Vous êtes ici :

Dossier Qualité / Fiabilité Citroën C5 (2001  -  ... )

Familiale à petits prix

Spacieuse, confortable, la C5 avait tout pour plaire excepté son style et sa fiabilité. Modernisée à l'automne 2004, la Phase II est devenue nettement plus fréquentable.

Points forts

  • +Cette C5 restylée présente nombre d'arguments. Les acheteurs qui recherchent une grande familiale aussi spacieuse à l'intérieur que dans le coffre en auront pour leur argent. Et c'est sur ce point que la Citroën séduit. En effet, malgré un look profondément remanié, ce modèle n'a pas une grosse cote auprès du public. Par conséquent, il est très facile de trouver une C5 diesel bien équipée et peu kilométrée à moins de 10 000 €. Une affaire au regard de ses qualités routières et de son confort de suspensions.
  • +La fiabilité est excellente à partir de 2006.

Points faibles

  • -Bien que modernisée, la C5 restylée n'est toutefois pas la plus belle voiture du monde. De plus, l'ambiance intérieure manque cruellement de charme et de standing.
  • -Si le confort est royal, les ondulations des suspensions ne seront pas du goût de tous surtout à l'arrière.
  • -De plus, elle privilégie davantage le bien-être de ses occupants que celui du conducteur, le comportement étant assez pataud.
  • -Par ailleurs, attention au budget d'entretien, car entre la suspension Hydractive III et le filtre à particules, la facture peut être salée. Vérifiez le suivi avant d'acheter.

Témoignage d'internaute - henri

+ auto assez puissante boite agréable et efficace en mode sport moteur super rien a dire -ça ronfle surtout la 2L2 Hdi 173 cv
- plus délicate en électronique que les autres et plus chère a l'entretien faut tomber sur-le bon garage pour ne pas se faire rouler

Tous les témoignages Donnez votre avis

Mars 2001, Citroën lance sa nouvelle C5 qui a pour mission de succéder à la fois à la Xantia
et à la XM. Deux mois plus tôt, Renault commercialisait la Laguna II, une familiale moderne avec nombre d'innovations. Entre les deux voitures, il existe un fossé, sauf en matière de fiabilité.

En effet, l'une comme l'autre connaissent un début de carrière difficile, les problèmes électroniques liés à la nouvelle architecture multiplexée faisant bien des dégâts. Citroën corrige le tir avec une grande campagne de remise à niveau début 2002, mais le style sans personnalité ne permet pas à la C5 de faire des étincelles au niveau commercial, au grand désespoir du service marketing de la marque.
 

Préférez la C5 restylée

L'arrivée de Jean-Martin Folz à la tête de PSA va changer la destinée de Citroën. Nouveau patron du style, Jean-Pierre Ploué a alors carte blanche pour rendre au constructeur ses lettres de noblesse. Parallèlement au développement de la C4, son gros chantier concerne la métamorphose de la C5. Après trois ans de commercialisation, Citroën investit 180 millions d'euros pour relancer son modèle. Reprenant la griffe de la nouvelle C4, l'intégralité de l'avant est modernisée. À l'arrière, la malle, les feux et même la lunette sont redessinés.
 

De plus, après un long rendez-vous avec les designers, la C5 est égalemernt passée chez les ingénieurs en mécanique pour recevoir les dernières motorisations du groupe. Si celles-ci
ont apporté leur lot de problèmes jusqu'à la fin 2005, globalement, la C5 a énormément progressé au niveau de la fiabilité.