Vous êtes ici :

Renault Mégane Estate vs Peugeot 308 SW : premier match à Genève !

La Renault Megane Estate 2016 affronte déjà la Peugeot 308 SW lors d'un match statique
La Renault Megane Estate 2016 affronte déjà la Peugeot 308 SW lors d'un match statique

Tout juste dévoilée au salon de Genève, la nouvelle Mégane Estate 2016 se livre à un premier comparatif statique avec sa rivale de toujours : la Peugeot 308 SW. Par stands interposés, les deux breaks compacts préférés des Français affichent déjà des différences...



Un rouleau-compresseur. Telle pourrait être considérée la Peugeot 308 SW en France, tant elle domine la catégorie des breaks compacts : l’an dernier, 24 500 unités ont été immatriculées. Soit 13 600 exemplaires de plus que la Renault Mégane 3 Estate, et une part de marché frisant les 45 % dans un segment comptant plus de 10 modèles !

Peugeot 308 SW GT 2016 bleu au Salon de genève vue arrière gauche
Peugeot 308 SW GT
Renault Mégane break Estate GT 2016 bleu au Salon de genève vue arrière droite
Renault Mégane Estate GT

Commercialisée dès septembre 2016, la nouvelle Mégane Estate compte bien reprendre ce succès à son compte. Elle semble en avoir les moyens : ligne élégante de break haut de gamme, longueur et empattement nettement accrus (respectivement en hausse de 27 cm et 4 cm par rapport à la berline), fort contenu technologique, châssis à quatre roues directrices.

De quoi faire trembler la Peugeot 308 SW, déjà âgée de deux ans… Comparatif détaillé, en commençant par la raison d’être d’un break compact : son volume de coffre.

 

Volume de coffre : avantage 308 SW

Avec une capacité de chargement oscillant entre 610 l ( 5 places) et 1 660 l (2 places), la 308 SW tient la Mégane en respect. La Renault échoue en effet à 521 l et 1 500 l, et perd même trois petits litres de contenance par rapport à l’ancienne Mégane Estate en cinq places. Chez Renault, on l’explique par une volonté de soigner le design (l’arrière est certes loin d’être cubique !), et de profiter des centimètres supplémentaires pour bonifier l’espace aux places arrière. Nous y reviendrons.

Peugeot 308 break SW GT 2016 bleu au Salon de genève vue du coffre siege arriere rabattu
610 à 1 660 l pour la 308 SW
Renault Mégane break Estate GT 2016 bleu au Salon de genève vue du coffre siege arrière rabattu
521 à 1 500 l pour la Mégane Estate

En matière de modularité, la Mégane peine hélas à se rattraper. Si cette nouvelle génération sait maintenant dissimuler son cache-bagages ou rabattre ses dossiers arrière via des poignées depuis le coffre, elle doit recourir à un plancher amovible pour former un espace plat, sièges rabattus (il est d’ailleurs scindé en deux parties, donc peu pratique à manipuler).

Renault Mégane break Estate GT 2016 bleu au Salon de genève vue du cache-bagage rangé sous le plancher du coffre
Renault Mégane Estate GT

Dans la 308, l’assise s’abaisse en même temps que les dossiers, autorisant une aire plane sans manipulation supplémentaire. Seule supériorité de la Mégane : la présence d’un dossier avant droit repliable… indisponible sur cette finition GT aux sièges avant trop «creusés».

 

Espace arrière : avantage Mégane Estate

Peugeot 308 SW GT 2016 bleu au Salon de genève vue de profil gauche
Peugeot 308 SW GT
Renault Mégane break Estate GT 2016 bleu au Salon de genève vue de profil gauche
Renault Mégane Estate GT

Sur nos deux breaks français, l’empattement (distance entre les deux essieux) s’étire par rapport à la berline dont ils dérivent : 4 cm en plus pour la Mégane Estate, et même 11 cm supplémentaires pour la 308 SW.

