Accès pro Mon Argus®
Vous êtes ici :

La Golf 7 break à l'essai

La Golf 7 break à l'essai -

30 millions de Golf produites, et la « success story » n'est pas prête de s'arrêter : voici la déclinaison break, plus soignée qu'auparavant.

Essai vidéo de la Volkswagen Golf SW 2.0 TDI 150, dont le lancement est prévu le 12 septembre 2013 à partir de 29 080 €
 
La Golf 7 break à l'essai La Golf 7 break à l'essai
A gauche, la Golf 6 SW. A droite, la nouvelle Golf 7 SW.

Avec ses feux arrière tristes et son sac à dos trop lourd (porte-à-faux allongé de 36 cm par rapport à la berline !), l'ancienne Golf SW ne détenait pas, loin s'en faut, le titre du break le plus attirant du marché. Le public français a d'ailleurs partagé cet avis : jamais plus de 7 % des ventes de Golf depuis sa commercialisation en 2009.

A titre de comparaison, près d’une Mégane sur trois s'écoule en déclinaison break Estate. Dans la famille Golf VII, il était temps de rééquilibrer les ventes.
La Golf 7 break à l'essai
Cette 5e génération (le break n'étant apparue qu'à partir de la Golf III) est bien partie pour. Elle a d'abord soigné ses atours. L'empattement, nettement allongé (+ 57 mm par rapport à l'ancien), rend le profil plus équilibré. Comme le montant arrière, désormais en coin, ou les feux arrière, plus horizontaux.

L'allure se rapproche ainsi d'une Passat SW, à l'image du volume de coffre, aussi en progrès : 605 l en cinq places, 1 620 l en deux places. C'est respectivement 55 et 70 l supplémentaires par rapport à la Golf VI, et tout simplement le record de la catégorie en configuration classique !
 
La Golf 7 break à l'essaiLa soute, bien carrée, est en outre facile à charger, alors que certaines astuces débarquent : il suffit de presser l’extrémité du cache-bagages pour l'enrouler (il y a d'ailleurs un arrêt intermédiaire), ou de tirer sur les poignées latérales pour coucher la banquette.

Avec le plancher remonté, cette dernière offre alors un espace de chargement plat... ou presque.
 
La Golf 7 break à l'essai La Golf 7 break à l'essai

Le reste est à piocher dans la liste des options : dossier avant droit repliable (190 €), crochet attelage escamotable depuis le coffre (874 €) ou, dans un autre domaine, amortissement piloté à trois modes (1 010 €) disponible pour la première fois sur le break.

Le confort s'améliore encore, et transforme la Golf SW en authentique voyageuse, notamment avec le TDI 150 de notre modèle d'essai : relances efficaces et peu sensibles à la charge, silence de fonctionnement correct, espace arrière accueillant pour deux, moult rangements.

L'ultime bonne surprise provient du prix de la Golf 7 SW, supérieur de 790 € par rapport à la berline. Qui pratique déjà des tarifs doux dans la catégorie. Sans aucun doute, le break Golf se croisera davantage, sur nos routes...
 
La Golf 7 break à l'essaiOn aime
Le volume de chargement record
La modularité simple, mais bien pensée
Le surcoût modéré

On regrette
La place arrière centrale toujours inconfortable
Le dossier avant droit rabattable en option,
et indisponible sur Carat (sièges sport).
Commentaires (13)

Mots clés

Commentaires

@ Alain

M -

En vous lisant, je me dis que vous êtes le messie, heureusement qu'on vient de vous trouver...

Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici   

Bof

Alain -

Ok la Golf est une voiture. Équipement que je qualifie de sommaire en rapport au prix, ligne quelconque, bref, rien qui le pousse a aller voir une concession VW. J'en ai eu plusieurs entre les mains et la tenue de route et le confort ne me font pas changer d'avis. Pour moi c'est non mêle si la valeur de revente est légèrement plus élevée et encore car avec de très forts km, la clientèle n'est pas la même et privilégie un véhicule moins kilomètré. Heureusement pour VAG qu'il y a des clients avec des ½illères et qui achètent sans comparer. Si tout le monde était comme moi, ils seraient dans la situation de Saab.

Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici   

Réponse à Mathieu

JLT -

Pas d'affinité avec les "Golf"... Moi j'en avais avec un certain constructeur "made in france", mais j'en avais aussi assez d'acheter des voitures qui ne pouvaient pas faire 80000km sans un seul problème!

Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici   

A Mathieu

Les bonnes expressions françaises -

La « success story » n'est pas prête de s'arrêter : certes, vous maîtrisez l'anglais mais pour le français, c'est "près de s'arrêter". Désolé, comme il fallait bien que je dise quelque chose et que je n'ai aucune affinité avec les Golf et rarement avec leurs propriétaires...

Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici   

Goif SW TDI 90ch : 25950¤

ameriquedunord -

A 25950¤ c'est la version 90ch, et non pas 105ch ... encore pire.

Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici   

Votre commentaire

Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici   

À lire aussi

La Cote Argus®

Calculez la Cote Argus de votre Volkswagen en 2 minutes !

Calculer la Cote Argus de ma Volkswagen Golf SW

Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Articles récents

Le Mercedes GLA 200 CDI à l'essai

Entre le timide GLA 180 CDI (109 ch, 30 900 ¤) et l'onéreux 220 CDI (170 ch, 38 900 ¤), la version 200 CDI 136 ch semble constituer le compromis idéal. Essai avec la boîte manuelle et la transmission 4x2... histoire de calmer les prix.
Nos partenaires
Le Mercedes GLA 200 CDI à l'essai
Essai McLaren 650S Spider : différente, sidérante