En réaction à cette interdiction, une action collective en justice va être lancée sous l’égide de l’association 40 Millions d’automobilistes. Une pétition est en ligne pour que les personnes se sentant lésées s’inscrivent.

Au sens de l’association, se sentir lésé par cette interdiction consiste à estimer que son véhicule, s’il est concerné, perdra de la valeur car il ne pourra plus être revendu dans la région Ile-de-France.

Soutenue par l’avocat Jean-Baptiste Iosca, spécialisé dans le droit routier, l’association va donc demander à la Mairie de Paris une indemnisation des propriétaires. Ce sont ces derniers qui saisissent dans un champ de la pétition la valeur estimée de leur véhicule.

 

Est-ce bien réaliste ?

Pour 40 Millions d’automobilistes et Pierre Steward, expert automobile chez BCA Expertise-Experveo, « On estime que ces véhicules perdront 50% de leur valeurà la revente. C’est-à-dire que pour ces petites voitures, qui servent essentiellement à réaliser des trajets domicile/travail et valent en moyenne 2 000 à 2 500 euros, les vendeurs ne pourront pas espérer en obtenir plus de 1 000 euros ».

Cette dévaluation de 1 000 à 1 250 euros en moyenne par véhicule est-elle réaliste ? Même pas pour la région parisienne où, à la base, peu de véhicules des segments citadines et compactes de 1996 dépassent les 1 000 ou 1 500 euros à la cote Argus officielle. Et encore moins pour la province où il sera toujours possible de vendre un tel véhicule sans qu’il perde de valeur.

Reste à savoir ce que donnera, dans les faits, cette action collective en justice…

Partager cet article
Commentaires
Voir tous les commentaires (39)
defombelle792

En Chine les scooters sont obligatoirement électriques. Voilà une mesure efficace. Plus que d'ergoter pendant des jours à chaque pic de pollution pour savoir si l'on va imposer la circulation alternée pour finalement la décider quand la pollution a baissée. Des mesures fiscales et techniques (recharge) permettraient d'imposer les deux roues électriques en moins de 10 ans

ktmaddict260

Ah ils me font marrer ces ânes!!! le 9 octobre prochain, il y a, porte de Vincennes le salon moto légende dédié aux motos anciennes auquel je me rends depuis plus de 15 ans avec ma vieille moto BMW ex gendarmerie de 1985....je voudrais bien voir comment les forces de l'ordre vont faire pour verbaliser les 4 à 5000 motos d'avant 2000 qui s'y rendent!!! Mort de rire! z'ont pas fini de faire fumer le carnet à souche!

jmbay94

Et les véhicules concernés équipés en boîtier permettant de rouler à l’éthanol? Que la mairie de Paris rembourse l'équipement de tous les véhicules adaptables ainsi la pollution diminuera remarquablement.

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
151 223 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !