Vous êtes ici :

Dossier Qualité / Fiabilité Citroën Berlingo II (2008  -  ... )

Bon à tout faire

Plus grand, plus moderne, plus convivial... il renie ses origines utilitaire tout en peaufinant ce qui a fait son succès : les aspects pratiques. Pour ne rien gâcher, le bilan fiabilité est à son honneur.

Points forts

  • +Si jadis, nombre d'automobilistes voyaient en ces ludospaces de vulgaires camionnettes, les temps ont bien changé. En effet, le Berlingo est l'une des alternatives crédibles aux monospaces compacts.
  • +A la modularité de ces derniers, il oppose ses portes coulissantes, son coffre gigantesque, ses rangements à profusion et son habitacle très spacieux pour cinq. Une fois que l'on y a goûté, difficile de s'en passer.
  • +Ces véhicules ont la cote sur le marché de l'occasion, ce qui permet de maintenir les prix.

Points faibles

  • -S'il est comparable à bien des égards à un monospace compact, ce ludospace justifie son tarif inférieur par une présentation et par des assemblages moins soignés ce qui est dans la logique.
  • -En revanche, en étirant son gabarit, le Berlingo s'est empaté au point de rendre les motorisations de base obsolètes. Pis, il faut viser les plus puissantes pour bénéficier de prestations suffisantes.
  • -Même chose pour les finitions. Les équipements les plus attrayants sont disponibles en haut de gamme.

Témoignage d'internaute - LOUBERE

+ très spacieux, conduite en hauteur, portes coulissantes
- prix d'achat et les options sont chères

Tous les témoignages Donnez votre avis


En septembre 2011, la catégorie des ludospaces a fêter ses quinze ans d'existence, dont le groupe PSA fut le pionnier de ce nouveau type de véhicules. À l'époque, le but était de proposer un maximum d'espace à un prix serré, une sorte de low-cost avant l'heure, développé sur la base d'un véhicule utilitaire.

Au lancement en 1996, l'état-major de PSA n'y croyait que timidement et les chiffres de ventes allaient dans le sens de leur sceptiscisme. La recette miracle viendra de chez Renault qui, en équipant son Kangoo d'une porte latérale coulissante, donnera une autre tournure au concept.

Le Berlingo suivra aussi le mouvement avec raison car il remportera un joli succès ce qui modifiera l'approche au niveau de la conception de ses remplaçants.
 

Embourgeoisement

En effet, pour coller aux attentes des clients, les mouvelles moutures s'éloignent de la sphére des utilitaires pour celle des monospaces. Pour preuve, le Berlingo II n'utilise plus la base d'une camionnette, mais celle du C4 Picasso, ce dernier étant fabriqué dans la même usine située à Vigo en Espagne.

Les prestations s'en trouvent améliorées alors que l'accroissement du gabarit (pénalisant par certains aspects) a permis de renforcer la sécurité et l'espace dévolu aux passagers. La montée en gamme se traduit aussi par une présentation moins spartiate et par l'adoption d'équipement de confort tels que les capteurs de pluie et de lumière, le GPS, la climatisation automatique.

Revers de la médaille, la facture a gonflé en proportion en neuf. L'offre en occasion est conséquente, mais en raison de la demande, les prix ne sont pas bradés.

Fiabilité, peu d'avaries graves
Ce ludospace présente un excellent bilan. Ce n'est pas un zéro faute, mais excepté les bruits des trains roulants et une épidémie de coupelles d'amortisseurs, les problèmes rencontrés demeurent mineurs comme en témoigne le nombre de notes techniques émises par le service après-vente.

La partie électronique est parfaitement maîtrisée. Il est parmi les plus fiables du groupe PSA.