Vous êtes ici :

Bugatti Chiron : tous les secrets techniques de l'hypercar

Bugatti Chiron
Pour distiller des performances de haut vol, la Bugatti Chiron doit déployer tout un arsenal technologique et des solutions technique hors-normes.

Au salon de Francfort, la Bugatti Chiron clame haut et fort son record du 0 - 400 - 0 en moins de 42 s. Mais pour en arriver là, les solutions techniques mises en œuvre sont loin de celles employées par une auto classique...

Durant le salon de Francfort 2017, nous avons eu l’opportunité d’interviewer les ingénieurs qui ont mis au point la Bugatti Chiron. L’extravagante hypercar nous livre ses secrets techniques.
 

Un big bloc et tout un lot de turbos

Bugatti Chiron moteur

Seize cylindres implantés en W, huit litres, quatre turbos, il faut bien tout cela pour développer 1 500 ch !

La Bugatti Chiron c’est avant tout l’auto de la démesure, sa fiche technique impose d’emblée le respect. Le moteur à 16 cylindres en W cube 7 993 cm3, la puissance est phénoménale : 1 500 ch. La valeur de couple l’est tout autant avec 1 600 Nm. Quatre turbos à double étage gavent le monstre logé dans le dos du pilote et de son passager.
 

Bugatti Chiron turbo

Les turbos offrent la technologie du double étage pour avoir un couple maximal
(1 600 Nm) sur la plus grande plage d'utilisation possible.

Cette technologie du double étage permet d’offrir un « plateau » de couple maximal entre 2 000 et 7 000 tr/min. Dans le détail, le premier étage maintient la valeur de couple à 1 600 Nm de 2 000 à 4 000 tr/min et le second prend le relais, sans perte de charge, jusqu’à 7 000 tr/min.

Le fonctionnement du moteur à ce niveau de performances génère  littéralement une tempête sous le capot. Chaque minute, 800 litres de liquide de refroidissement circulent dans les radiateurs, le flux d’huile est de 120 litres par minute. La pression d’injection de carburant est de 160 bars et le flux d’air est de 4 400 kg/h.



De 0 à… 400 km/h en 32,6 s !

L’objectif étant que pendant l'accélération,  la puissance ne chute jamais et que la poussée semble infinie au pilote. Les ingénieurs de Bugatti annoncent une continuité entre 200 et 300 km/h. Parmi l’élite des sportives, la Bugatti Chiron ne se contente pas d’un vulgaire 0 à 100 km/h qu’elle expédie en seulement 2,4 s.

Lire notre article Bugatti Chiron : 0-400-0 km/h en moins de 42 secondes [RECORD]

Atteindre 200 km/h est également une simple formalité qui ne réclame que 6,1 s, franchir la barre des 300 km/h demande 13,1 s et enfin… celle des 400 km/h nécessite 32,6 s !

Mais 400 km/h ne sera pas la vitesse maximale, la Bugatti Chiron a pour objectif de dépasser les 431,072 km/h homologués par la Bugatti Veyron 16.4 Super Sport en 2010. Quelle sera sa Vmax : 440, 450 km/h ?

 

Ça freine fort …

Bugatti Chiron refroidissement des freins
Autour du disque de frein, ce carter en aluminium canalise le flux d'air et apporte de la fraîcheur. Il y en a besoin !

Et pour stopper efficacement cet engin de plus de 2 tonnes lancé à
400 km/h, il suffit de 491 mètres. Les freins sont dotés d’étriers à
8 pistons et reposent sur une technologie issue de la formule 1. Le refroidissement est 50 % plus efficace que celui de sa devancière la Bugatti Veyron. Des flasques en aluminium entourent les disques et, par effet venturi, génèrent un flux d’air autour de ces derniers.
 

Bugatti Chiron étrier de frein
Les étriers de freins à huit pistons sont uniques dans la production automobile

La surchauffe des freins était problématique sur la Bugatti Veyron, ceci a été résolu sur la Chiron à l’aide des trois écopes d’entrée d’air par côté à l’avant. Et pour les freins arrière, le motif en forme de « C » qui habille le flanc intègre une grande entrée d’air.


