Vous êtes ici :

Vente Citroën Leclere : les résultats de la vente aux enchères Citroën

Usine Aulnay sous Bois vente Citroën Héritage
La vente aux enchères des modèles Citroën Héritage par la maison de vente Leclere a récolté 773 000 euros.

Vente historique dans l'usine d'Aulnay-sous-Bois (93) d'un pan d'histoire du constructeur. Le 10 décembre 2017, 64 modèles Citroën ont trouvé preneur pour un montant total de 773 000 euros. Découvrez les stars des enchères et les modèles moins prisés.

Dimanche 10 décembre 2017, dans l’usine Citroën d’Aulnay-sous-Bois (93), s’est tenue la vente aux enchères organisée par la maison Leclere Motorcars. Le département Citroën Héritage s’est séparé de 64 autos et d’un lot de 90 objets d’Automobilia.
 

Tout a été vendu, 773 000 euros récoltés !

A gauche, l'auto la moins chère de la vente : une maquette de Citroën Xantia partie pour ... 448 euros.
A gauche, l'auto la moins chère de la vente : une maquette de Citroën Xantia partie pour ... 448 euros.

Dans la salle, 300 acheteurs sont présents, dont beaucoup venus de l’étranger (Hollande, Allemagne, Belgique, Grande Bretagne, Emirats Arabes et Monaco et même un Japonais). Quasiment le double se sont inscrits sur le "live" Drouot sans oublier les nombreux acquéreurs qui ont enchéri par téléphone. Au final, 59 % des lots ont été vendus sur drouotlive.com, soit 108 lots sur les 156 vendus. Cette vente a rapporté 773 000 euros, c'est beaucoup plus que ce que Citroën espérait.

>>Voir notre diaporama Les résultats de la vente Citroën Leclere


Les GS plaisent

Les acquéreurs étaient dans un hall de l'usine d'Aulnay-sous-Bois, une autre partie d'entre-eux enchérissait en ligne sur le site drouotlive.com et enfin, il y avait des donneurs d'ordre par téléphone.

Les acquéreurs étaient dans un hall de l'usine d'Aulnay-sous-Bois, une autre partie d'entre-eux enchérissait en ligne sur le site drouotlive.com et, enfin, il y avait des donneurs d'ordre par téléphone.

Aux alentours de 16 heures, la Citroën 5HP de 1924 ouvre le bal de la vente automobile. Mise à prix à 3 000 euros, soit dans la fourchette basse de l’estimation, elle atteint la somme de 14 560 euros qui représente plus du double de la fourchette haute (6 000 euros). C’est de bon augure pour la suite des événements.

Suit le lot 92, la Citroën GS phase 1 de 1973, qui profite du bon démarrage de la vente. Elle termine à 11 200 euros, soit le double de la somme estimée. A mi-vente, la seconde GS, celle de 1977, lot 128, a même atteint 13 440 euros. C'est la rareté de ses autos dont la provenance est certifiée qui explique les prix bien au-dessus des valeurs du marché. Les deux speakers ont d'ailleurs évoqué à plusieurs reprises, et non sans humour, qu'il ne s'agissait pas de modèles en provenance du site leboncoin.fr !


Le haut de gamme fait toujours recette.

Une maquette à l'échelle 1/6e de Citroën C6 a trouvé preneur à 4 704 euros.
Une maquette à l'échelle 1/6e de Citroën C6 a trouvé preneur à 4 704 euros.

Une maquette à l’échelle 1/6 d’une Citroën C6, mise à prix à 200 euros, est partie pour la somme de 4 704 euros, sous les applaudissements de la salle. Une épure de C6 servant de presse papier a eu elle aussi l’intérêt des collectionneurs. Citroën est toujours synonyme de haut de gamme français et gardien d'une certaine tradition.

Le sport était aussi à l’honneur. Une combinaison portée par Jacky Ickx lors du Paris-Dakar en 1991 (lot 5), mise à prix à 100 euros, a atteint
5 824 euros. Sébastien Loeb fait, lui aussi, recette : des posters dédicacés et des éléments de carrosserie de certains de ses bolides ont suscité l’engouement des acheteurs.

Par ailleurs, un exemplaire exclusif de l’album de "Tintin : Le Lotus Bleu", vantant en couverture les mérites de Citroën en Chine, a atteint 700 euros. Le même ouvrage s'était récemment arrêté à 300 euros, lors d'une vente par une maison concurrente.  


Une XM à 33 600 euros !

Citroën XM V6 Exclusive de 2000 vente Leclere CitroE?n
Cette Citroën XM V6 Exclusive de 2000, a trouvé preneur contre 33 600 euros.

Parmi les stars de cette vente, la Citroën XM V6 Phase 1 en finition Exclusive a été le modèle de série obtenant la plus grosse enchère. Mise à prix à 3 000 euros, elle a atteint, en quelques secondes, la somme de 12 000 euros, soit le double de l’estimation fournie par la maison Leclere... avant de s’envoler à 30 000 euros, après une bataille acharnée entre la salle et le « live » mis en place sur le site Drouot. C'est finalement une personne enchérissant dans la salle qui a remporté le morceau !