C’est pourtant la Mégane qui accueille le mieux ses passagers arrière. Banquette plus moelleuse, dossier plus incliné et meilleur maintien latéral sur cette version GT autorisent un confort supérieur à l’arrière de la Renault. Sa place centrale est enfin plus hospitalière (dossier très ferme sur la 308 SW), et l’espace aux coudes, 2 cm plus large.

Peugeot 308 break SW GT 2016 bleu au Salon de genève vue des places arrière
Peugeot 308 SW GT
Renault Mégane Estate GT
Renault Mégane Estate GT

En attendant l’arrivée de l’option sur la Mégane Estate, la 308 SW garde toutefois l’avantage de son grand toit vitré, très agréable depuis la banquette, et la possibilité d’une pratique (et rare !) prise 230V à l’arrière en option. Sur la Renault, il faudra attendre la fin de l’année pour voir arriver un pavillon vitré, attendu moins grand que celui de la 308 SW mais qui aura l’avantage de pouvoir s’ouvrir.

 

Espace avant/équipement : avantage Mégane Estate

Les Mégane Estate et 308 SW présentes sur le salon revêtaient leurs finitions hautes GT. Si la 308 SW reste supérieure en matière de présentation générale (qualité des matériaux plus homogène, planche de bord moins massive, et surpiqûres, cuir perforé et inserts alu très élégants en finition GT), la Mégane prend un léger avantage dans le cadre d’une utilisation familiale : boîte à gant, vide-poches en pied de console ou dégagement sous l’accoudoir se montrent plus spacieux.

Peugeot 308 break SW GT 2016 bleu au Salon de genève vue de la planche de bord
Peugeot 308 SW GT
Renault Mégane Estate GT
Renault Mégane Estate GT

En matière de dotation, la Mégane Estate profite de sa conception plus récente pour présenter un écran tactile plus vaste et intuitif, des compteurs à graphismes interchangeables plus lisibles, et une batterie d’équipements plus modernes. Entre autres : affichage tête-haute, «vrai» régulateur de vitesse actif, lecture des panneaux de signalisation.

Sans oublier le châssis à quatre roues directrices de cette version GT, qui devrait lui offrir une meilleure agilité en virages et en ville. A confirmer lors de l’essai comparatif entre la Mégane Estate 2016 et la 308 SW !

Peugeot 308 break SW GT 2016 bleu au Salon de genève vue des compteurs
Peugeot 308 SW GT
Renault Mégane break Estate GT 2016 bleu au Salon de genève vue des compteurs
Renault Mégane Estate GT

 

Gamme et prix : l’inconnue Mégane Estate

La nouvelle Renault Mégane break sera commercialisée en septembre en France : pour l’heure, nous ne connaissons rien de ses prix. Généralement, le surcoût d’un break par rapport à la berline atteint 1 000 € (entre 850 € et 950 € sur la Peugeot 308 SW). Il devient alors possible d’estimer les écarts entre Mégane SW et 308 SW en comparant les prix des versions à cinq portes (lire notre comparatif des tarifs entre Mégane et 308 berlines).

Peugeot 308 SW GT 2016 bleu au Salon de genève vue avant gauche
Peugeot 308 SW GT
Renault Mégane break Estate GT 2016 bleu au Salon de genève vue avant droite
Renault Mégane Estate GT

Dans ce match, nous concluions que la Mégane présentait un meilleur rapport prix/équipement que la 308 (notamment sur les versions d’appel et de cœur de gamme), mais que cette dernière offrait un plus large choix de motorisations et finitions. Rendez-vous prochainement pour la confirmation sur ces jolies déclinaisons break…

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Hans

Je préfère cette comparaison : http://www.largus.fr/geneve/alfa-romeo-giulia-vs-bmw-serie-3-le-match-des-sportives-premiums-7529385.html modérateur le copier/coller ne fonctionne pas !

Votre commentaire
L'argus  en kiosque
Nouveau
A Lire aussi
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Peugeot 308
Recevez par e-mail toutes les infos de la Renault Megane