Vous êtes ici :

BMW Série 5 Touring (2017) vs Mercedes Classe E break : déjà le match

Mercedes Classe E break vs BMW Série 5 touring
La BMW Série 5 Touring affronte en avant-première la Mercedes Classe E break au salon de Genève 2017

La nouveau break BMW Série 5 vient d'être présenté au salon de Genève 2017. L'occasion de le confronter par stands interposés à son rival direct, le break Mercedes Classe E : prix, présentation, espace à bord, coffre, modularité, tout a été passé au peigne fin. Verdict ?

Cette année à Genève, le stand BMW n’accueillait qu’un modèle réellement inédit aux côtés des Série 4 restylées et nouvelles déclinaisons de Série 5 berline : la Série 5 Touring. Présentée six mois après la tricorps, la Série 5 break sera commercialisé dès le mois 1er juin en France, au prix minimum de 48 950 €.

BMW Série 5 Touring avant gauche
BMW Série 5 Touring
Mercedes Classe E break avant droit
Mercedes Classe E break

Après avoir décrit son habitacle (lire notre article à bord de la Série 5 Touring), restait à la confronter à sa grande rivale, la Mercedes Classe E break exposée quelques mètres plus loin. Lancée depuis la rentrée 2016, cette dernière se déclinait à Genève dans ses deux dernières versions disponibles : la virulente AMG E 63 S de 612 ch (voir notre match avec l’Audi RS6 Sportback), et la baroudeuse version All-Terrain. C’est cette dernière que nous avons retenu pour la confronter à la BMW Série 5 Touring…

 

Ligne et dimensions : une Série 5 Touring plus élégante

En matière d’encombrement, ces deux breaks routiers restent très proches des vastes berlines dont ils dérivent : la Classe E mesure un petit centimètre de plus en longueur (4,93 m), et la Série 5 ne gagne pas le moindre millimètre (4,94 m). Les dimensions restent ainsi quasi-équivalentes, mais la BMW marque un premier point en matière de design.

BMW Série 5 Touring arrière
BMW Série 5 Touring
Mercedes Classe E break arrière
Mercedes Classe E break

Lunette arrière plus inclinée, feux débordant davantage sur les ailes et barres de toit plus discrètes forment un ensemble plus élégant, notamment à l’arrière où le dessin paraît moins «cubique». Rappelons que la Classe E break classique ne dispose pas des entourages de carrosserie en plastique de cette version All-Terrain, plutôt rivale des Audi A6 Allroad et Volvo V90 Cross Country.

 

Coffre et modularité : vaste Classe E, pratique Série 5

Si la BMW Série 5 Touring soigne son profil, sa capacité d’emport reste en léger retrait : 570 l de coffre en cinq places et 1 700 l en deux places, contre 670 l à 1 820 l pour la Mercedes Classe E. Précisons que ses volumes comprennent les rangements aménagés sous le plancher (d’ailleurs plus spacieux dans la Mercedes), et sont mesurés avec les dossiers arrière redressés au maximum, qui permettent de gagner une trentaine de litres en cinq places (mais la banquette devient inutilisable par des passagers).

BMW Série 5 Touring coffre
BMW Série 5 Touring
Mercedes Classe E break coffre
Mercedes Classe E break
BMW Série 5 Touring lunette
Mercedes Classe E break rangement sous plancher

Enchaînons avec la modularité, semblable sur nos deux rivales : boutons près de l’entrée du coffre pour déverrouiller électriquement les dossiers arrière, aire de chargement plane en configuration deux places, cache-bagages qui se relève à l’ouverture du hayon motorisé. Comme ses devancières, la BMW Série 5 y ajoute la lunette arrière ouvrante indépendamment, toujours pratique pour glisser ou récupérer un objet quand la soute est pleine.

 

Habitacle : un sens aiguisé de l’accueil

A l’avant, Série 5 Touring et Classe E break récupèrent les planches de bord des berlines. Finition impeccable, boiseries ou inserts en aluminium, compteurs 100% numériques, les points communs sont encore nombreux mais nos breaks présentent tout de même des différences : écran tactile plus pratique pour la BMW (celui de la Mercedes est accolé à celui des compteurs, formant un ensemble massif !), mais rangements plus nombreux pour la Mercedes qui déporte son levier de vitesses derrière le volant.

BMW Série 5 Touring planche de bord
BMW Série 5 Touring
Mercedes Classe E break planche de bord
Mercedes Classe E break
BMW Série 5 Touring banquette
Mercedes Classe E break banquette

A l’arrière, les passagers restent bien accueillis (hormis en place centrale, toujours ferme et gênée par le tunnel au plancher), grâce à un bel espace aux jambes et un dossier légèrement incliné. Ici, la BMW prend toutefois un léger avantage : son assise, plus longue et moins basse, devrait garantir un meilleur confort sur long trajet.

 

Gamme et prix : une BMW pas encore mature

A son lancement en juin 2017, la Série 5 Touring sera déclinée en quatre motorisations : 520d 190 ch et 530d 265 ch côté diesel, 530i 245 ch et 540xi 340 ch côté essence (lire notre article détaillé sur les prix). En attendant le déploiement de sa gamme, elle offre donc moins de choix que la Classe E, plus fournie en diesel (150 ch, 194 ch et 258 ch) et surtout en essence avec six propositions différentes (184 ch, 211 ch, 333 ch, 401 ch, 571 ch et 612 ch) !

BMW Série 5 Touring profil
BMW Série 5 Touring
Mercedes Classe E break profil
Mercedes Classe E break

A moteur et niveau de finition comparables, nos deux rivales restent logiquement peu éloignées : 51 410 € pour une 520d Touring BVA Lounge, comparables aux 52 000 € réclamés par une E 220 d Break. Même constat pour les six cylindres diesels en finition haute : 67 800 € pour une 530d Touring BVA Luxury, et… un prix strictement identique pour une E 350 d Break BVA Sportline ! Ces deux-là n’ont pas fini de se chercher.

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la BMW Série 5
Recevez par e-mail toutes les infos de la Mercedes-Benz E