Vous êtes ici :

Jaguar I-Pace (2018) : L'argus déjà à bord du SUV électrique !

Jaguar I-Pace rouge action avant gauche
Un essai du I-Pace ? Plutôt une prise en main, et la découverte de l'habitacle spacieux du nouveau SUV électrique Jaguar.

Avant de prendre son bain de foule au salon de Genève, le nouveau Jaguar I-Pace s'est laissé pénétrer... et même conduire sur quelques centaines de mètres. Suffisant pour livrer nos premières impressions sur le I-Pace, le SUV 100% électrique de Jaguar lancé à l'automne 2018.

Deux moteurs électriques, quatre roues motrices, 400 ch, 480 km d’autonomie et un prix situé entre 78 380 € et 102 570 € avant bonus : du SUV 100% électrique I-Pace, nous savions déjà beaucoup (lire notre article détaillé sur le I-Pace).

Jaguar i-Pace rouge statique arrière gauche
Le Jaguar I-Pace pourra bénéficier du bonus écologique de 6 000 € alloué aux véhicules électriques.

Autant d’informations susceptibles d’inquiéter Tesla… et d’agacer Audi, BMW et Mercedes dont les SUV 100% électriques ne seront pas commercialisés avant 2019. Au-delà de ces belles promesses, voyons si le Jaguar I-Pace fait bonne impression lors de ce premier contact.
 

Un I-Pace sculpté par le vent

Déjà perceptibles sur les premières images, les proportions inhabituelles du I-Pace sautent aux yeux dans la rue. Empattement géant (2,99 m entre les deux essieux, comme une Audi A8 de 5,17 m de long !), immenses roues de 22 pouces, cabine avancée, capot court percé d’un large tunnel, postérieur haut et tronqué, le nouveau SUV électrique Jaguar ne laisse pas indifférent.

Jaguar I-Pace rouge action profil

Les lignes de l’I-Pace mêlent habilement élégance et la sportivité, et le doivent à l’équipe du célèbre designer Ian Callum (connu, entre autre, pour avoir dessiné l’Aston Martin DB7 et DB9). Ces traits soignés ravissent aussi les dieux du vent, avec un coefficient de pénétration dans l’air (Cx) annoncé à 0,29. L’autonomie leur dit merci !

 

Le Jaguar I-Pace sort ses griffes

Comme une Tesla Model S ou Model X (mais aussi comme une sportive Jaguar F-Type), le Jaguar I-Pace dispose de poignées affleurantes, qui s’extraient de la carrosserie quand le conducteur les presse. Cette fonction « érectile » ne concerne plus le levier de vitesse circulaire, qui disparaît au profit de simples boutons Parking, marche avant et marche arrière sur la console.

Belle qualité perçue à bord, surtout en niveau First Edition avec cuir étendu sur le planche de bord et pavillon en suédine
Belle qualité perçue à bord, surtout en niveau First Edition avec cuir étendu sur le planche de bord et pavillon en suédine

Sièges sport à dossiers minces, assise basse, petit volant réglable près du corps, le conducteur reconnaît davantage un coupé sportif qu’un SUV, en s’installant aux commandes. La comparaison s’arrête là : belle largeur aux coudes, console centrale tactile façon Range Rover Velar (mais avec commandes de clim' restées "physiques"), rangements spacieux entre les passagers avant.
 

 

Un I-Pace accueillant

Ce bon rapport habitabilité/encombrement, l’I-Pace le doit à son architecture pensée autour de la propulsion électrique : les deux petits moteurs se situent chacun entre les roues avant et arrière, alors que les batteries se répartissent sous le plancher (la plate-forme est une adaptation de celles équipant les XE, XF et F-Pace).

Jaguar i-Pace HSE sièges avant
Entre les sièges singeant des baquets, les rangements ne manquent pas.
Jaguar i-Pace HSE banquette
Le dossier central est un peu ferme, mais l'espace aux jambes et la largeur aux coudes excellent.

Résultat ? Un habitacle dénué d’éléments techniques (boîte de vitesses, arbre de transmission…), capable de dégager des rangements entre les sièges avant, de se passer de tunnel au plancher à l’arrière, et d’offrir un espace aux jambes généreux grâce à l’empattement long.

Le coffre achève de séduire (530 dm3), et s’agrandit via des dossiers arrière 60/40 repliables quasiment à plat. Pour les menus objets, un deuxième coffre de 29 l existe à l’avant : aussi anecdotique qu’idéal pour impressionner vos amis, qui pensaient vous voir vérifier les niveaux en ouvrant le capot…

Jaguar i-Pace HSE coffre
Coffre arrière
Jaguar i-Pace HSE coffre avant
Coffre avant


Et au volant du Jaguar I-Pace ?

Nous n’aurons pas le culot d’annoncer un « essai de l’I-Pace », après avoir déplacé le SUV électrique Jaguar sur quelques centaines de mètres entre des quilles. Tout juste pouvons-nous confirmer l’excellente santé des moteurs de 0 à 80 km/h environ (400 ch et 696 Nm de couple cumulés, 0 à 100 km/h en 4,8 s), le côté direct de la direction, et l’excellente maîtrise du roulis grâce au centre de gravité bas.

Marqué à la décélération, le frein moteur (réglable sur deux niveaux) dispense d’actionner la pédale de frein en ville, à condition d’avoir anticipé son arrêt, à la manière d’une BMW i3. Reste à confirmer ces bonnes dispositions à plus haute vitesse (malgré la structure faite à 94% d’aluminium, le I-Pace dépasse les 2,2 tonnes) et surtout, vérifier l’autonomie annoncée : 480 km en cycle WLTP.

Jaguar I-Pace rouge action arrière gauche

Une valeur permise notamment par la taille des batteries (90 kWh) qui, comme chez Tesla, ont un revers à leur médaille : 10 heures de branchement nécessaires, sur une Wall Box de 7 kWh, pour récupérer 80 % de la charge. Et 45 min sur des prises « rapides » de 100 kWh… pour l’heure inexistantes en France.

A lire. Premier essai de la Jaguar I-Pace

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Jaguar I-Pace