… ça aérofreine aussi

Bugatti Chiron aileron mobile

L'aileron mobile adopte selon les besoins 5 positions pré-programmées.

Le freinage est également assuré par l’aileron mobile positionné à l’extrémité arrière de la Bugatti Chiron. Ce dernier se relève de 49° et fait alors office d’aérofrein. A titre de comparaison, il est incliné à -10° lorsqu’il est totalement rétracté dans la carrosserie, levé de 3° pour la position vitesse maximale, la  posture « Autobahn » correspond à un angle de 10° et enfin en mode « Handling »  l’inclinaison est de 14°. Cet élément mobile optimise l’aérodynamique de la Bugatti Chiron et ne nécessite pas l’emploi d’un spoiler supplémentaire.

 

Des pneus jetables ?

Bugatti Chiron pneumatique Michelin
Les pneus arrière de la Bugatti Chiron sont taillés larges : 355/25 R21, c'est deux fois plus que ceux d'une auto standard.

Evidemment, pour tenir le pavé dans des conditions optimales, la Bugatti Chiron doit être convenablement chaussée. Le manufacturier français Michelin a développé des pneumatiques spécifiques. A l’avant, les enveloppes sont en 285/30 R20 et, à l’arrière, il s’agit de 355/25 R21. Les roues arrière de la Bugatti Chiron sont deux fois plus larges que celles d’une voiture standard.

Le constructeur indique une durée de vie de 5 ans pour ces pneus, mais cette dernière est réduite à 20 minutes lorsque l’auto roule à 400 km/h.

Quand la Bugatti roule à 400 km/h, la durée de vie des pneumatiques est de 20 minutes...
 

Bugatti Chiron volant
La molette bleue en bas à gauche permet de sélectionner le mode de conduite.

Le châssis de la Bugatti Chiron offre quatre modes de conduite : Autobahn, EB, Handling et Transport.
Le mode Transport rehausse la suspension afin de pouvoir franchir quelques obstacles tels les ralentisseurs sur la chaussée, ou des rampes de parking un peu trop prononcées. 



Un coffre pas fort…

Vous l’aurez compris, la Bugatti Chiron n’est pas une auto familiale, pour délivrer ses performances ahurissantes, son cahier des charges ne prends pas en compte la place pour un compartiment à bagages. Ce dernier occupe l’espace restant sous le capot avant derrière la calandre et au-dessus du radiateur. Ce volume de 44 litres a les dimensions d’une valise de type cabine (55 x 40 x 20 cm). 
 

Auto hors du commun, la Bugatti Chiron ne peut pas se contenter d’une batterie traditionnelle. Elle est dotée d’un élément lithium iron phosphate d’une capacité de 57,2 Ah. Deux fois plus légère que celle de la Veyron, elle pèse néanmoins 11,5 kg. Elle est logée au centre du châssis.

 

La forme est dictée par la fonction

Bugatti Chiron bandeau lumineux
A l'arrière, l'éclairage est intégré dans ce bandeau ultra fin et large de 1,60 m.

Toujours dans un souci de refroidissement optimal, la Bugatti Chiron doit pouvoir évacuer le maximum d’air chaud de son compartiment moteur. La face arrière doit donc être évidée. C’est pour cette raison que l’éclairage est regroupé dans un bandeau lumineux continu d’une largeur de 1,60 m. Cet équipement a été mis au point par l’équipementier Valeo. Aminci au maximum, cet ensemble est unique dans la production automobile.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Nico3538

La vitesse max de la veyron ce n'est pas 431,072 km/h mais beaucoup plus 472 km/h le pilote d'essai lui même l'as dit je ne comprends toujours pas pourquoi c'est la vitesse moyenne qui est prise en compte pour décider de la vitesse maximale de la voiture ridicule sincèrement

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Bugatti Chiron