Vous êtes ici :

Supercars de l'été : la Ford GT à l'essai !

premier essai ford GT en France
Septième et ultime épisode de notre saga de l'été consacrée aux supercars : l'incroyable Ford GT 2017.

656 ch, 500 000 €, une production limitée à 1 000 exemplaires : la GT n'a rien d'une Ford classique, ni même d'une supercar classique, comme le prouve cette inoubliable prise en main...

Page 1Supercars de l'été : la Ford GT à l'essai ! 

Toutes les séries ont une fin, et leurs auteurs s’arrangent généralement pour soigner l’ultime épisode. Le dernier volet de notre saga des supercars de l’été s’achèvera donc par la plus rare, la plus folle, la plus chère : la Ford GT 2017.

premier essai ford GT en France

 

Pourquoi elle ?

La nouvelle GT n’est pas exactement une supercar de route. Elle procède de la Ford GT de course, née en 2016 dans un seul et unique but : remporter sa catégorie aux 24 Heures du Mans, 50 ans après la première victoire de son aïeule, la légendaire Ford GT40.

 

premier essai ford GT dynamique en France

Voilà pourquoi son aérodynamisme apparaît si soigné (cellule étroite et en pointe, long porte-à-faux arrière, ailes arrière « évidées », aileron dynamique…). Voilà pourquoi, en position Track, sa caisse s’abaisse de
5 cm (!), comprimant au maximum les ressorts classiques qui délèguent leur travail à de simples barres de torsion, comme en compétition.
Voilà pourquoi enfin, en dépit d’un « simple » V6 biturbo de 656 ch, la Ford GT fait la nique à une Ferrari 488 GTB (V8 biturbo de 670 ch) ou une McLaren 720S (V8 biturbo de 720 ch) lors d’une pointe de vitesse : 347 km/h maxi, contre 330 km/h et 341 km/h pour les deux fusées précitées. Voilà qui promet…

 

Bonne pour les vacances ?

premier essai ford GT en France

S’il reste possible d’embarquer une (petite) valise dans les autres supercars, la Ford GT pourra au maximum convoyer deux brosses à dents : le « coffre » pointe à 11 l de contenance… comme la boîte à gants d’un Renault Scénic. L’accès à l’habitacle exige lui un peu de souplesse (portières en élytre, très larges pontons latéraux) et, une fois assis, le conducteur appréciera - ou regrettera, c’est selon - l’intime proximité avec son passager.

premier essai ford GT en France
premier essai ford GT en France pédalier

Ainsi, malgré sa largeur de Porsche Cayenne (2,24 m rétroviseurs déployés), la Ford GT rappelle plutôt une Lotus Elise à bord : une poignée de centimètres séparent ses deux sièges baquets, d’ailleurs fixes car collés à la coque en carbone (volant et pédalier se règlent en profondeur). Bagages, passagers, moteur, rien ne doit prendre de place en Ford GT, dont la principale préoccupation reste la compacité pour fendre l’air plutôt que subir sa résistance… Unique.

 

Pour la route ou le circuit ?

Voilà une question difficile à résoudre… notre essai de la Ford GT s’étant exclusivement déroulé sur circuit, sur le site de développement Michelin près de Clermont-Ferrand. Impossible, dès lors, de juger la qualité d’amortissement sur route bosselée, l’insonorisation sur longs trajets, la souplesse du moteur ou de la boîte robotisée en ville.

Tant mieux : d’une pichenette sur un volant constellé de commandes, je sélectionne directement le mode de conduite Track, qui fait chuter la caisse de 5 cm aussi rapidement qu’une auto de course descend de son cric avant son départ des stands. Une comparaison qui prend tout son sens, dès les premiers mètres sur une piste dégagée…

 

Le moteur ? Linéaire et peu mélodieux, mais incroyablement prompt à monter dans les tours et totalement dénué de temps de réponse, façon bloc atmosphérique. La boîte à double embrayage ? Aussi rapide que celle des meilleures rivales, sans générer le moindre à-coup au passage des sept rapports. La direction ? Lourde, mais précise grâce à une assistance hydraulique permettant de sentir exactement le niveau d’adhérence disponible. Le freinage carbone-céramique ? A vous extraire les yeux des orbites à la moindre pression du pied droit. Quant au châssis, il est sans doute celui qui lie le plus la GT à l’univers de la compétition : excellente réactivité au braquage, adhérence redoutable en courbes rapides quand l’appui aérodynamique plaque cette déesse du vent au sol.

 

premier essai en france de la supercar ford GT

Et, malgré tout, des réactions prévisibles dans les virages lents, où la GT se contente d’élargir progressivement sa trajectoire en entrée d’épingle trop optimiste, ou dériver sagement du train arrière si le novice reprend les gaz trop tôt. Non, vraiment, on se verrait bien prendre le départ d’une course avec cette atypique supercar. La gémellité avec la GT de compétition n’était pas un énième discours marketing…


On la garde après l’été ?

 

au volant de la supercar ford GT

En Ford GT, la question n’est pas de savoir si on veut la garder, mais plutôt si on pourra l’acheter. Au-delà de son prix intimidant (500 000 €, le double de celui d’une McLaren 720S), la Ford GT a enregistré plus de 6 500 précommandes… soit six fois plus que la production annoncée (1 000 exemplaires, à raison de 250 par an).

Si les 500 premières Ford GT savent déjà qui seront leurs heureux propriétaires, la seconde moitié du cheptel ne sera pas attribuée avant une réunion programmée début 2018 au siège de chez Ford. L’heure ou jamais de faire jouer ses relations… Personne n’a le numéro du boss ?

 

Bilan : pourquoi j’ai frissonné en Ford GT

 

premier essai en france de la supercar ford GT

Pour une sonorité envahissante, un moteur brutal ou des réactions peu prévisibles en virages, il arrive d’écrire qu’une sportive rappelle une auto de course. Cette comparaison concerne aussi la Ford GT, pour des raisons bien plus nobles : choix techniques inédits sur une voiture de série, efficacité hors-normes à haute vitesse, freinage indestructible. Et même un moteur plus puissant que la Ford GT de compétition, bridée par la réglementation technique du Championnat du monde d’endurance. Déjà un mythe.

Retrouvez tous les essais de notre saga des supercars de l’été

=> épisode 1 : la Mercedes-AMG GT R
=> épisode 2 : l'Aston Martin DB11
=> épisode 3 : l'Audi R8 V10 Spyder
=> épisode 4 : la McLaren 720S
=> épisode 5 : la Lamborghini Aventador S
=> épisode 6 : la Nissan GT-R

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Ford GT