Vous êtes ici :

Essai Volkswagen Polo 1.4 TDI (2014) : frugale et bruyante

La Polo resylée est ici à l'essai dans sa finition haut de gamme Sportline.
La Polo resylée est ici à l'essai dans sa finition haut de gamme Sportline.

Au championnat du monde des restylages invisibles, la Volkswagen Polo est en bonne place. Les évolutions techniques sont plus notables comme ce trois cylindres diesel très sobre. Essai de ce 1.4 TDI dans son exécution de 90 ch.



Page 1Essai Volkswagen Polo 1.4 TDI (2014) : frugale et bruyante 

  • Volkswagen Polo 5 p. 1.4 TDI
  • Diesel de 90 ch.
  • Prix à partir de 17 250 €

Inutile de tourner plusieurs fois autour de la voiture pour savoir si cette Volkswagen Polo de 2014 est bien le modèle restylé.

Le mieux est de s’arrêter sur des points de détails comme le graphisme intérieur des phares ou le bas du bouclier redessiné par petites touches. C’est bien maigre et le plus visible est finalement cette peinture bleu EDF (pardon bleu Uni) qui intègre la gamme.


Nouveaux moteurs

Plus intéressant est la palette des moteurs complètement revue. En essence, en attendant le trois cylindres turbo de 90 ch programmé pour la fin de l’année 2014, c’est le 1.2 TSi de 90 ch qui est la vedette.

Ce bloc, déjà connu sur les Audi A1 et Skoda Fabia, était très attendu par les vendeurs qui n’avaient sous la main que le vieux 1.4 dans cette gamme de puissance.

A lire. Essai Volkswagen Polo 1.2 TSi 90 ch

Pour cette nouvelle mouture de la Polo, Volkswagen a revu les moteurs avec une baisse de cylindrée à chaque fois.
Pour cette nouvelle mouture de la Polo, Volkswagen a revu les moteurs avec une baisse de cylindrée à chaque fois.

 

Un diesel 1.4 TDI envahissant

En diesel, le principe de la baisse de cylindrée fait aussi loi. Exit donc le quatre cylindres 1.6 TDI (90 et 105 ch) et place à un nouveau bloc trois cylindres 1.4 TDI (75,90 et 105 ch). Une  architecture qui n’a jamais franchement réussi au moteur diesel et la Volkswagen Polo ne fait pas exception à la règle.

Ce 1.4 TDI est plus bruyant et vibrant que l’ancien quatre cylindres 1.6 TDI qui n’était pourtant pas un modèle de discrétion. Sur ce point de l'agrément moteur, la Polo baisse la garde face à ses concurrentes directes que sont les Peugeot 208 et Renault Clio.

Les moments les plus désagréables sont en ville avec une mécanique trop envahissante. Heureusement, tout rentre dans l’ordre sur la route.

Trop timide dans les relances à bas régimes, ce moteur manque de vigueur pour rendre la conduite plaisante.

La solution est d’opter pour la boîte DSG qui, avec ses deux rapports supplémentaires (7 au lieu de 5) et sa rapidité d’exécution (merci les deux embrayages) fait grimper l’agrément de conduite d’un cran.

C’est au prix d’un effort de 1600 € et de l’abandon du petit bonus écologique (150 €) dont bénéficie la version à boîte manuelle grâce à ses 88 g de CO2 (92 g/km avec la boîte DSG).


Un appétit d'oiseau

Le point fort de ce petit diesel est le but recherché à la base : sa consommation. Nous avons relevé
seulement 4,3 l/100 km sur la route et, en ville, le débit ne s’éloigne pas des 5,0 l/100 km.

Des valeurs compétitives qui vont intéresser ceux qui roulent beaucoup. Pour les autres, il sera préférable de s’orienter vers le nouveau 1.2 TSI, meilleur compagnon au quotidien et 2100 € moins cher.
 
Le volant de la Golf VII et une finition encore améliorée caractérisent la Polo restylée de 2014.
Le volant de la Golf VII et une finition encore améliorée caractérisent la Polo restylée de 2014.

Sans surprise la planche de bord est inchangée dans ses grandes lignes. Mais dans le détail plus de soin a encore été apporté à la finition (inserts chromés, assemblages au cordeau) ce qui permet à la Polo d’assoir sa supériorité dans le segment en matière de qualité perçue.

La greffe du volant et du système multimédia de la Volkswagen Golf VII participent au renouveau et à la montée en gamme.

Surtout, la Polo revoit son équipement à la hausse pour s’aligner sur la concurrence. Ainsi, elle peut désormais recevoir la caméra de recul, l’allumage automatique des phares et des essuie-glaces ou encore les rétroviseurs rabattables électriquement.


Plus de technologie... payante

La petite Volkswagen va même plus loin que la concurrence avec l’arrivée du régulateur de vitesse et de distance avec freinage automatique (550 € dans Pack Assisten liaison avec la boîte DSG), l’amortissement réglable (400 €) ou encore le Mirror link (180 €) qui permet de piloter son smartphone depuis l’écran tactile de la voiture (tous les téléphones ne sont pas encore compatibles).


Bilan de l'essaiLa Volkswagen Polo restylée soigne les détails, comble ses lacunes d’équipement et se contente d’un appétit d’oiseau. Que du bon donc, sauf que la clientèle aura du La clientèle sera déçue par l’agrément de ce nouveau 1.4 TDImal à percevoir la nouveauté et qu’elle sera déçue par l’agrément de ce TDI.

Et quand la Polo sort le grand jeu comme notre version Sportline, la facture devient costaud (20 850 €), voire glaçante avec la boîte DSG (22 450 €)… sans que la dotation de série soit parfaite : le GPS est toujours une option. La solution : viser la série spéciale Cup au rapport prix/équipement plus intéressant.


On  aime
  • Finition / qualité perçue
  • Consommation
  • Equipement amélioré

On regrette
  • Mécanique vibrante
  • Peu d’évolution visuelle
  • GPS en option

La nouvelle Volkswagen Polo évolue peu, notamment à l'arrière
La nouvelle Volkswagen Polo évolue peu, notamment à l'arrière
 
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (9)
gilles504326

En location depuis 3jours pour le modele 1.4 bluemotion. Moteur tres desagreable et probablement bug du start and stop plutot que de veritables calages. En desactivant l'option tout revient dans l'ordre. Reste qu'on a l'impression d'avoir un moteur de bateau plus que quelquechose prevu pour une voiture.. Conso tres elevee des qu'il y a du relief (7.5l là ou une clio 4 fait du 6l)

mumu4301

je passe d une G4 130 cv a ce 1.4 TDI 90 cv et pour le moment j'ai du mal à me faire a la boite de vitesse la course je cale facile et parfois ça fait des saccades je regrette mon achat

matbernard2001057

Après 20000 km parcouru, les commandes de la voiture se sont un peu adouci et elle devient moins désagréable. L'embrayage est bien plus progressif et la commande de boite accroche moins, et c'est déjà ça de gagner pour l'agrément. Reste bien sur le bruit du moteur, les vibrations et la tendance 0 couple au ralenti qui fait qu'elle cale très facilement...

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Volkswagen Polo