Vous êtes ici :

Dossier Qualité / Fiabilité Citroën C5 II (2008  -  ... )

Ennuis de jeunesse

Si elle reste une référence en matière de confort de roulage, la C5 n'a plus grand-chose à voir avec son aînée. Style dynamique, finition soignée... lui permettent de rivaliser avec les productions allemandes.

Points forts

  • +Résolument moderne, cette seconde génération a tout pour séduire, sauf ceux qui voient en Citroën une marque vieillotte. En troquant son hayon pour une malle, la C5 a choisi de se confronter aux berlines allemandes. Avec son style dynamique, sa finition de haut de gamme et le soin apporté dans ses assemblages, la française a réussi son pari.
  • +Ces qualités (comportement routier sécurisant et surtout le confort de roulage qui la place au-dessus du lot) ont un prix.. que le marché de l'occasion rend plus accessible.

Points faibles

  • -Il n'y a pas grand-chose à reprocher à cette C5. Toutefois, le parti pris en matière de style a contraint le constructeur à faire des concessions. Ainsi, l'habitabilité arrière de la berline n'est autre que correcte, tout comme la capacité de chargement. Les familles doivent se tourner vers le break Tourer pour plus de générosité.
  • -On pointe aussi du doigt l'ergonomie perfectible et le nombre insuffisant de rangements.
  • -Enfin, le poids de la voiture a des conséquences directes sur le choix des motorisations et l'agrément de conduite pâtit d'un train avant assez pataud.

Témoignage d'internaute - Raph

+ - Moteur très agréable, à la sonorité rauque quand on est dans la véhicule, ce qui ne gâche rien.-- Confort de suspension qui mériterait un livre à lui tout seul. Quand vous remontez dans une voiture "normale" après elle, vous avez l'impression de sentir tous les graviers sous les pneus !-- Tenue de route très efficace et rassurante, à défaut d'être très dynamique. Mais le mode sport, et des pneus de berline allemande aident bien ! Après, pas de miracle : c'est pas une Golf GTD (je sais de quoi je parle, j'en avais une juste avant !)-- Vie à bord globalement très agréable, sinon exempt de petits défauts (vide poche un peu petits, ergonomie des fonctionnalités perfectible, mais rien de gravissime). L'insonorisation est une tuerie sur version Exclusive +-- Equipement pléthorique pour un prix ridicule en occasion (comparé au prix du neuf il y a moins de 10 ans).
- - Fiabilité à la française. La suspension RAS, mais depuis l'achat et en moins de 15 000km : souci de pompe à huile (1 600€ de facture), souci de frein bloqué (450€ d'étrier + disque), et maintenant souci de boite à vitesse. Soit disant sans entretien, l'huile était archi-foutue et le coupleur patine. Si il faut la remplacer, ce sera plus de 3000€ en échange standard...-- Le coffre est immense, mais pas pratique. Si c'était à refaire, je prendrais un Tourer !-- Les sièges en cuir criollo (cuir intégral) sont magnifiques, mais trop fragiles pour un usage autre que celui de promener des ministres.

Tous les témoignages Donnez votre avis


Banale au possible, la première génération de la Citroën C5 n'a, au final, séduit que les amoureux de la marque.

Avec la seconde génération, le constructeur a revu sa copie laissant carte blanche à son responsable du design, Jean-Pierre Ploué. Doté d'un excellent coup de crayon, ce dernier a enfin dessiné une familiale de caractère en adéquation avec la nouvelle image de Citroën.


Il a réussi à imposer le passage du hayon à la malle arrière comme standard, histoire de rivaliser avec les productions allemandes. Quant à la présentation intérieure, le constructeur n'a pas hésité à casser sa tirelire pour habiller l'habitacle de matériaux valorisants. Face à la concurrence, la française n'a donc plus à rougir.

 

Débuts moyens

Si, en matière de style, Citroën n'avait pas le droit à l'erreur, il en était de même pour la fiabilité. En effet, en plus de son design peu avenant, la première génération n'était pas un modèle du genre. Qu'en est-il de la seconde mouture ?

Depuis son lancement, cette C5 II laisse une impression mitigée. En effet, durant les deux premières années, et surtout en 2009, les services techniques se sont employés à rectifier de multiples défauts de jeunesse.
 

Si, depuis 2010, le volume de notes techniques émises à l'intention du réseau a diminué, les premiers propriétaires se sont plaints d'avoir essuyé les plâtres. Certes, nombre de problèmes sont plus agaçants que graves et leur rectification a été prise en charge dans le cadre de la garantie. Au-delà, les autres avaries font l'objet d'une participation financière de la part du constructeur, à condition de remplir les conditions.