12 % de frais sont à ajouter au prix de vente

Il lui faudra bien évidemment ajouter aux 30 000 euros, les 12 % de frais, ce qui fait, au final, une somme de 33 600 euros. Un record pour une auto datant de 2000 n’ayant que 5 440 km au compteur. Une autre XM, pourtant dans un état moyen, a trouvé preneur contre 12 320 euros, une seule explication à cette performance, elle a été la propriété de Roger Hanin.


Tubik : la star atteint 36 960 euros

Concept-car Citroën Tubik vente aux enchères Citroën Leclere
Le concept-car Citroën Tubik a été la vedette de la vente. Il a atteint la somme de 36 960 euros !

L’autre star, celle qui a battu tous les records, c’est la maquette du concept-car Citroën Tubik. Ce prototype rendant hommage au célèbre Type H, fut exposé au salon de Francfort en 2011. Mis à prix à 8 000 euros, soit nettement en dessous de l’estimation fournie par Leclere Motorcars (de 20 000 à 30 000 euros), l’imposant véhicule a atteint la somme de 33 000 euros soit 36 960 euros frais inclus.


Des 4x4 en force !

Cette Méhari 4x4, lot 132, a atteint 28 000 euros.
Cette Méhari 4x4, lot 132, a atteint 28 000 euros.

Autres valeurs sûres de cette vente historique, le trio de Citroën Méhari 4x4. Au fil de la vente, les trois modèles datant de 1979 ont respectivement atteint 20 160, 24 640 et 28 000 euros.

Pour rester dans l’univers des baroudeurs à transmission intégrale, la FAF 4x4 de 1980, mise à prix 1 000 euros s’est envolée à 21 280 euros.

De son côté, l’Iltis, un véhicule conçu en partenariat avec Volkswagen, a débuté les enchères à 2 000 euros pour partir à 10 080 euros.


Sbarro : mi-figue, mi-raisin...   

Les réalisations du carrossier Suisse Franco Sbarro ont connu des succès variés. Un acheteur en salle s’est focalisé sur trois modèles Sbarro. Il est reparti avec les Berlingo Flânerie (lot 93) à 10 640 euros, et Escapade (lot 129) à 10 080 euros, ainsi qu’avec le Jumpy Atlante des neiges, contre la somme de 17 920 euros. Pour l’anecdote, ce monsieur s’est également offert la Citroën DS3 aux couleurs de l’Olympique de Marseille pour 13 440 euros.

Pour rester dans l’univers particulier de Sbarro, la C4 Coupé R-Pur est reparti contre 12 320 euros, soit 2 000 € au-dessus de l’estimation fournie par Leclere Motorcars. Le C8 Oxygène a eu moins de succès, se limitant à 8 960 euros contre les 15 000 espérés, idem pour le Xsara Picasso "El Bicho" qui n’est monté qu’à 6 160 euros. 

 

Les youngtimers à l’honneur

Xantia Activa V6 de 1997 grise vue avant
La Xantia Activa V6 de 1997, avec 1 500 km au compteur, a trouvé preneur à 15 680 euros.

Attendue au tournant, la BX GTI de 1990, avec 21 000 km au compteur et mise à prix 3 000 euros, a atteint 11 200 euros. L’autre BX de la vente, un modèle de compétition ayant couru en Espagne, a atteint 17 920 euros.

La Xantia Activa V6 que nous avions vue en cours de préparation lors de notre visite des réserves du Conservatoire est partie à 15 680 euros.

>> Lire [Exclusif] les coulisses de la vente aux enchères Citroën Leclere

Un break Xantia a atteint 7 280 euros alors que l'estimation maximale était de 4 000 euros. Son bel état et sa couleur framboise ont su motiver les acheteurs.

Enfin, la populaire Citroën Visa mise à prix à 1 000 euros a fini à 6 720 euros. D’une manière générale, les modèles d’avant-guerre, les fameuses "caisses carrées" n’ont pas fait flamber les enchères, ils sont partis à peine au-dessus de l’estimation haute.
 

Citroën Xsara berline vente Leclere
Les trois Citroën Xsara berline mise en vente ont chacune atteint 3 920 euros.

Modèle mythique de la marque, la Traction (ici un exemplaire de 1953) a eu plus de succès, atteignant 14 000 euros. Tandis que l’Ami 6 a connu un engouement rare pour une épave. Elle est partie à 8 960 euros après une rude bataille entre la salle et le "live", le suspense a été long.

En revanche, d'autres modèles n'ont pas eu les faveurs du public. En témoigne la maquette de style du prototype Xénia. Mise à prix à 6 000 euros, elle n’a obtenue qu’une seule enchère : 6 500 euros soit 7 280 € en incluant les frais.

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (4)
Bruno du 13

Mouais... passé l'euphorie de la vente, une fois revenu sur terre (et s'être rendu compte qu'il n'était pas possible de rouler avec sa merveille sur routes ouvertes, accessoirement), j'espère que les lendemains de fête ne vont pas trop déchanter... vues les sommes dépensées... Phénomène spéculatif qui à mon avis tue la possibilité aux vrais collectionneurs de se faire plaisir.

AAAAAAAAAAAA

Folie et démesure ! De toute évidence une majorité de ces acquéreurs n'ont été conditionnées que par le seul fait de la marque. Dans l'absolu, beaucoup de ces voitures ne permettrons jamais à leurs propriétaires de retrouver leur mise de fonds.

AurelS16

Spéculation Mr dr.06, ce sont des voitures de show-room, comme on possède des tableaux de maitre.....

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Citroën