Vous êtes ici :

Toyota s'apprête à arrêter les moteurs diesels

Toyota C-HR
Le Toyota C-HR est l'un des très rares SUV du marché à ne pas disposer de moteur diesel.

Alors que le diesel attire de moins en moins les foules, certains constructeurs pensent même à l'arrêter complètement au sein de leur gamme dans un avenir proche. C'est le cas du japonais Toyota.

Il y a encore quelques années, il aurait semblé impossible qu’un constructeur généraliste puisse se passer de motorisations diesels, notamment sur les modèles les plus lourds et encombrants, tels les SUV ou les berlines. Mais, aujourd’hui, les choses ont bien changé et certains l’envisagent vraiment, comme l’ancien numéro un mondial, Toyota.

A l'occasion d'une table ronde au salon de Tokyo, Didier Leroy, vice-président de Toyota, nous a déclaré que les prochains modèles lancés par la marque ne seraient plus équipés de moteurs diesels.

On pourrait penser que cette décision est quelque peu précoce. Pourtant, la chose semble plutôt logique du point de vue d’un constructeur comme Toyota. En premier lieu, le diesel est une « spécialité » européenne et ne concerne finalement qu’une part minoritaire des ventes de Toyota, très présent en Asie et en Amérique du Nord.

 

Quand l’hybridation remplace le diesel

toyota auris HSD

La prochaine génération d'Auris sera sans doute la première compacte du marché à ne pas proposer de moteur diesel.

De plus, Toyota est sans doute le constructeur le plus avancé en termes d’hybridation et, en tout cas, celui dont l’offre dans ce domaine est la plus étendue. Sur de nombreux modèles récents, l’offre diesel a d’ailleurs disparu au profit d’une version hybride, comme c’est le cas sur les Yaris et C-HR.

Ainsi, il ne fait aucun doute que la troisième génération d’Auris, qui devrait être présentée dans le courant de l’année 2018, sera la première du segment C à se passer de bloc diesel. Et les prochains RAV4, Verso et Avensis devraient par la suite faire de même.

Rappelons que Toyota n'investit quasiment plus en recherche et développement sur les moteurs diesel. Les actuels moteurs 1.6 et 2.0 D-4D sont achetés chez BMW. Un choix motivé aussi par les soucis de fiabilité rencontrés par les anciens moteurs maison (lire notre enquête La liste noire des moteurs depuis 2010).

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Bruno du 13

Bravo pour l'audace. Impensable en Europe, pour le moment. Est-ce qu'on n'est pas en train de louper le virage, avec nos vieux moteurs thermiques, par rapport aux constructeurs Asiatiques qui songent déjà à la voiture à pile à combustible?

Rody 76

bonjour on n ai pas mieux lotis avec l essence car ce moteur est autant bourre d electronique sujette a de multiples pannes. de toute facon on est en train sous le couvert de la pollution on assasine l automobile. et les avions on en parle pas ????

thundercos

Le problème du diesel moderne c'est sa fiabilité, de plus en plus de soucis... c'est onéreux et ça tue le marché également..

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Toyota