Vous êtes ici :

Renault Clio Williams vs Clio RS Trophy : c'était mieux avant ?

renault clio williams et clio rs trophy
De la grande époque des GTI, il reste quelques pépites comme cette Clio Williams. Aujourd'hui, son prix est parfois supérieur à celui d'une Clio RS Trophy !

En 1993, Renault décline sa Clio 16S en version Williams. Sa peinture bleue et ses jantes dorées sont restées dans les mémoires. Mais que vaut aujourd'hui cette mythique Clio face à sa descendante, la Clio 4 RS en déclinaison Trophy ?

Page 1Renault Clio Williams vs Clio RS Trophy : c'était mieux avant ? 

Au salon Rétromobile 2018 (7 au 11 février), une Clio Williams vient d'être adjugée 35 000 € (soit 41 720 € avec les frais) à la vente Artcurial. Une sacrée somme pour une voiture qui, comme les autres GTI de son époque, était boudée au début des années 2000 après avoir été happée par le phénomène du tuning. Mais la Clio Williams est quasiment un mythe de la période GTI par ses caractéristiques et sa diffusion plus faible.

renault clio williams

Toutes les Renault Clio Williams ne valent pas ce prix fou, mais les valeurs commencent à sérieusement grimper pour cette version basée sur la première Clio 16S (1991) qui a imposé le moteur multisoupapes (1.8 16 soupapes) comme nouvel étendard sportif de la marque après la période R5 Alpine Turbo, Super 5 GT Turbo et R9/R11 Turbo.

 

Clio Williams : de la Formule 1 au rallye

La Clio Williams est née du besoin de Renault d’homologuer sa Clio pour courir en rallye groupe A (catégorie 2 litres). Exit donc le 1.8 de 140 ch, la Williams reçoit un 2.0 de 150 ch et une somme de modifications sur son châssis. Pour la baptiser, la marque prend prétexte de son titre de champion du monde de Formule 1 en tant que motoriste de l’écurie Williams. Le look est très bien travaillé, avec la teinte bleue de la carrosserie qui contraste avec les jantes dorées.

 

Williams : des Clio numérotées… ou pas

Pour rendre sa Clio Williams plus exclusive, Renault limite sa production et numérote chaque exemplaire sur les modèles phase 1 (1993-1994). On dénombre environ 3 800 Clio Williams sur cette période. C’est le meilleur moyen pour donner de la valeur à un véhicule des années après, et la Williams en tire profit aujourd’hui. Après le restylage, la plaque d’identification disparaît sauf pour Renault Suisse, qui commande 500 versions SwissChampion numérotées pour honorer le titre de la voiture dans son championnat national des rallyes. C’est un modèle comme celui-ci que nous avons trouvé pour notre séance photos.

 

Clio RS Trophy : de la route à la piste

renault clio rs trophy

Tout comme la Williams est la version ultime de la Clio 16S, la Trophy est la version radicale de l’actuelle Clio IV RS. Présentée dès 2015 sous forme d’une série spéciale, la Trophy se distingue de la RS par la puissance de son 1.6 turbo portée à 220 ch (+ 20 ch), son châssis abaissé (20 mm à l’avant et 10 mm à l’arrière), son amortissement plus ferme, sa direction plus directe et ses changements de rapports plus rapides de sa boîte à double embrayage EDC. Un coup d’œil sur la voiture indique d’autres spécificités de la Trophy, comme les pneus Michelin Pilot Super Sport et l’échappement Akrapovic.  Bref, voilà une Clio taillée pour les sorties sur circuit entre amis ou en club.

 

Design : des Clio musclées

renault clio williams et clio rs trophy

Impossible de ne pas reconnaître la Clio Williams. Elle reprend la carrosserie bodybuildée de la 16S, mais s’habille d’un magnifique Bleu Sport qui fait ressortir les jantes Speedline à teinte dorée. Les strippings Williams apposés sur les ailes arrière et le hayon signent la réalisation, et notre modèle y ajoute un sticker SwissChampion orné du drapeau helvétique. L’ensemble est sobre et la Williams apparaît trapue dans son gabarit de 3,71 m monté sur des roues de 15 pouces.

En quatre générations, la Clio a terriblement grossi au point que nos deux modèles ne semblent pas appartenir à la même catégorie quand ils posent côte à côte. La Clio Trophy émarge à 4,09 m (+ 38 cm) et elle est posée sur des jantes de 18 pouces. Comme la Williams, le contraste des coloris est saisissant entre le Jaune Sirius de la carrosserie et les jantes noires. A noter que l’éclairage à LED en forme de damiers est spécifique aux versions restylées en 2016.

 

Habitacle : la Williams mieux inspirée

Dès l’ouverture de la portière de la Clio Williams, on est enivré par cette odeur particulière, typique des habitacles des vieilles Renault. Pour certains, c’est une vraie drogue ! On passe sur les plastiques et les assemblages hasardeux pour admirer les sièges qui sont en fait de vrais fauteuils ! Ceux-ci proviennent de la R19 16S et ils présentent un confort moelleux inattendu pour une sportive. Le W bleu brodé sur le dossier démontre que Renault a soigné l’intérieur de la Williams.

Le bleu de la carrosserie vient en rappel sur la moquette, les ceintures, le pommeau de levier de vitesses et les compteurs. On dispose aussi d’une instrumentation complète avec manomètres pour indiquer niveau, température et pression d’huile. La plaque numérotée SwissChampion ajoute une pointe d’authenticité sur notre version, qui porte le numéro 396 sur 500.

L’habitacle de la Clio Trophy est bien plus décevant avec aucune instrumentation à aiguille (par contre on a une énorme jauge à essence !), des commandes qui ont du jeu et une présentation qui manque de cachet pour une sportive de 2018 facturée près de 30 000 €. Il faut aller dans le RS Monitor pour trouver des indications sur la mécanique, ce qui n’est franchement pas pratique. Quelques liserés et surpiqûres rouges sont là pour exciter la pupille, et le repère de point milieu en haut du volant rappelle que cette Trophy est taillée pour la piste et les petites spéciales de rallye.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
shooby136

Aaaaaaaaah, heureusement qu'il reste quelques constructeurs encore capable de sortir des autos "en dehors des sentiers battus", sinon, on n'aurait que des voitures passes partout façon Trabans

Bellois

Bonjour, Exact ce sont des sièges de R19 16S. C'est corrigé, merci ! L'argus

beniot9888

Je doute que les sièges de la Clio Williams proviennent des R9/11 turbo, abandonnées en 1989. Par contre, ils ressemblent pas mal à ceux de la 19 16 soupapes, non ?

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Renault Clio