Vous êtes ici :

Mercedes AMG GT S V8 510 ch : notre essai en vidéo !

Mercedes AMG GT S gris avant gauche
Lancée en mars 2015, la Mercedes AMG GT S de 510 ch est vendue au prix de 144 000 €. La GT de "base" de 462 ch arrivera en juin, à 124 900 €.

Chez Mercedes, il y a les berlines badgées AMG... et les AMG pure souche. Avec 462 ch minimum (GT) et 510 ch sur notre version d'essai (GT S), le nouveau coupé GT succède au SLS mais change légèrement de cible. Porsche 911, voici ton cauchemar...



Voiture à l'essai : Mercedes-Benz AMG GT S V8 510ch

À partir de
144 000 €
8 000 € de malus

Page 1Mercedes AMG GT S V8 510 ch : notre essai en vidéo ! 


Sûrement soucieux des finances de ses clients fortunés, Mercedes vend ses coupés de sport de moins en moins cher. Après le SLR en 2003 (460 000 €), le SLS AMG en 2010 (199 000 €), voici l'AMG GT, un coupé de 462 ch vendu 124 900 €.

En ajoutant un « S » à la fin, on grimpe à 510 ch et 144 000 €... ce qui reste trois fois moins cher que la première supercar Mercedes. Voilà une marque ayant le cœur sur la main…

Terminée, l'allure néo-rétro du SLS AMG. S'il est aussi large et récupère sa coque en alu, le nouveau GT mesure 9 cm de moins en longueur (4,55 m).
Terminée, l'allure néo-rétro du SLS AMG. S'il est aussi large, le nouveau GT mesure 9 cm de moins en longueur (4,55 m) et gagne 3 cm en hauteur.

La Porsche 911 pour cible

Cette « descente » en gamme amène Mercedes à se frotter à la plus célèbre sportive de la planète : la Porsche 911. Même gabarit, même profil biseauté, mêmes puissances généreuses. Et une architecture différente mais tout aussi originale : moteur avant en position centrale (il ne dépasse pas l'axe des roues directrices) et boîte rejetée à l’arrière.

Long capot et poste de conduite rejeté à l'arrière confirment la filiation du GT avec l'ancien SLS : moteur central avant, structure et carrosserie composée d'aluminium.
Long capot et poste de conduite rejeté à l'arrière confirment la filiation du GT avec l'ancien SLS : moteur central avant, structure composée d'aluminium

Le but ? Placer 53 % du poids sur la poupe pour optimiser la motricité, sachant que les 510 ch (et 650 Nm couple !) du nouveau V8 biturbo n'animent que les roues arrière. L’odeur de gomme brûlée semble se rapprocher.


Un V8 plus petit, mais toujours costaud !

Finalement, ça marche. Même en activant le Launch Control garantissant des départs « canons » (voir notre vidéo AMG GT S de 0 à 282 km/h), le V8 catapulte la GT vers l'avant, ses occupants vers l'arrière, et s’arrache du bitume dans un patinage infime à couvrir de honte une Jaguar F-Type R.

Mercedes AMg GT S gris face avant
Malgré sa coque composée d'aluminium, l'AMG GT S pèse 1 645 kg. Cela ne l'empêche pas de courir le 0 à 100 km/h en 3,8 secondes seulement...

Le moteur ne manque pourtant pas de souffle. Par rapport au V8 6.2 atmosphérique du SLS, le 4.0 biturbo du GT S s'énerve bien plus tôt, dès 2 500 tr/min, pour ne plus lâcher la pression jusqu'à la zone rouge située à 7 000 tr/min. C'est efficace, et même un brin sauvage, car la sonorité n'a rien du bloc turbocompressé aphone...

Sur ce dernier point, les puristes regretteront les « glougloutements » de hors-bord de l'ex-SLS, mais l’échappement sport en conserve un zeste au ralenti qui rappelle la filiation. Ouf !


Du sport... même en mode Confort

Reprise du SLS, la boîte à double embrayage et sept rapports est méconnaissable. Bien plus rapide à la montée comme à la descente des rapports, elle profite sur notre GT S d’essai du Pack Dynamic Plus AMG à 2 250 € : la gestion de la boîte et du moteur adopte sa configuration la plus sportive, comme celle de la direction (plus directe) et des suspensions (plus fermes).


Ces dernières manquent alors de douceur pour un usage quotidien, faisant décoller les fesses du siège sur les gros raccords de chaussée, même mode Confort ! Il existe pourtant trois modes plus agressifs (Sport, Sport+, et Race), à réserver dès lors aux bitumes lisses, voire aux circuits où la GT se sentira encore mieux que le SLS…


Une "ventouse" nommée GT

Plus incisif, son train avant se jette littéralement dans les virages pour en mordre la corde avec délectation. Stabilisé, le train arrière n’accepte que de dériver légèrement sur les freins pour aider à tourner, avant de se caler. L'équilibre en devient rassurant et très efficace, ravissant les amateurs comme les confirmés !

Mercedes AMG GT arrière gauche
Suspension hydraulique, amortissement piloté et différentiel autobloquant géré électroniquement sont réservés au GT "S". L'efficacité en virages y gagne...

Seuls les fans de « drift » pourront se sentir un rien frustrés, car l'AMG GT n'a plus la générosité du SLS en matière de dérive du train arrière... En débranchant l'antidérapage, il finit par survirer sous forte accélération, mais devient alors brutal dans ses réactions, ses excellents Michelin Pilot Super Sport s’appliquant à agripper le bitume de toutes leurs forces ! Mais il serait déplacé de critiquer l’AMG GT pour excès d’efficacité…


Moins douce qu’une 911

Après, les acheteurs (qui choisiront à 65 % le S 510 ch plutôt que la version 462 ch, d’après Mercedes France) ne se rendront pas sur circuit tous les week-ends. Et si la GT S rivalise sans mal avec une Porsche 911 à l'épreuve de la piste, elle n'offre pas tant de polyvalence au quotidien : bruits de roulement plus importants à 130 km/h, confort de suspension sec (mais la version sans Pack Dynamic est annoncée moins ferme), sièges raides.


Sans oublier l'habitacle, à deux places seulement (la Porsche offre des strapontins à l’arrière), et articulé autour d'une console centrale si imposante qu'elle en devient caricaturale. L’ergonomie manque d’ailleurs un peu de soin : pavé tactile peu intuitif, levier de vitesse rejeté très en arrière. Il fallait bien adresser une critique à ce joujou extra qui nous a enchantés, bluffés, puis infiniment frustrés de rendre ses clefs… Quel engin.


Bilan de l'essai Mercedes AMG GT SChâssis plus facile à exploiter, moteur plus performant à bas régimes, boîte de vitesses plus rapide : sur le plan de l’efficacité, le GT S démode sans objection possible le SLS AMG qu’il remplace.

Mercedes AMG GT S jaune et gris
La peinture métallisée (à droite, le gris Sélénite) est incluse de série sur l'AMG GT S. Mais ce jaune Solarbeam, est une peinture spéciale facturée...  7 600 € !

S’il abandonne quelques -attachantes- excentricités au passage (ligne néo-rétro, portes papillon, V8 à gros cubage, comportement fantasque), il s’adresse à une clientèle plus vaste en perdant aussi quelques 55 000 € sur son prix d’achat. Une évolution positive sur le plan commercial qui, pour une fois, n’altère pas celui des sensations. Car l’AMG de pointe s’adoucit, sans perdre le principal : son caractère entier...


On aime

  • Le duo moteur/boîte explosif
  • La sonorité avec l'échappement Performance AMG
  • Le châssis efficace et facile


On regrette
  • Le confort ferme avec les sièges et la suspension AMG
  • Les bruits de roulement importants
  • L'ergonomie pas toujours respectée
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Garouk

J'aimerai prendre contact avec des propriétaire du modèle gts amg

Votre commentaire
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Mercedes-Benz AMG