Dossier Qualité / Fiabilité Audi A6 III (C6) (2004  -  2011 )

La qualité au rendez-vous

Si sa carrière tire à sa fin, l'Audi A6 dispose d'une seconde vie en occasion. Cette routière accomplie et spacieuse ne représente plus un caprice financier. Mais la fiabilité n'égale pas l'excellence de la finition.

Points forts

  • +Rouler au volant d'une routière luxueuse pour le prix d'une berline compacte neuve, l'affaire est tentante. Certes, il s'agit de modèles âgés d'environ cinq ans, mais la qualité de construction et la noblesse des matériaux assurent un excellent vieillissement de l'ensemble.
  • +Pour ne rien gâcher, les versions sur le marché sont très bien équipées et à moins de 20 000 €, il y a moyen de s'offrir une motorisation de choix.
  • +Outre le standing, l'A6 accueille avec aisance et dans une profusion de raffinements quatre adultes et leurs bagages.

Points faibles

  • -Les prix alléchants des Audi A6 en seconde main ne doivent pas faire oublier que le budget d'utilisation et d'entretien est assez élevé.
  • -Au niveau des prestations, peu de critiques sont à formuler si ce n'est le confort trop ferme des suspensions : évitez les finitions avec de grandes jantes.
  • -Par ailleurs, l'agrément du 2.0 TDI 140 à injecteurs-pompe n'est pas en phase avec le standing d'un tel modèle en raison des vibrations et du bruit.
  • -Le gabarit de la voiture peut aussi rebuter, mais ce sont surtout les problèmes rencontrés par les moteurs diesels qui peuvent être inquiétants.

Témoignage d'internaute - POUSSET

+ MOTEUR, INTERIEUR ,FIABILITE
- ENTRETIEN UN PEU PLUS CHER QU'UNE VOITURE FRANCAISE -QUOI QUE !!!

Tous les témoignages Donnez votre avis

Dans cette catégorie des grandes routières, intercalée entre les berlines familiales et celles de luxe, les constructeurs allemands de haut de gamme font la pluie et le beau temps.

Toutefois, sur ce marché, Audi ne jouait pas encore la première place du podium face à la BMW Série 5 et à la Mercedes Classe E. Cet objectif, la firme d'Ingolstadt l'a défini clairement avec la troisième génération d'A6.

Pour se faire Audi a revu son modèle de fond en comble mettant l'accent, comme par hasard, sur le dynamisme pour contrer BMW. Pour cela, l'A6 a inauguré la griffe esthétique marquée par la fameuse calandre Singleframe reprise au même moment par sa grande sœur l'A8.

Comme pour mieux s'affirmer, l'Audi a grandi de 13 centimètres en longueur et de 8 cm en empattement. Le poids, malgré l'utilisation de l'aluminium, a, lui, augmenté d'une centaine de kilos.
 

Un vaste choix

Signe que le constructeur a mis l'agrément de conduite au cœur de ses préoccupations, la console centrale est désormais inclinée vers le conducteur. Toutefois, les évolutions sont plus flagrantes au niveau des trains roulants, l'ancienne génération se distinguant plus par son confort que par ses aptitudes routières. Dorénavant la tendance s'est inversée. Enfin, Audi a sorti l'artillerie lourde côté motorisations.
 

Sur le marché de l'occasion les versions diesels sont omniprésentes. Les modèles à essence ont l'avantage d'une grosse décote pour des kilométrages plus faibles et bénéficient d'une meilleure fiabilité. Les diesels présentent un taux d'avaries assez élevé avec des problèmes graves. Arrivée en fin de carrière, l'A6 se négocie à des prix décents.

Fiabilité, trop d'incidents
Si la qualité de construction est indéniable, la fiabilité n'est pas au niveau attendu pour une marque de haut de gamme. Les bugs électroniques sont maîtrisés et traités via des mises à jour, mais les moteurs diesels font l'objet d'un nombre important de notes techniques internes. Différentes anomalies donnent lieu à des prises en charge, preuve que les cas ne sont pas isolés.