Vous êtes ici :

Premier essai de la Volkwagen XL1

Premier essai de la Volkwagen XL1

D'allure futuriste, la Volkswagen XL1 est le premier véhicule dont la consommation mixte a été homologuée en-dessous d'un litre aux cent, 0,9 litre et 21 g de rejets de CO2 par kilomètre pour être précis. Mais qu'en est-il dans la vraie vie ?


Premier essai de la Volkswagen XL1
 

Maxi technologie pour un poids mini


Monocoque en plastique à renfort fibre de carbone (PRFC), freins carbone céramique, jantes en magnésium : partout où il était possible de gagner quelques grammes, Volkswagen l’a fait. Résultat : 795 kg sur la balance pour le XL1, un modèle d’aérodynamisme à deux places.

Une performance de poids, qui permet de se passer de direction assistée (pneus de 115X80R15 à l’avant), rendue également possible par l’abandon des vitres électriques. Néanmoins, GPS, radio et climatisation font partie de l’équipement de série.

Côté moteurs -il y en a deux-, un bicylindre de 0,8 litre développant 48 ch est accouplé à un bloc électrique de 20 Kw. Des chiffres modestes, qui permettent des accélérations néanmoins normales : le 0 à 100 km/h est effectué en 12,7 secondes.

Prise en main du XL1


Pour prendre le volant d’un tel engin, il faut déjà ouvrir la grande mais légère porte en élytre, puis « descendre » dans l’habitacle.

Une fois calé dans le siège en carbone (11 kg au lieu de 21 dans une petite voiture), les réglages sont faciles et le tableau de bord, voisin de celui de la petite Volkswagen up! n’a rien de dépaysant.

A contrario des rétroviseurs qui sont… absents ; ou plutôt, remplacés par des caméras qui projettent la vue vers l’arrière sur de petits écrans incrustés en haut des contre-portes. Perturbant au début mais l’on s’y fait vite...


Hybride rechargeable


En bon hybride rechargeable, la XL1 annonce 50 km d’autonomie en tout électrique. Nous n’avons pas pu le vérifier car notre parcours d’essai a nécessité à plusieurs reprises des passages en mode hybride plutôt qu’électrique pur (pour l’autoroute ou la montagne).

A noter que le temps de recharge annoncé est de 2 heures (en 16 ampères) et de 1h15 pour 80 % de la charge.


Du bruit et des sensations


Notre premier trajet, de 70 km, a combiné ville et voies rapides, avec quelques tronçons à forte déclivité. Contrairement à ce que l’on peut attendre d’une voiture de ce type, le voyage n’a rien de silencieux.

Véritable laboratoire roulant, la XL1 n’est peu ou pas assez isolée des bruits de roulement, de freinage ou mécaniques lorsque le bicylindres TDI s’ébroue dans le dos des occupants. Il est situé en position centrale arrière, et les batteries Li-Ion du système hybride devant.

Mais d’autres sensations plus amusantes sont là. La direction sans assistance est assez directe, le fait que le train arrière soit moins large que l’avant (1,40 m contre 1,60 m) donne une impression de maniabilité et le gabarit de l’auto, modéré, s’appréhende facilement.


Un appétit de moineau


Bilan consommation du premier parcours : 1,9 litre de moyenne, sans aucune attention particulière. Bluffant !

La seconde partie, longue de 70 km également, se déroule en montagne, dans des conditions défavorables pour ce genre de technologie. La boîte de vitesse robotisée à 7 rapports permet néanmoins d’abaisser le régime du moteur thermique à chaque fois que c’est possible grâce à une très bonne gestion électronique du passage des rapports.

Et là aussi le résultat est impressionnant : après être arrivé en haut des cols à 2,6 litres de moyenne, nous avons terminé notre parcours sur une moyenne générale de 2.0 litres tous ronds. Après 140 km, la jauge de notre réservoir de seulement 10 litres affichait encore ¾ de plein…


Bilan de l'essai de la Volkswagen XL1


La voiture qui consomme deux litres aux cent n’est pas un mirage. Mais si Volkswagen commercialisait la XL1 (ce qui est prévue en petite série), le tarif serait tout bonnement inacceptable pour un client lambda compte tenu des matériaux employés pour sa construction.

Mais ce qu’il faut retenir avant tout de cette expérience, c’est que ce modèle-laboratoire a servi à développer des technologies qui apparaîtront demain sur des véhicules de plus grande série, fabriqués en tôle plutôt qu’en carbone et donc moins chers.

Volkswagen nous promet une up! équipée de ce système avec une consommation d’environ un litre aux cent kilomètres « à une échéance assez courte » ainsi que des Golf électrique et hybride rechargeable dès l’année prochaine. Il semblerait donc que le monde automobile passe à la vitesse supérieure en matière d’énergies et technologie alternatives.
 
Partager cet article
Annonces auto
152 581 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !