Vous êtes ici :

Prix des carburants, amendes, malus... : ce qui change en 2018

ce qui change en 2018 pour les automobilistes
Le budget des automobilistes ne va malheureusement pas s'alléger en 2018... Bien au contraire !

Comme toujours, l'arrivée de la nouvelle année s'accompagnera d'un certain nombre de changements, notamment sur le plan juridique. Et, comme c'est trop souvent le cas, ceux-ci ne devraient pas réjouir les automobilistes...

Malus plus importants à l’achat des véhicules, nouvelles taxes sur les véhicules d’occasion, barèmes des amendes réévalués, durcissement du contrôle technique : les automobilistes vont être soumis à de nouvelles contraintes financières cette année, qui vont peser encore plus sur leur budget. Découvrez le détail de tous ces changements qui sont entrés en vigueur le 1er janvier 2018.

 

Un système de « bonus-malus » plus sévère

budget auto
Les barèmes du système de bonus/malus écologique sont réévalués et durcis.

Comme tous les ans, les barèmes du système de bonus/malus écologique sont réévalués et durcis. Le seuil de départ du malus est encore abaissé en 2018 et les voitures sont désormais pénalisées dès 120 g/km de CO2 rejetés. Les 2000 € de malus sont maintenant atteints dès 148 g/km contre 155 auparavant, tandis que le maximum de 10 500 € concerne tous les véhicules émettant 185 g/km ou plus.

A LIRE. Tous les prix du malus écologique 2018

Parallèlement, le champ d’action du bonus est encore rétréci et les véhicules hybrides rechargeables, ou rejetant entre 21 et 60 g/km de CO2, ne reçoivent plus aucune aide (1000 € en 2017). La justification de ces restrictions est d’aider le financement du bonus dédié aux voitures électriques, toujours plus nombreuses, qui demeure à 6000 €.

 

Malus écologique sur les véhicules d’occasion

audi occassion
Les voitures d'occasion sont désormais taxées selon leur puissance fiscale, à partir de 10 CV.

Tout comme le malus pour les véhicules neufs, celui concernant les véhicules d’occasion se durcit aussi. Jusqu’à présent taxées à partir de 200 g/km de CO2, les voitures d’occasion le sont désormais selon leur puissance fiscale, à partir de 10 CV.

Les modèles affichant 10 et 11 CV sont donc malussés de 100 €, ceux de 12, 13 et 14 CV de 300 € et ceux de 15 CV et plus de 1000 €.

A LIRE. Nouvelle taxe sur les voitures d'occasion en 2018

Toutefois, ce malus VO est revu à la baisse en fonction de l’ancienneté du véhicule, avec une réduction d’un dixième par année entamée depuis la date de la première immatriculation. Ainsi, une occasion de 15 CV vieille de 5 ans est taxée de 500 €, au lieu de 1000 €, si elle avait moins d’un an.

 

Un « super malus » pour les voitures puissantes

ferrari occasion
A partir de 36 CV, chaque cheval fiscal supplémentaire coûte 500 €.

Que les potentiels acheteurs de voitures d'occasion puissantes ou d’exception ne se réjouissent pas trop vite… Car, si jusqu’à 35 CV, le malus se limite à 1000 €, il augmente ensuite de 500 €/CV jusqu’à un plafond de 8000 €.

Quelques exemples : une Porsche 911 Turbo de 2017 (44 CV) est malussée de 5500 € en occasion, tandis qu’une McLaren 570S (49 CV) reçoit la peine maximale de 8000 €.

EN IMAGES. Les voitures dont le malus explose en 2018

 

Le prix des carburants va augmenter

pompes carburant station service
L'Etat va modifier la TICPE afin de rééquilibrer les prix de l'essence et du gazole.

Si les carburants sont comme toujours dépendants du cours du pétrole et d’autres fluctuations, l’Etat va modifier la TICPE (Taxe Intérieure sur la Consommation de Produits Énergétiques) afin de rééquilibrer petit à petit les prix de l’essence et du gazole.

Ainsi, depuis le 1er janvier 2018, le litre de gazole a augmenté de 7,6 centimes (hors TVA) tandis que le litre d’essence a augmenté lui aussi, mais « seulement » de 3,8 centimes. Et cette tendance devrait logiquement s’accentuer les années suivantes.

A LIRE. Prix du diesel : les taxes augmentent de 10 % en 2018

 

Un contrôle technique plus dur et plus cher

Un homme controle les pneus d'une voiture
Le contrôle technique va être durci, avec désormais 132 points de contrôle au lieu de 123 actuellement. Les prix augmenteront également.

A partir du 20 mai 2018, le contrôle technique va être durci, avec désormais 132 points de contrôle au lieu de 123 actuellement. Dans le même temps, le nombre de défaillances (défauts) pouvant être signalés passe de 453 à 606. A noter que les défaillances seront classées selon trois catégories : mineures, majeures et critiques.

Les « mineures » n’obligeront pas à passer une contre-visite, au contraire des « majeures », tandis que les « critiques » permettront de rouler uniquement pour se rendre directement sur le lieu où le véhicule sera remis en état.

A LIRE. Contrôle technique 2018, vers deux fois plus de contre-visites

Naturellement, ce nouvel examen plus approfondi demandera plus de travail aux contrôleurs et devrait se répercuter sur les tarifs, avec des augmentations prévues entre 15 et 20%. Sans compter que la part des véhicules soumis à une contre-visite devrait être plus importante qu’avant.

 

Des amendes de stationnement plus chères

amende stationnement
Les amendes pour stationnement vont augmenter jusqu'à 50 € dans Paris.

Actuellement, les amendes pour stationnement impayé sont fixées à 17 € au niveau national. Un montant a priori trop faible pour se montrer dissuasif. Notamment dans certaines villes comme Paris où le coût du stationnement est très élevé.

Depuis le 1er janvier 2018, 800 villes ont la possibilité de réévaluer le montant des amendes de stationnement, qui devraient donc globalement augmenter. A Paris, elles sont ainsi rehaussées à 50 € en zone 1 (du 1er au 11e arrondissement) et à 35 € en zone 2 (autres arrondissements). Ces amendes peuvent être minorées à 35 € et 24,50 € si elles sont réglées dans les 72 heures.

En plus de cela, les contrôles de stationnement vont être externalisés à une société privée, ce qui aura pour effet d’augmenter leur fréquence.  

A LIRE. Peut-on se garer devant son entrée de garage ?

 

Les demandes de carte grise se font sur Internet

carte grise
Les demandes de cartes grises doivent désormais obligatoirement être faites sur Internet.

Bien qu’elle soit déjà entrée vigueur (depuis le 6 novembre 2017), cette mesure est encore toute récente et mérite d’être rappelée. Les demandes de cartes grises doivent désormais obligatoirement être faites en ligne sur le site immatriculation.ants.gouv.fr, alors que les anciens services en préfecture ont été fermés.

Certains points d’accueil ont toutefois été aménagés afin d’aider les personnes en difficulté ou ne disposant pas d’un accès à internet. 

 

La prime à la conversion étendue aux véhicules d'occasion

Pour faciliter le renouvellement du parc automobile et ainsi accélérer la mise au rebut des véhicules les plus polluants, la prime à la conversion ne concerne plus seulement l'achat de voitures neuves. Elle peut être aussi utilisée pour l'achat d'une voiture d'occasion correspondant aux vignettes Crit'air 0, 1 ou 2. La condition pour pouvoir en bénéficier est de mettre à la casse un véhicule essence immatriculé avant 1997 ou diesel d'avant 2001.  

A LIRE. Carte grise, les demandes se font sur Internet

Partager cet article
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Annonces auto
143 805 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !