Accès pro Mon Argus®
Vous êtes ici :

La BMW 116i BVA à l'essai

La BMW 116i BVA à l'essai - Une base solide

L'ancienne BMW 116i souffrait d'un moteur à essence anémique, peu adapté au châssis ferme du modèle. Meilleur confort et mécanique onctueuse rendent la nouvelle mouture bien plus recommandable.

BMW 116i

BVA Sport

  • Essence
  • 136 ch
  • 31 550 €


Dans chaque gamme de véhicule, il existe souvent un « boulet » : une modeste version à essence, peu agréable à conduire, généralement gourmande, bref, plus destinée à servir de prix d’appel attractif qu’à offrir de l’agrément à son acheteur. Avec la nouvelle Série 1, ce fameux boulet... n’existe plus.

La BMW 116i BVA à l'essai

Bien sûr, comme version de base, on a vu moins cher : 25 450 € pour cette 116i de 136 ch, à l’équipement sans générosité (pas de volant cuir, de commandes au volant ou de régulateur de vitesse). Avec la finition Sport de notre modèle d’essai et l’excellente boîte automatique optionnelle, le tarif dépasse même les 30 000 €. Mais dans l’univers haut de gamme de la Série1, la 116i reste toujours 2 300 € moins chère que la version diesel 118d (143ch). Et demeure une véritable alternative.

Elle préfère la ouate


C’est d’abord la discrétion qui séduit au démarrage. Quand la Série 1 diesel reste un peu bruyante à l’accélération et vibrante au ralenti, la déclinaison à essence ne s’entend quasiment jamais, à moins d’abuser des hauts régimes. Cela n’est pas nécessaire : le couple maxi est disponible dès 1350tr/min. Si les sensations d’accélérations ne sont pas tonitruantes (le coup de pied aux fesses d’un moteur diesel est par exemple absent), le compteur de vitesse grimpe dans une agréable linéarité, alors que la souplesse et les relances suffisent largement dans le cadre d’une conduite coulée.

La BMW 116i BVA à l'essai La BMW 116i BVA à l'essai

Un tempérament paisible qui s’accorde bien au nouveau point fort de la Série1: son confort moelleux. En monte d’origine de 16pouces (dénuée de pneus à roulage à plat, aux flancs plus rigides), la 116i absorbe les irrégularités de la route avec talent, tout en conservant son côté dynamique qui plaît auxLa BMW 116i BVA à l'essai amateurs d’itinéraires sinueux. Une polyvalence partagée par la nouvelle boîte automatique à huit rapports, pétrie de qualités : douceur en mode auto, réactivité en mode sport, rapidité en mode manuel. Et une ergonomie parfaite, via un levier façon joystick qui épouse la forme de la main droite.


Dans cet ensemble maîtrisé ne subsiste qu’une anicroche: le système Stop&Start. Sur les diesels, ce dernier génère un désagréa ble soubresaut dans le levier de vitesses au démarrage. Ici, le problème est différent: lorsque le moteur repart, les passagers subissent un à-coup au décollage. Mieux vaut donc le couper en milieu urbain, malgré la légère surconsommation d’essence. Car une fois sortie de la ville, la 116i sait rester très sobre: il est facile de descendre sous les 8 l aux 100km, même sur autoroute. Des «boulets» comme celui-ci, on en voudrait tous les jours...

La BMW 116i BVA à l'essai

Bilan
Avec son petit moteur turbo, suffisant et peu gourmand, la 116i devient une véritable alternative au diesel. L’excellente boîte automatique, facturée 2 200 €, achève de transformer cette dynamique compacte en confortable voyageuse. Un bon choix ! 


La BMW 116i BVA à l'essai
On aime
La douceur de conduite
La sobriété à doux rythme
Le confort de suspension

On regrette
Les sensations un peu édulcorées
Le rapport prix équipement
L’espace arrière toujours étriqué 
Commentaires (5)

Commentaires

Le frimomètre...

Biéditch -

au taquet, pour cette caisse. Je préfère la focus en EcoBoost 1.6 SCTI 150, d'un point de vue tenue de route, sécurité, rapport qualité-perfs-prix et habitabilité. Par contre, ce que j'aime chez BMW et qu'on ne trouver plus chez les autres constructeurs, c'est la possibilité de choisir un plus gros moteur sans monter en gamme. Et oui, je vais en faire pouffer plus d'un (et je m'en moque) mais j'aime pas les commandes au volant, les radios haut de gamme avec usb blue tooth etc (je n'écoute que les infos 5 minutes par jour), les molettes idrive, les écrans tactiles, les leds qui font sapin de noel, etc...

Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici   

dommage

Jeannot -

Dommage que la tenue de route par temps de pluie n'a pas été améliorée et que les deux places arrière sont toujours si peu confortables, sinon avec ce nouveau moteur elle aurait été satisfaisante.

Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici   

Pas si chére

Fifidares -

32.000, 33.000 euros ?...non. En négociant ferme, je suis arrivé à 28.300 euros, avec les options indispensables : clim auto, régulateur de vitesse, pack USB pour iPhone, etc... C'est cher, mais regardons la concurrence. En a t on autant, pour le même prix ?

Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici   

Surfait?

yaros78 -

Les commentaires de la presse, notamment française sont devant BMW un peu comme le lapin devant les phares, et ils perdent totalement leur esprit critique: prix exorbitant, équipement standard chiche (avec les options minimales que l'on est en droit d'attendre sur une voiture de ce type, on doit facilement atteindre 32-33.000 EUR), un moteur certes silencieux mais manquant de caractère et de tonus, une ligne qui ne brille pas par son élégance...Cela ne veut pas dire que cette voiture est sans qualités, mais elle offre surtout de pouvoir montrer à son voisin qu'on roule en BMW...

Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici   

Bien, mais...trop chère

OlaQueTal -

Assurément une très bonne voiture (suffisamment puissante, conso modérée pour une essence / boite auto) mais déraisonnablement trop chère en neuf... à voir dans quelques années en occasion !

Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici   

Votre commentaire

Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici   
A lire aussi
La Cote Argus®

Calculez la Cote Argus de votre voiture en 2 minutes !

Calculer ma Cote Argus

Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Articles récents

Essai nouveau Renegade : Jeep arrive en ville !

Traits virils, larges épaules, parfum épicé de l'aventure : le Jeep Renegade bouscule le paysage automobile urbain. Les rebelles égarés en ville ont trouvé leur monture : du caractère, du talent.
Nos partenaires
Essai Opel Adam Rocks 1.0 Turbo Ecotec : des envies d'évasion
Essai nouveau Renegade : Jeep arrive en ville !