Vous êtes ici :

Une Ferrari 250 GT Ellena sortie de grange

ferrari 250 GT ellena
Retrouver une Ferrari des années 50, qui avait été oubliée pendant 40 ans : la chose devient de plus en plus rare !

Une très rare Ferrari 250 GT Ellena a été redécouverte dans le cadre de l'émission Barn Find Hunter. Cette dernière est en relativement bon état, alors qu'elle n'a jamais été restaurée.

Il est apparemment encore possible de tomber sur des Ferrari anciennes « sorties de grange », qui ont été « oubliées » par leur propriétaire. Cela pourrait sembler inconcevable de nos jours, étant donné la valeur de ces autos en collection. Pourtant, c’est ce que nous prouve l’émission Barn Find Hunter, avec cette étonnante découverte réalisée lors d’un récent épisode.

La Ferrari 250 GT qui nous intéresse a été retrouvée alors qu’elle était à l’arrêt dans un garage depuis plus de 40 ans. Datant de 1957, cette auto provenait de Suisse et a été importée aux Etats-Unis au début des années 70. Elle avait alors été achetée 8 500 dollars.

ferrari 250 GT ellena
Sur ce modèle 1958, le dessin de Boano a été subtilement repris par Ellena.

                                            

Seulement 50 exemplaires

Elle fait partie des cinquante exemplaires de 250 GT qui ont été dessinés par Ezio Ellena entre fin 1957 et 1958, reprenant pour base le modèle de 1956 réalisé par Mario Boano. Ces modèles Ellena se démarquaient un peu sur le plan du style, notamment par un pavillon rehaussé et une plus grande surface vitrée, censés leur apporter plus de confort.

Comme toutes les Ferrari de la série 250, cette auto était dotée du V12 3.0 Colombo, qui développait ici la puissance de 240 ch. Cela lui permettait d’être l’une des voitures les plus rapides de son époque, en atteignant les 250 km/h en vitesse maxi.

ferrari 250 GT ellena

En dépit de toutes ces années où elle a été laissée à l'abandon, l'habitacle de cette auto est resté en très bon état.

Malgré cet abandon de 40 ans, cette 250 GT Ellena présente un état assez étonnant. Complète et non accidentée, elle est juste atteinte par la rouille au niveau du capot avant. Même l’intérieur a très bien résisté au temps, avec une sellerie relativement bien conservée et un ciel de toit toujours en place.

Aux dires de son actuel propriétaire, cette belle Ferrari devrait reprendre la route et faire rugir son V12 dans moins d’un an.

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Ferrari