Vous êtes ici :

Dossier Qualité / Fiabilité Mercedes-Benz Classe B I (T245) (2005  -  ... )

Chic et robuste

Solide et bien construit, ce modèle familial doit davantage son succès à l'image de son constructeur qu'à ses qualités intrinsèques, notamment en ce qui concerne les aspects pratiques.

Points forts

  • +Pour quelle raison acheter un véhicule familial à ce prix si ce n'est pour son blason prestigieux et le standing qu'il dégage ? Sur ce point, la Classe B est au-dessus du lot. Notamment en ce qui concerne la qualité de la présentation qui est excellente.
  • +De même, le sérieux de la fabrication confère à ce monospace une image de robustesse, ce que confirme le bon bilan en matière de fiabilité.
  • +Si la modularité n'est pas au rendez-vous, la Classe B offre un coffre et un habitacle spacieux, et un équipement bien fourni.

Points faibles

  • -Abstraction faite de la notion de standing, on est en droit de se demander si le tarif réclamé pour cette Mercedes est à la hauteur des prestations offertes. Malgré son allure de monospace, elle n'offre pas la modularité ni les aspects pratiques de ses rivaux moins chers.
  • -La position de conduite particulière et le confort ferme des suspensions peuvent rebuter les acheteurs.
  • -Outre l'investissement qui peut être important, il faut y ajouter les coûts d'entretien assez élevés ainsi que la prime d'assurance.

Témoignage d'internaute - Mohamed

+ Moteur robuste
- Bruit du train roulant en tout genre

Tous les témoignages Donnez votre avis


A défaut d'une berline compacte dans la gamme, rivale de l'Audi A3, Mercedes propose la Classe B qui fait le lien entre les Classes A et C. Appelé Sport Tourer par le constructeur, ce n'est ni plus ni moins qu'un monospace compact.

Dans les faits, la marque de Stuttgart n'a pas pris de gros risques en développant ce modèle puisque, pour schématiser, il s'agit d'une Classe A rallongée de 43 cm. La parenté des deux modèles va au-delà de leur ressemblance : leur plate-forme technique et toutes leurs mécaniques sont partagées.

Stratégiquement, Mercedes s'est invité sur un marché primordial sur lequel ses concurrents Audi et BMW sont totalement absents, tout en proposant une alternative à la berline compacte premium.
 

Bien diffusée

D'ailleurs, les acheteurs l'ont plus considérée comme telle, car la Classe B peut difficilement soutenir la comparaison avec les « vrais » monospaces compacts. En effet, les ingénieurs n'ont pas jugé utile d'implanter trois sièges individuels, amovibles et coulissants, et ce malgré un prix de vente très élevé.

Au regard des chiffres d'immatriculations en France, les propriétaires de cette Mercedes ont davantage été séduits par le côté prestigieux et l'image de marque que par les aspects pratiques mis à leur disposition. Un standing qui se paie encore au prix fort en seconde main comparativement aux rivaux des constructeurs généralistes.
 

Après cinq ans de carrière, la Classe B se trouve sans difficulté en occasion, surtout si vous portez votre choix sur une version diesel 180 CDI, omniprésente. En essence, les volumes se concentrent autour de la B200.