Vous êtes ici :

J'ai dormi 24 km au volant

J'ai dormi 24 km au volant

Expérience inédite : nous avons analysé la somnolence d'un conducteur sur un voyage entre Paris et Nice. Les résultats sont impressionnants.

Page 1J'ai dormi 24 km au volant 

Sur l'autoroute,un accident mortel sur trois est lié au sommeil, loin devant l'alcool (1 sur 6) et la vitesse (1 sur 10).
 
Face à ce constat édifiant, nous avons réalisé une expérience originale : effectuer un voyage entre Paris et Nice avec un équipement médical qui enregistre les phases de somnolence.

930 km, de jour, en respectant les limitations de vitesse, sans commettre aucune prouesse quelconque au volant. Bref, en bon père de famille.
 

Centre médical

 
Pour cela, nous nous sommes rendus au Centre médical Éveil-sommeil dans le XVIIe arrondissement de Paris. L'équipement que me pose Marc Derri, technicien du sommeil, est utilisé pour la détection des apnées du sommeil.
 
L'installation prendra une heure. Il s'agit de plusieurs électrodes qui sont posées sur le corps à des endroits spécifiques : sur la tête pour enregistrer l'activité cérébrale, autour des yeux pour les mouvements oculaires et sur le menton pour le tonus musculaire.
 

La nuit qui précède


Ces électrodes sont reliées à un petit calculateur qui enregistre l'ensemble des données émises. Et pour savoir si je n'ai pas d'apnées du sommeil, durant la nuit qui précède le test, Marc Derri me pose une canule dans le nez qui enregistre la respiration et des électrodes sur la jambe droite pour mesurer les mouvements pendant le sommeil.
 
Malgré l'inconfort de l'appareillage, la nuit se passe bien. J'apprendrai au retour de notre périple que j'ai une excellente qualité de sommeil, de l'ordre « de 93%», m'explique le docteur Annie-Laure Frenkel, neurophysiologiste. «Vous avez passé une nuit réparatrice. » Je suis donc en pleine forme.
Partager cet article
Commentaires
Voir tous les commentaires (36)
a.prampart235

J'ai 32 ans et je n'ose plus faire de longs trajets seuls, j'ai constaté depuis 1 an ou 2 ces phases de somnolence. Au pire je n'ai pris que le bas côté ce qui m'a réveillé mais le régulateur de vitesse est mon pire ennemis depuis même les longues lignes droites sur route nationale à 90 posent problème. Je me souviens de trajet ou plutôt j'ai effectué des trajets ou j'était dans l'incapacité totale de me rappeler avoir traversé certaines portions du parcours pourtant effectué la demi-heure précédante... c'est terrifiant !!! Solution du médecin: prescrire des somnifères pour mieux dormir la nuit !!!! on croit rêver; Je suis allé en allemagne l'année dernière, le parcours bretagne-strasbourg sur régulateur à 130 pour éviter la marée chaussée avec arrêts réguliers et changement de chauffeur... un calvaire !!! L'autoroute allemande ou j'ai pu constater que la vitesse est constament adapté au traffic, aux travaux ou à la fluidité du traffic ne m'a posé aucun problème de vigilance. Ces conditions nous ont d'ailleurs fait baisser notre vitesse moyenne (malgré une portion sans limitation avec une pointe à 200) et ma consommation s'en est ressentie donc les écolos peuvent repasser.

djib73902

Je m'inquiète un peu de tous ces gens qui pensent qu'en roulant plus vite on s'endormirait moins. C'est la monotonie qui endort, pas la vitesse ! A 130 vitesse stabilisée ou à 180 km/h, croyez-moi la monotonie sur autoroute est exactement la même. Vos yeux (et votre cerveau) s'habituent au défilement régulier du paysage et c'est ça qui nous pousse à la somonlence ...

sidney_261267934

moi quand je par en vacances je traverse une parti de la france et toute espagne je suis la seule a conduire et c est vrai qu il m arrive de dormir au volant quand il ete pas la les radar ont allait plus vite et je n avait pas le temps de dormir '....

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
133 624 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !